Chargement

retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : 2,4 millions d’euros...

Le choix Immoweek : 2,4 millions d’euros pour un siège marseillais du PS

ActualitésBureaux

le 07 Mar 2018

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « deal », nous revenons sur une vente assez particulière, puisqu’elle concerne un local politique, celui du siège du Parti socialiste, dans le 6ème arrondissement de Marseille.  En effet, le Barreau de Marseille se prépare à racheter l’immeuble qui abritait depuis 36 ans la Fédération du Parti socialiste des Bouches-du-Rhône. Prix de l’achat ? 2,4 millions d’euros. La preuve que la tendance est à l’arbitrage des sièges de partis politiques…

Le Barreau de Marseille faisait partie des trois meilleures offreurs (« qui se tenaient dans un mouchoir de poche ») parmi les neufs candidats qui avaient postulé lors d’un appel à candidature avec soumission cachetée. Les locaux de l’ordre des avocats sont déjà mitoyens, et leur projet a été préféré aux offres de deux promoteurs immobiliers.

Cet immeuble « de type marseillais », qui totalise 1 350 m2 sur 6 niveaux, « permettra au barreau de développer les services rendus aux justiciables – notamment l’accès au droit, la conciliation et la médiation – et ceux proposés aux avocats par le biais de formules de co-working, de formations nouvelles », a expliqué la bâtonnière de Marseille Geneviève Maillet. L’Ordre disposera ainsi de quatre immeubles mitoyens dans un périmètre situé entre le palais de justice et la préfecture.

Cette propriété du PS n’est pas la première cédée par le parti  : déjà en décembre 2017, le siège du PS, au 10, rue de Solférino, était adjugé à Apsys au terme d’un appel à candidatures, au prix de 45,55 millions d’euros net vendeur. Cet immeuble emblématique, développant 3 323 m2, avait fait l’objet d’un appel d’offres organisé par l’Etude Chevreux. Le PS restera dans les lieux jusqu’à l’automne 2018 avant que le groupe de Maurice Bansay ne le rénove pendant deux ans et n’y installe son siège social.

Le trésorier du PS, Jean-François Debat, avait expliqué que les déroutes électorales successives subies par le parti allaient faire passer son budget annuel de 28 millions à 8 millions d’euros, soit un manque à gagner de 100 millions d’euros sur cinq ans par rapport au précédent quinquennat.

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Valérie Garnier

le 19/09/2018

La Défense : 60 ans et toujours sexy !

L’histoire se passe dans un pavillon situé en banlieue parisienne, en l’occurrence Courbevoie. Une ville en plein bouleversements, consécutifs aux travaux d’urbanisme monumentaux qui y sont engagés, tout comme à Puteaux et Nanterre, pour que le futur quartier de La Défense voit le jour.

Les camions, les pelleteuses, les marteaux-piqueurs, les grues et le bruit incessant que forme l’ensemble, dressent le décor du film de Pierre Granier-Deferre, d’après un roman de Georges Simenon, intitulé « Le Chat ». Nous sommes en 1971 et le quartier de La Défense, qui a été inauguré avec l’ouverture du Cnit en septembre 1958, s’apprête à émerger. Courbevoie, Puteaux et Nanterre vivent leurs derniers jours de « petites banlieues parisiennes ».
Après moultes rebondissements, péripéties et crises diverses, La Défense n’a eu de cesse de se développer, de se construire et même se déconstruire !
Pour faire face à l’obsolescence de nombreuses tours, un « Plan de Renouveau de La Défense » est lancé en 2006 par Nicolas Sarkozy, alors président de l’Epad. Il prévoit la construction de 850 000 m2 de bureaux supplémentaires, dont 350 000 en démolition-reconstruction ; 100 000 m2 de nouveaux logements et la réalisation de grands équipements.

En 2007, l’EPGD est créé pour gérer et promouvoir le quartier d’affaires. En 2010, l’EPGD change de nom pour devenir Defacto, tandis que l’Epad fusionne avec l’Epasa, aménageur de la Zac Seine-Arche, pour devenir l’Epadesa.

En janvier 2018, Defacto et l’Epadesa décident, à leur tour, de fusionner et la nouvelle structure, en charge de gérer, d’aménager et de promouvoir le quartier se nomme alors Paris La Défense.

Aujourd’hui, Paris La Défense fête ses 60 ans ! Historiquement, il s’agit du premier quartier d’affaires européen ; le quatrième le plus attractif au monde, selon le baromètre d’attractivité EY-ULI 2017 ; un territoire de 564 hectares, dont 31 d’espaces piétons ; 500 entreprises sont implantées, dont 41 % d’origine étrangère ; 75 % de sièges sociaux. La Défense, c’est aussi 3,5 millions de mètres carrés de bureaux dans plus de 70 tours, dont 10 000 m2 d’espaces de coworking ; 180 000 salariés ; 42 000 habitants et 45 000 étudiants. La Défense continue de se moderniser autour de nouvelles gares et développe des infrastructures au service des habitants afin de s’intégrer et répondre aux exigences et aux ambitions du Grand Paris. Bref, La Défense est loin d’avoir achevé son évolution urbaine !

Portrait

Chargement