Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : le « Blackpearl » à...

Le choix Immoweek : le « Blackpearl » à l’horizon de La Défense

ActualitésBureaux

le 18 Juil 2017

Un nouveau vaisseau arrive dans le grand archipel de La Défense, où déjà les corsaires, flibustiers et autres boucaniers naviguent à toute heure ! Si ce champ lexical de la piraterie s’impose pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré à « l’Immeuble », c’est que le nom de cet ensemble tout vêtu de noir, le « Blackpearl », ne manquera pas de faire sourire les fans de la saga « Pirates des Caraïbes ». Point de Jack Sparrow en ces murs, mais une idée du Studio Vincent Eschalier.

Cet immeuble à la forme iconique accueille 8 plateaux de bureaux sur 4 300 m2, ainsi qu’un toit-terrasse aménagé, un rez-de-chaussée et deux niveaux de sous-sol. Développé par 6ème Sens Immobilier, cet ensemble compte des voiles métalliques qui élanceront davantage le bâtiment. Des voiles bleus servent à filtrer la lumière et ainsi améliorer le confort des occupants de la façade du « Blackpearl », exposée plein sud. Un dôme cuivré, enfin, coiffe l’édifice, se détachant d’autant des immeubles environnants.

Le chantier, qui a duré cinq mois, s’est achevé tout juste en juin dernier. La rénovation du bâtiment existant a été particulièrement profonde et l’immeuble qu’est aujourd’hui « Blackpearl » n’a guère en commun avec celui qui l’a précédé. Le bâtiment d’origine faisait 4 125 m2, en bureaux cloisonnés standard occupés par une administration bancaire. Datant de 1987, sa façade était datée, en pierre agrafée granite brillante, et sans exploitation possible de la toiture.

Ainsi, les espaces ont fait l’objet d’un curage complet, la hauteur sous plafond a été rehaussée de 2m30 à 2m85, des espaces de vie ont été créés en R+8 et R+9 pour les occupants des bureaux. Et c’est à présent un immeuble voué à être emblématique qui se dresse dans le ciel de La Défense.
Les futurs utilisateurs sont donc parés à l’abordage…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 25/03/2019

La logistique sous son plus beau jour…

A la veille de l’ouverture de la SITL (Semaine de l’Innovation Transport & Logistique), du 26 au 28 mars à la Porte de Versailles, l’activité dans l’immobilier logistique bat son plein et le secteur se présente sous ses plus beaux atours.

En témoigne, entre autres, la récente interview exclusive de Franck Poizat, qui précisait : « la France pèse aujourd’hui 10 % des volumes investis en Europe » (36 milliards d’euros) à propos du marché de l’investissement en immobilier industriel et logistique. Et le directeur de l’équipe investissement logistique et activités de BNP Paribas Real Estate Transaction France soulignait également que « dans un contexte de marché où la demande placée est « boostée » par le e-commerce, et en sous offre locative dans les principaux hubs, sans surprise, le taux « prime » en logistique continue de se compresser depuis quatre ans déjà. Nous venons de réaliser, en janvier, une cession pour un actif « prime » sur le secteur lyonnais au taux de 4,75 %. Et ce mois-ci, nos équipes viennent de signer la vente dans le sud de Paris d’une plateforme logistique neuve, très bien localisée, au nouveau taux « prime » de… 4,50 %. Et nous devrions réitérer cette performance sur le secteur de Lyon dans les prochains jours »…

Côté locatif, BNP Paribas Real Estate estime que 4,1 millions de mètres carrés ont été placés sur l’ensemble de l’année 2018, les entrepôts de « classe A » représentant, à eux seuls, « plus de 80 % du volume total des transactions ». En faisant valoir que « l’axe Lille/Paris/Lyon/Marseille concentre près des deux tiers des surfaces commercialisées » ou encore qu’ »avec 1,2 million de mètres carrés placés, l’Ile-de-France reste de loin le premier marché régional »…

Surtout, l’activité, sur ce marché de l’immobilier logistique, se poursuit à un rythme soutenu. Ainsi, François Le Levier affirmait également récemment dans nos colonnes que « 600 millions d’euros d’actifs ont été vendus à mi-mars« . Et le directeur investissement industriel et logistique de CBRE précisait qu’à ce volume « s’ajoutent un milliard d’euros de transactions sous promesses, ainsi que 800 millions d’euros d’actifs sous exclusivité ». Et ce, sans compter « les actifs en cours de vente. Nous avons identifié, au total, un volume de l’ordre de 2 milliards d’euros »…

Portrait

Chargement