Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : Isabelle Rossignol (Ciloger),...

Le choix Immoweek : Isabelle Rossignol (Ciloger), à la tête du Cercle des Femmes de l’Immobilier

- Le - par Arthur de Boutiny

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « pro », il nous fallait revenir sur la nouvelle présidente du Cercle des Femmes de l’Immobilier (CFI), succédant à Barbara Koreniouguine et c’est donc la présidente du directoire de Ciloger, Isabelle Rossignol, qui prend la tête de ce comité des 120 représentantes des grands métiers de l’immobilier, qui existe depuis 1997. Un cercle fondé par Joëlle Chauvin (qui fut une présidente emblématique), Valérie Britay, Myriam Fréval, Anne Keusch et Inès Reinmann. L’occasion de faire le point sur son parcours plein de mérite…

Diplômée d’HEC, Isabelle Rossignol, 56 ans, a commencé sa carrière en 1983 chez UAP, où elle est restée quinze ans, gravissant les échelons : d’abord responsable de la gestion immobilière sous-traitée, elle est ensuite directeur adjoint de la gestion immobilière interne. En 1998, elle devient secrétaire générale, puis directeur de la distribution en charge des particuliers et des professionnels pour la région Ile-de-France chez Axa Assurances, groupe dans lequel elle restera jusqu’en 2006. En 2011, elle devient directrice générale adjointe d’Immovalor Gestion, fonction qu’elle quittera un an plus tard pour son emploi actuel : présidente du directoire de Ciloger.

Outre le Cercle des Femmes de l’Immobilier, Isabelle Rossignol est membre de la RICS, de l’association Des Pierres et des Hommes et du bureau et du conseil d’administration de l’Aspim. Nos lecteurs l’ont également distinguée en 2013, en la nommant aux " Pierres d’Or " dans la catégorie " Asset, Property, Facility Managers ".

Lors de la parution, de notre magazine des " 300 " de l’immobilier, distribué au Mipim 2017, ces derniers avaient fait l’objet d’une série de statistiques. Sans surprise, les femmes ne représentaient que 19 % de la liste des grands " pros ", mais une petite évolution devait être signalée, puisque ce taux de féminisation n’était que de 17 % en 2016.

Bref, on ne peut que souhaiter un bon mandat à Isabelle Rossignol… Et que l’immobilier continue sur le long chemin vers la parité, que même l’Assemblée Nationale est sur le point d’accomplir !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Chargement