Chargement

retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : le nouveau campus de Sciences...

Le choix Immoweek : le nouveau campus de Sciences Po à l’Artillerie

ActualitésBureaux

le 11 Jan 2018

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « + », nous nous intéressons à Sciences Po : l’école de la rue Saint-Guillaume se dote en effet d’un nouveau campus, et il s’agit d’une nouvelle antenne de taille. En effet, à la rentrée 2021, l’Institut d’Etudes Politiques installera son « Campus 2022 » dans l’hôtel de l’Artillerie, sur 14 000 m2 dans le 7ème arrondissement de Paris. Petit zoom sur ce nouveau cadre de luxe, construit par Sogelym Dixence d’après les plans de Wilmotte & Associés, Moreau Kusunoki et l’agence Sasaki.

Construit de 1682 à 1740, l’hôtel de l’Artillerie, situé place Saint Thomas d’Aquin, à proximité de Sciences Po, a d’abord été un monastère dominicain. La Révolution française affecte les lieux à la manufacture d’armes : le comité central d’artillerie s’y installe en 1795, puis accueille un musée, jusqu’au transfert de la collection à l’Hôtel des Invalides en 1871. C’est alors que cette annexe du ministère de la Défense est renommée hôtel de l’Artillerie. Classée au titre des monuments historiques en 1982, la bâtisse est acquise par Sciences Po en 2016, pour 93 millions d’euros.

Organisé autour de trois cours, de 4 900 m2 d’espaces extérieurs végétalisés, et d’une nouvelle bibliothèque de 1 000 m2, le site accueillera de nouveaux espaces de travail pour les étudiants, des espaces de convivialité tels qu’un amphithéâtre extérieur, un jardin, un incubateur, le studio de l’école de journalisme… Le tout dans des bâtiments en transparence, avec des lieux calmes et des espaces plus collaboratifs. Le campus sera certifié BREEAM et HQE dans des niveau « Excellent ». Outre Sogelym Dixence, promoteur, Wilmotte & Associés, Moreau Kusunoki et l’agence Sasaki, architectes, JLL est assistant à maîtrise d’ouvrage sur le projet.

Sciences Po va réorganiser son campus parisien autour de quatre grands sites, au lieu d’une vingtaine aujourd’hui : l’ensemble historique du 27, rue Saint-Guillaume/56, rue des Saints-Pères/30, rue Saint-Guillaume (reliés par un jardin) ; le 9, rue de la Chaise ; le 28, rue des Saints-Pères et l’ensemble Artillerie/13, rue de l’Université, réunis par une jonction nouvelle. Soit un ensemble de 22 000 m2 au total. Les travaux de l’hôtel de l’Artillerie coûteront finalement 190 millions d’euros, fournis par des économies réalisées sur les loyers, au mécénat et un emprunt garanti par la Ville de Paris.
Fin de la restructuration en 2021, à temps pour le 150ème anniversaire de l’établissement de la rue Saint-Guillaume…

Cette année 2018 constitue pour Sciences Po une date charnière, une étape clef dans la concrétisation de notre projet de développement "Campus 2022". Ce projet a pour ambition de transformer profondément et durablement notre institution, qui fêtera bientôt ses 150 ans. Grâce à l’Artillerie, Sciences Po dispose des moyens pour se réinventer, pour s’ancrer encore plus au cœur de notre ville, Paris, et pour y bâtir un campus urbain qui rayonne dans le monde entier. En proposant un campus ouvert, qui favorise l’échange et l’initiative, pérenne, tant par son approche environnementale que par la flexibilité des volumes offerts, et connecté à la ville, l’équipe lauréate a démontré une excellente compréhension du projet stratégique de Sciences Po.

Frédéric Mion, directeur de Sciences Po

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 23/04/2018

Très cher Brexit…

En hausse de 13 % à l’issue du premier trimestre, le dynamisme de la demande placée de bureaux en Ile-de-France pourrait bien se voir renforcée par les conséquences du Brexit. Enfin ne manqueront pas de dire certains, car on en parle depuis près d’un an maintenant !

A ce sujet, Gérard Mestrallet, président d’Engie, interrogé par « Le Figaro » le 17 avril dernier en tant que président de Paris Europlace (à l’occasion de la tenue du forum annuel de Paris Europlace organisé à New York), précise : « très vite après le référendum, HSBC a annoncé qu’elle prévoyait de transférer 1 000 emplois à Paris. Puis, depuis octobre dernier, Bank of America Merrill Lynch, 400 traders ; JP Morgan va augmenter ses effectifs de 25 % à Paris ; Morgan Stanley installe 300 personnes. Les grandes banques françaises ont annoncé le transfert de 1 000 personnes. Dans le domaine de la gestion d’actifs, Schroeder, mais également les gérants français, Clerville Asset Management, Eleva, Smart Lenders redéveloppent leurs équipes à Paris. L’assureur Chubb a décidé de faire de Paris son centre européen. Tout cela représente déjà 3 000 à 4 000 emplois directs, soit environ 15 000 à 20 000 emplois au total. Paris fait ainsi deux fois mieux que Francfort »… Auparavant, Gérard Mestrallet avait mis en avant que « le régime des impatriés avait été amélioré de façon très substantielle par le gouvernement Valls et il devrait l’être encore davantage avec l’exonération de cotisation retraite pour les impatriés pendant six ans qui figurera dans la loi Pacte de Bruno Le Maire. Ce régime deviendra le plus favorable de toute l’Europe : un cadre international qui viendra de Londres à Paris paiera moins d’impôts à Paris »…

Un mouvement qui ne pourra que profiter à la demande de bureaux. C’est, d’ailleurs, ce que soulignait Ludovic Delaisse, directeur du département agence de Cushman & Wakefield, dans une interview exclusive publiée sur Immoweek.fr le 10 avril dernier, déclarant : « cette dynamique (du marché, ndlr) sera aussi très certainement alimentée par les besoins résultants du Brexit. Actuellement, Cushman & Wakefield conseille plusieurs utilisateurs dans ce cadre »… Déjà, Marie-Laure Leclercq de Sousa, à la tête de l’agence chez JLL, déclarait dans une interview exclusive du 2 mars dernier : « nous sommes très proches de nos collègues britanniques et suivons de près le mouvement du Brexit pour accueillir à Paris de nouveaux transfuges londoniens en « mid market » et en grands projets »…

Bref, si l’on ne peut que déplorer cette décision des Britanniques envers l’Europe, au moins le secteur de l’immobilier d’entreprise hexagonal (et pas que…) devrait-il en profiter !

Portrait

Chargement