Chargement

retour Accueil > Bureaux > Actualités > Conférence annuelle de la Chaire Immobilier de...

Conférence annuelle de la Chaire Immobilier de l’Essec : save the date !

ActualitésBureaux

le 16 Sep 2016

La Chaire Immobilier et Développement Durable, sous la direction du professeur Ingrid Nappi-Choulet et en partenariat avec Poste Immo et BNP Paribas Real Estate, organise le mercredi 12 octobre prochain (8h30-10h30), une conférence-débat sur le thème : « quelles perspectives pour le siège social de l’entreprise ? ». Immoweek, partenaire presse, sera bien entendu présent et vous donne rendez-vous à cette date !

Dans le cadre des mutations économiques, sociales, financières et environnementales actuelles, la question se pose du devenir du siège social :
• Le modèle du campus horizontal prendra-t-il réellement le pas sur les tours à forte valeur symbolique ?
• La tendance au regroupement des collaborateurs dans un lieu unique résistera-t-elle à la diffusion des modes de travail éclatés liés au nomadisme ?
• Comment l’aménagement des espaces de direction et de représentation s’adapteront-ils au rapport ambivalent des collaborateurs à leur hiérarchie ?
• Enfin, dans quelle mesure le siège social devient-il le miroir des préoccupations environnementales de l’entreprise ?
Divers spécialistes interviendront à cette occasion :
– Françoise Bronner, chercheur en organisation et espace de travail, co-fondateur de Future Centers & Project Spaces
– Fabien Guisseau, directeur de la stratégie de l’Epadesa
– Vincent Gollain, directeur du département économie et développement local, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile-de-France
– Thierry Laroue-Pont, président du directoire, BNP Paribas Real Estate
– Dominique Perrault, architecte et urbaniste, fondateur de Dominique Perrault Architecture
– Dang Tran, directeur général adjoint en charge des opérations, Poste Immo

Cliquer ici pour vous inscrire à la conférence annuelle de la Chaire, qui se tiendra à l’Auditorium de l’immeuble BNP Paribas – 14, rue Bergère – 75009 Paris

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 20/07/2018

Patrick Braouezec, l’engagé

Certains élus sont tellement associés à « leur » pays d’élection qu’on ne les imagine guère vivre, agir ou travailler ailleurs.

Patrick Braouezec (merci de prononcer le nom « à la bretonne ») en est une magnifique illustration. Pensez donc : après avoir été 13 ans maire (sur tous les fronts) de Saint-Denis, député (dynamique) de Seine-Saint-Denis durant 19 ans, mais aussi incontournable président de Plaine Commune (la communauté d’agglomération, puis l’établissement public territorial) depuis 2005, celui que Luc Le Vaillant – autre breton… – appelait gentiment « un drôle de coco » dans un beau portrait de « Libération » en 1998, est un infatigable défenseur de « son » territoire. Et ses idées sont souvent intéressantes, novatrices ou tout simplement efficaces. Celui qui a tant plaidé pour le Stade de France expliquait ainsi en 2014 (au « Figaro Magazine » qui n’est pas son journal favori…) : « le football est le troisième lieu d’éducation ». Pas mal vu, non ? Présent dans tous les débats quand il s’agit de « son » département, il a été nommé vice-président du Conseil National des Villes au printemps.

Politique complexe (il a quitté le PCF en 2010, l’a rejoint à nouveau sept ans plus tard après avoir appelé à voter Emmanuel Macron… et s’en dire « déçu » après quelques mois), il conserve une ligne directrice claire : être le porte-parole d’une Seine-Saint-Denis difficile, attachante et pleine de projets.

Le voici maintenant nommé membre du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris, au siège laissé vacant par le socialiste Jean-Yves Le Bouillonnec (encore un Breton !). Il a donc damé le pion à un élu moins « consensuel » que lui : le président du conseil départemental des Yvelines Pierre Bédier. Même si le poste de président du conseil de surveillance de la SGP qu’il devrait obtenir lors de l’élection prévue pour début septembre, n’est pas le poste exécutif, nul doute que le bouillant Braouezec ne sera pas un président « de papier ». Et qu’il défendra – on peut lui faire confiance – les projets métropolitains (nombreux !) de son cher 93.

Portrait

Chargement