Chargement

retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Eric Donnet...

Le choix Immoweek : Eric Donnet « surfe »… sur les cycles immobiliers

ActualitésBureaux

le 22 Juil 2016

Pour ce choix Immoweek du vendredi consacré au « pro », la rédaction a souhaité mettre en avant un architecte… de l’offre ! Car dans un marché où les actifs de qualité se font souvent rares, notamment dans la zone très prisée du QCA parisien, les opérateurs qui lancent (ou ont lancé récemment) des produits neufs ou restructurés arrivent à point nommé. Et Eric Donnet, le directeur général de Groupama Immobilier, figure en bonne place !

C’est ce qui s’appelle savoir surfer sur les cycles de l’immobilier : savoir prendre la vague (de la demande des utilisateurs) au bon moment. Eric Donnet, qui tient les rênes de Groupama Immobilier depuis maintenant trois ans, a lancé – avec son équipe de plus de 100 collaborateurs – de nombreuses réhabilitations d’immeubles dans les quartiers de bureaux les plus prisés. N’y voyez aucun hasard dans ses deux nominations successives aux « Pierres d’Or » dans la catégorie « Managers »… en 2015 et 2016.

Dans une interview qu’il nous a accordée dans « Immoweek Tertiaire », il revient sur le pipeline complet de toutes ces opérations, notamment la dernière en date : « Window ». Cet ensemble, ex-« Elysées Défense », bénéficie d’une localisation « prime », face au Cnit, à côté de la Grande Arche, au-dessus des Quatre Temps… Mais surtout, ses 44 000 m2 sont en bonne voie pour être entièrement loués, près d’un an avant sa livraison. Une opération qui, pour notre « pro », représente l’accomplissement de ses équipes « développement » et « asset management », mais aussi un signe avant coureur de la santé du premier quartier d’affaires européen : « pour moi, La Défense a retrouvé, depuis maintenant 18 mois, la liquidité qui est la sienne, tant sur le marché de la location qu’à l’investissement ».

Mais ce n’est pas la nouvelle politique immobilière de l’assureur que de se reposer sur un « one shot » : « notre groupe a lancé l’année dernière, « Window » inclus, près de 600 millions d’euros de travaux en terme de projet d’investissement, soit six opérations » indique Eric Donnet, qui nous livre tous les projets en cours ou à l’étude (permis de construire à déposer ou en cours d’instruction) : de La Défense, on traverse la Seine en remontant la Grande Armée sur la place de l’Etoile, puis les Champs Elysées pour arriver dans le  secteur – bouillonnant en ce moment – de l’Opéra et Saint Lazare. Mais pour avoir tous les détails, lisez « Immoweek Tertiaire » ou consultez l’interview en ligne !

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Pascal Bonnefille

le 27/07/2018

Vacances : j’oublie tout (ou presque)…

Avant la rupture du mois d’août, grande tradition hexagonale qu’Immoweek respecte en interrompant ce « 13 heures » jusqu’au 20 août, il n’est pas inutile de dresser un bilan, rapide, de la situation des marchés et des professionnels qui les font vivre. On a déjà eu l’occasion de le constater : le secteur immobilier vit actuellement une forme de schizophrénie ou, si l’on préfère, joue en même temps à Jean qui rit et Jean qui pleure. Côté larmes, on sent pointer l’inquiétude de la FFB avec tous les acteurs concernés, promoteurs au premier rang, analysant la baisse des mises en chantier, dans le secteur social comme dans celui des maisons individuelles. Le monde HLM, majoritairement, soumis à une réforme qui va tailler dans les structures, changer les mécanismes, est aussi inquiet. Côté joies, on comptera bien sûr le monde de l’immobilier d’entreprise, qui dans la promotion comme dans l’investissement, dans la location (avec le meilleur 1er semestre depuis 10 ans !) comme dans la gestion voit la vie en rose.

Mais cette situation, différenciée, n’est pas si facile à présenter- on allait dire à défendre !- aux pouvoirs publics, aux responsables de la Cohésion des territoires, comme à Bercy, toujours là pour serrer les cordons de la bourse. Car les résultats des promoteurs sont excellents (nous ne reprendrons pas la litanie des chiffres 2017, souvent records), ceux des foncières également (même si la Bourse ne leur est pas favorable en ce moment) et les innovations, les start-ups, les nouvelles générations sont de plus en plus présentes, parfois au premier plan. Bref, le secteur ne dort pas et n’a pas dormi. On peut être certain qu’après ces quelques jours, nous retrouverons un secteur en pleine rénovation – le mot est choisi. Comme toujours, les mutations seront parfois difficiles, et même douloureuses : espérons en commun que les nuages iront en s’éclaircissant, même dans le secteur HLM. Et que nous pourrons collectivement tout oublier (ou presque) pendant ces vacances que nous vous souhaitons belles, reposantes ou au contraire dynamisantes, en tout cas heureuses.

Portrait

Chargement