Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Antoine Derville (Cushman...

Le choix Immoweek : Antoine Derville (Cushman & Wakefield France)

ActualitésBureaux

le 10 Jan 2019

2019 va commencer par les « Pierres d’Or » ! A l’occasion de cette cérémonie attendue par l’ensemble du monde de l’immobilier, Immoweek vous propose, jusqu’au 31 janvier, de retrouver les grands « pros » nommés aux « Pierres d’Or »… Aujourd’hui, dans la catégorie « Managers », nous vous présentons Antoine Derville, président de Cushman & Wakefield en France.

Antoine Derville est un habitué de nos « Pierres d’Or » : lauréat en 2006 dans la catégorie « Conseils », il a été nommé dans la catégorie « Conseils » en 2003 et 2004 et dans la catégorie « Managers » en 2016, 2017 et 2018.

Diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion, il commence sa carrière en 1986 chez Ernst & Young en qualité d’auditeur. Il rejoint Atisreal Auguste-Thouard en 1987 en tant que directeur associé et va y rester jusqu’en 2000. En 2001, il passe sous le pavillon CBRE et occupe le poste de directeur Ile-de-France à l’agence. Il est nommé président de CBRE Capital Markets et membre de l’European Investment Board du conseil en 2004 et membre du directoire en 2007. A la présidence de DTZ France depuis 2013, il assure la fusion avec Cushman & Wakefield. La nouvelle entité prendra le nom de la dernière nommée, et il partagera la présidence avec Olivier Gérard jusqu’en 2016, date à laquelle ce dernier part rejoindre Colliers International France.
Antoine Dervilee est par ailleurs président du Club de l’Immobilier et administrateur de l’ORIE.

Qui sera lauréat dans la catégorie « Managers » ? Vous le saurez lors de la cérémonie des « Pierres d’Or 2019 », le 31 janvier prochain à l’Elysée Montmartre. Ce passage en revue des différents nommés continuera jusqu’à la cérémonie, alors rendez-vous demain pour un nouveau grand « pro » !

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 18/03/2019

Mipim 2019 : confiance et prudence

Actif, « speed dating », plus business que festif : ce sont quelques-uns des qualificatifs employés pour illustrer l’activité de la trentième édition du Mipim qui s’est clôturé vendredi dernier. Effectivement, il n’était pas rare, cette année, de rencontrer dans les allées du Palais des Festivals de Cannes des professionnels sautant d’un rendez-vous à un autre toutes les demi-heures. L’un d’eux nous a affirmé avoir une trentaine de rendez-vous en trois jours !

S’agissant du marché hexagonal, le « fort appétit » des investisseurs était, bien entendu, souvent souligné. « Toutes les stratégies sont représentées par des investisseurs qui ont aussi une réelle volonté de faire tourner les actifs, tandis que d’autres estiment que le moment est venu de vendre » relève Stéphane Guyot-Sionnest. Un appétit d’autant plus fort que, côté locatif, « les valeurs sont clairement orientées à la hausse » confirme le co-président de Catella Property, précisant que « pour des opérations à livrer, situées dans les meilleurs localisations parisiennes, on évoque, désormais, des loyers à 900 euros (HT, HC)/m2 et plus »… Une évolution qui ne manque pas d’interpeller quant au niveau de valeur locative au-delà duquel la solvabilité des entreprises risque d’être remise en cause. Et ce, « même si l’on observe que la modification de l’organisation du travail autorise une plus grande densification qui permet de consommer, à effectif équivalent, moins de mètres carrés qu’auparavant ».

Plus généralement, « toutes les classes d’actifs sont désormais à l’ordre du jour : bureaux, commerces, résidentiel, logistique, ainsi que les actifs de diversification, en particulier l’hôtellerie. Et toutes les structures juridiques sont envisagées pour accueillir ces projets d’investissement » poursuit Stéphane Guyot-Sionnest. Et ce, surtout, « sans effet de seuil comme les années précédentes ». En effet, « compte tenu de l’importance des collectes, il n’y a plus de seuil maximum au-delà duquel les investisseurs ne regardent plus une opportunité ». Et le conseil de conclure à la suite de ce Mipim : « décidément, confiance et prudence vont devoir faire bon ménage »…

Portrait

Chargement