Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Christophe Kullmann (Covivio)...

Le choix Immoweek : Christophe Kullmann (Covivio) – « Le grand changement »

ActualitésBureaux

le 12 Avr 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous vous présentons Christophe Kullmann, directeur général de Covivio, qui était nommé dans la catégorie « Professionnel(le) de l’Année ».

À nouveau nommé cette année aux « Pierres d’Or » dans la catégorie « Professionnel de l’Année » (il a déjà été lauréat, en 2010, dans cette catégorie et, la même année, dans celle des « Investisseurs »), Christophe Kullmann est un professionnel reconnu.

Non pas à l’image d’un « showman » que l’on fait venir sur les estrades, l’homme est trop policé pour cela, le professionnel trop respectueux de ses pairs pour se pousser du col, mais parce que Christophe Kullmann multiplie de son fait les occasions d’apparaître dans les rubriques d’Immoweek, voire à la « Une » de notre magazine, depuis le début de sa carrière en 1992 à la direction financière d’Immobilière Batibail, jusqu’à la fusion avec Gecina sept ans plus tard, son arrivée à Foncière des Régions en 2001, moyenne structure devenu major sous le nom récemment adopté de Covivio à mi-année dernière.

Une nouvelle identité pour rassembler Foncière des Régions, Foncière des Murs, Immeo en Allemagne, et depuis la fusion avec Beni Stabili, l’Italie.

« Ce qui importe à ce grand patron, c’est de construire l’entreprise en rassemblant ceux qui adhérent à la stratégie multi-produits, multi-pays » avions-nous écrit à son sujet, il y a plusieurs années dans « Les 300 » d’Immoweek. Sans être jamais contredit.

Covivio inaugure sans tapage, ce n’est pas le style de la maison, son entrée résolue dans une stratégie de services aux meilleurs coûts. « The real estate as a service ». « Travailler, voyager, habiter », la maxime bilingue de Covivio mise en avant sous la verrière du siège, en mai dernier par Christophe Kullmann, adepte de la litote, est une présentation elliptique des 21 milliards d’euros de patrimoine de cette foncière cotée en Bourse, cas unique de grande foncière, la quatrième en Europe, à avoir harmonieusement réparti ses biens entre bureaux, hôtels et logements.

Ce grand patron, toujours aussi discret, mais tellement performant, méritait amplement sa place dans la catégorie « reine » des « Pierres d’Or » au regard d’une année 2018 extrêmement riche. Juste retour consenti à la discrétion de bon aloi de cette grande maison.

Brice Lefranc

La rédaction d'immoweek

Édito
par Arthur de Boutiny

le 25/04/2019

Le crowdfunding immobilier se porte bien en régions

Le crowdfunding, y compris pour l’immobilier, est devenu la coqueluche du financement, et même la panacée d’après certains. Mais comment celui-ci se porte-t-il en France, particulièrement en régions ? Fundimmo s’est associé à Hellocrowdfunding pour réaliser un baromètre régional du crowdfunding immobilier en 2018, auprès de 32 plate-formes, afin d’enquêter sur le marché…

Premier constat : les 32 acteurs interrogés ont collecté 185 millions d’euros pour 343 projets, soit une hausse de 83 % de la collecte et une augmentation de 56 % du nombre de projets par rapport à 2017. La progression se retrouve aussi pour les projets remboursés : 146 projets ont été remboursés pour une valeur de 55 millions d’euros. Avec un rendement annuel moyen de 9 % en 2018, le marché présentait au 31 décembre 2018 un taux de défaut de 0,67 % depuis 2012.

De même, la carte de France dressé par le baromètre régional montre que si la Bretagne, la Corse, le Grand Est, la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie, les Hauts-de-France et les Drom ne sont pas couverts, ils s’avère que l’Ile-de-France (22 % des projets) n’a pas la primauté pour une fois, mais bien l’Auvergne-Rhône-Alpes (un quart des projets).

13 acteurs sont présents sur le marché local, bien que cinq d’entre eux accaparent 71 % de la collecte locale ; 47 millions d’euros ont été collectés en Auvergne-Rhône-Alpes (+161 % !, quasiment le double de la moyenne nationale). Le nombre de projets financés est passé en un an de 49 en 2017 à 85 en 2018 (+ 73 %). Le montant moyen par collecte était de 552 558 euros, soit une moyenne légèrement supérieure à celle nationale de 539 128 euros, avec une durée moyenne de placement de 23,3 mois ; 14,5 millions d’euros ont été remboursés dans la région (+ 190 %), soit 43 projets (+231 %), sans aucun défaut de remboursement avéré constaté en 2018. Néanmoins, les retards de remboursements supérieurs à 6 mois ont augmenté, représentant 5,5 millions d’euros, dont 4 millions d’euros pour un seul promoteur.

En comparaison, la Nouvelle-Aquitaine, qui représente 7 % du marché, a vu 12 plate-formes financer au moins un projet (71 % de la collecte accaparée par 6 acteurs), mais a connu une légère baisse tant sur le nombre de projets financés (25 projets en 2018, – 22 %) que sur les montants collectés (de 16,5 millions d’euros en 2017 à 11,9 millions d’euros en 2018). Les montants remboursés ont baissé de 7 % en 2017, même si 57 % des remboursements ont été anticipés, un taux supérieur à la moyenne nationale. Ce recul du crowdfunding immobilier fait figure d’exception dans une région néanmoins pionnière du crowdfunding immobilier.

Les Pays de la Loire (5 % du marché) accueille 7 acteurs, dont 4 ont assuré 88 % de la collecte locale, qui a représenté 12,1 millions d’euros en 2018 (+46 %), tandis que la taille moyenne des projets financés passe de 457 749 euros en moyenne en 2017 à 672 915 euros en moyenne en 2018. Le nombre de projets financés est quant à lui stable et connaît une légère hausse de 6 % entre 2017 et 2018 portant à un total de 18 projets. En 2018, 8 projets ont été remboursés pour un montant total de 4 millions d’euros soit une augmentation respective de 100% et 150% par rapport à 2017. On note également que 5 projets sur 8 ont été remboursés par anticipation.
Le crowdfunding immobilier donne le « la » en région, et donc dans l’ensemble de la France…

Portrait

Chargement