Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Finance & Bourse > Actualités > Le choix Immoweek : Eric Donnet (Groupama...

Le choix Immoweek : Eric Donnet (Groupama Immobilier) remodèle les Champs-Elysées

ActualitésFinance & Bourse

le 15 Juin 2018

1,24 milliard d’euros de transactions en 2017, location du « Groupama Campus » à La Défense… 2017 a été une année fleurie pour Groupama Immobilier et son directeur général, Eric Donnet, ne compte pas s’arrêter là. Le groupe ayant dans son patrimoine quelques actifs de très haute qualité sur la plus célèbre avenue de Paris, tels que le consulat de Chine, le 22 de l’avenue, et engageant des travaux au 79 et au 150 de l’avenue des Champs-Elysées. C’est bien entendu notre « pro » de la semaine et, pour mémoire, le récipiendaire de la « Pierre d’Or Managers » 2018.

Diplômé de l’Institut commercial de Nancy et expert-comptable, Eric Donnet a commencé sa carrière comme contrôleur de gestion chez Lyreco UK en 1993, avant de devenir responsable de missions d’audit et de conseil deux ans plus tard chez PriceWaterhouseCoopers.
En 1997, Eric Donnet devient, pour quatre ans, responsable développement et acquisitions Europe de Lyreco Management, avant de d’être nommé, en 2001, directeur stratégie et projets spéciaux de Valéo Distribution, puis, en 2002, managing director de Bail Investissement Foncière.
En 2005, il rejoint AEW Europe, tout d’abord au poste d' »European head of asset management », puis, à partir de 2008, comme « chief operating officer ». Il occupe ses fonctions actuelles depuis 2013.
Les lecteurs d’Immoweek le connaissent bien, l’ayant donc plébiscité pour la « Pierre d’Or Managers » en 2018, lors du vingtième anniversaire de la cérémonie, après deux nominations dans cette catégorie, concourant également en 2018 pour le programme « The Link » et en tant que « Professionnel de l’Année ». En tant que CEO d’AEW Europe, il avait déjà été nommé dans la catégorie « Investisseurs »…
Après avoir réussi la rénovation de l’hôtel de Günzburg, un hôtel particulier historique autour de l’Arc de Triomphe, Groupama Immobilier a présenté ses plans pour remodeler ses actifs des Champs-Elysées : le futur « flagship » de Nike au 79, avenue des Champs-Elysées, sur 10 000 m2, ainsi que le futur hôtel « So' » (Sofitel) de 150 chambres au 150, de l’avenue, à côté d’un cinéma totalement repensé. Groupama Immobilier a su évoluer sous sa direction ; au tour des Champs-Elysées de changer !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Catherine Bocquet

le 24/04/2019

Quand Cash attaque

Ca fait mal et même très mal aux HLM. Le reportage diffusé hier sur France 2 dans Cash Investigation, est une dénonciation en règle de dérives et malversations pratiquées par deux bailleurs sociaux et une Sem.

Une dénonciation qui jette l’opprobre sur tout un secteur avec une accroche sans appel : « loyers modérés pour business démesuré ». Bakchiches pour l’attribution de logements, commission d’attribution fantômes, sur-facturation de charges, logements laissés à l’abandon, appartements truffés de plomb, un inventaire sans limites avec comme fil conducteur la souffrance des locataires. L’auteur du reportage, Sophie Roland, n’a pas inventé ces dérives et actes illégaux ; ils existent hélas. Ils doivent être dénoncés et sanctionnés lorsque la loi le permet. Et elle le permet réellement. L’Agence nationale de contrôle du logement social (Ancols), le « gendarme » comme on la surnomme, devrait y veiller et peut-être doit-elle être dotée de davantage de prérogatives. Une adresse email a été créée (controle@ancols.fr) pour permettre aux locataires qui le souhaitent de dénoncer les abus et on serait heureux de savoir combien l’Agence aura reçu de mails à la fin de l’année. Bref, le reportage à charge aura atteint son objectif : montrer le verre à moitié vide en oubliant hélas celui à moitié plein. Il est dommage en effet que quelques réserves n’aient pas été émises en préambule de l’émission. Elles auraient permis d’éviter le sentiment de « tous pourris » laissé à la fin du reportage. Dommage aussi de mélanger Sem et ESH, de ne pas évoquer le contexte actuel de réforme du secteur, de ne pas expliquer les divers modes de gouvernance, les différents conventionnements, les acteurs en présence…Bref, c’est la télé, mais des compléments d’enquête auraient été nécessaires. Le débat mené par Elise Lucet à l’issue du sujet, aura cependant ouvert la porte et élargi le propos. Un épisode 2 de ce Cash attaque serait bienvenu !

Portrait

Chargement