Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Finance & Bourse > Actualités > Le choix Immoweek : Harold de Villemandy (BNP...

Le choix Immoweek : Harold de Villemandy (BNP Paribas) – « Ingénieur ET financier »

ActualitésFinance & Bourse

le 22 Mar 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous vous présentons Harold de Villemandy, directeur de la direction de l’immobilier France chez BNP Paribas, qui était nommé dans la catégorie « Ingénierie Financière ».

Nommé pour la première fois aux « Pierres d’Or », qui plus est dans la nouvelle famille « Ingénierie Financière », Harold de Villemandy — nommé directeur immobilier France de BNP Paribas le 1er janvier de cette année — peut très justement faire valoir sa double qualité d’ingénieur et de banquier.

« Une catégorie qui manquait, pour distinguer ce professionnel spécifique de l’immobilier, au service de tous les autres professionnels de la filière ».

On ne naît pas banquier, on le devient petit à petit, pourrait dire ce Bordelais (il est toujours vice-président du Golf Club d’Arcachon et, accessoirement, plusieurs fois champion de France de son sport, et récent 3ème du dernier championnat senior par équipe), devenu fou de Paris, notamment depuis que — jeune ingénieur chez Bouygues, fraîchement émoulu de l’Ecole du Génie Industriel — il a participé à de superbes chantiers, comme celui du siège d’alors d’Unibail, au 108 de la rue de Richelieu. « Avec Bernard Mounier (aujourd’hui directeur général délégué de Bouygues Construction), on a réussi à couler du béton par moins 3 degrés de température au sol, chose enseignée comme impossible… ». Puis ce sera, dans un genre très différent, la responsabilité de l’édification des tours du bicentenaire de la Révolution au Jardin des Tuileries, puis « l’acquisition d’un vernis financier » à l’IAE de Paris, l’entrée au Crédit Local de France, filiale de la CDC — « j’étais banquier le matin, associé l’après-midi, l’associé des promoteurs clients de l’établissement » — puis, début de la fin de cet entre-deux, l’entrée chez Paribas en 1993, avant la fusion avec la BNP en 2000. La mue s’est faite au fil du temps. Harold de Villemandy témoigne non seulement de sa propre évolution, mais aussi de celle du métier du banquier de l’immobilier. Et pas seulement pour respecter les obligations réglementaires qui ne cessent de s’alourdir sur cette activité, « très surveillée par les politiques », mais également pour répondre aux sollicitations nouvelles des clients. « On passe très vite, dans nos échanges, du financement du projet initial, au financement global de l’entreprise cliente, on quitte la partie droite du bilan pour parler stratégie, on passe insensiblement du court au long terme, c’est un métier passionnant ».

Brice Lefranc

La rédaction d'immoweek

Édito
par Arthur de Boutiny

le 25/04/2019

Le crowdfunding immobilier se porte bien en régions

Le crowdfunding, y compris pour l’immobilier, est devenu la coqueluche du financement, et même la panacée d’après certains. Mais comment celui-ci se porte-t-il en France, particulièrement en régions ? Fundimmo s’est associé à Hellocrowdfunding pour réaliser un baromètre régional du crowdfunding immobilier en 2018, auprès de 32 plate-formes, afin d’enquêter sur le marché…

Premier constat : les 32 acteurs interrogés ont collecté 185 millions d’euros pour 343 projets, soit une hausse de 83 % de la collecte et une augmentation de 56 % du nombre de projets par rapport à 2017. La progression se retrouve aussi pour les projets remboursés : 146 projets ont été remboursés pour une valeur de 55 millions d’euros. Avec un rendement annuel moyen de 9 % en 2018, le marché présentait au 31 décembre 2018 un taux de défaut de 0,67 % depuis 2012.

De même, la carte de France dressé par le baromètre régional montre que si la Bretagne, la Corse, le Grand Est, la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie, les Hauts-de-France et les Drom ne sont pas couverts, ils s’avère que l’Ile-de-France (22 % des projets) n’a pas la primauté pour une fois, mais bien l’Auvergne-Rhône-Alpes (un quart des projets).

13 acteurs sont présents sur le marché local, bien que cinq d’entre eux accaparent 71 % de la collecte locale ; 47 millions d’euros ont été collectés en Auvergne-Rhône-Alpes (+161 % !, quasiment le double de la moyenne nationale). Le nombre de projets financés est passé en un an de 49 en 2017 à 85 en 2018 (+ 73 %). Le montant moyen par collecte était de 552 558 euros, soit une moyenne légèrement supérieure à celle nationale de 539 128 euros, avec une durée moyenne de placement de 23,3 mois ; 14,5 millions d’euros ont été remboursés dans la région (+ 190 %), soit 43 projets (+231 %), sans aucun défaut de remboursement avéré constaté en 2018. Néanmoins, les retards de remboursements supérieurs à 6 mois ont augmenté, représentant 5,5 millions d’euros, dont 4 millions d’euros pour un seul promoteur.

En comparaison, la Nouvelle-Aquitaine, qui représente 7 % du marché, a vu 12 plate-formes financer au moins un projet (71 % de la collecte accaparée par 6 acteurs), mais a connu une légère baisse tant sur le nombre de projets financés (25 projets en 2018, – 22 %) que sur les montants collectés (de 16,5 millions d’euros en 2017 à 11,9 millions d’euros en 2018). Les montants remboursés ont baissé de 7 % en 2017, même si 57 % des remboursements ont été anticipés, un taux supérieur à la moyenne nationale. Ce recul du crowdfunding immobilier fait figure d’exception dans une région néanmoins pionnière du crowdfunding immobilier.

Les Pays de la Loire (5 % du marché) accueille 7 acteurs, dont 4 ont assuré 88 % de la collecte locale, qui a représenté 12,1 millions d’euros en 2018 (+46 %), tandis que la taille moyenne des projets financés passe de 457 749 euros en moyenne en 2017 à 672 915 euros en moyenne en 2018. Le nombre de projets financés est quant à lui stable et connaît une légère hausse de 6 % entre 2017 et 2018 portant à un total de 18 projets. En 2018, 8 projets ont été remboursés pour un montant total de 4 millions d’euros soit une augmentation respective de 100% et 150% par rapport à 2017. On note également que 5 projets sur 8 ont été remboursés par anticipation.
Le crowdfunding immobilier donne le « la » en région, et donc dans l’ensemble de la France…

Portrait

Chargement