Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Inès Reinmann-Toper (Edmond...

Le choix Immoweek : Inès Reinmann-Toper (Edmond de Rothschild Corporate Finance)

ActualitésBureaux

le 06 Déc 2018

C’est parti pour les « Pierres d’Or » 2019 ! A l’occasion de cette cérémonie attendue par l’ensemble du monde de l’immobilier, Immoweek vous propose, jusqu’au 31 janvier 2019, de retrouver les grands « pros » nommés aux « Pierres d’Or »… Aujourd’hui, dans la toute nouvelle catégorie « Ingénierie financière », nous mettons à l’honneur Inès Reinmann-Toper (Edmond de Rothschild Corporate Finance).

Les pros de l’immobilier la connaissent bien ! Avec son caractère bien trempé, Inès Reinmann-Toper fait partie de ces personnalités qui ne laissent pas indifférent. Elue « Pierre d’Or Promoteurs en 2005″, voici, en quelques lignes, son parcours pour rappel : notre nommée a commencé sa carrière professionnelle en 1980, en qualité de responsable commercial jusqu’en 1986, en passant de Gepro à Ted Lapidus. De 1986 à 1988, elle devient responsable foncier chez Ceffrim et responsable du développement Ile-de-France chez Sodéarif de 1987 à 1989. De 1989 à 2000, Inès Reinmann-Toper entre chez Coprim en qualité de directeur du développement, puis directeur opérationnel et directeur commercial immobilier d’entreprise. De 2000 à 2004, elle prend le poste de directeur général chez Tertial puis, de 2004 à 2007, elle est nommé directeur du tertiaire, présidente EMGP au sein d’Icade, présidente de Tertial et administrateur d’Icade Foncière des Pimonts. Nouveau virage, de 2007 à 2010, chez Segro, où elle occupe la fonction de managing director continental Europe. Elle co-fonde Acxior Corporate Finance en 2010 et, depuis septembre 2014, elle est nommée directeur associé en charge de l’immobilier et membre du directoire au sein d’Edmond de Rothschild.

A noter aussi ses autres activités : membre du Club de l’Immobilier ; vice-présidente fondatrice du Cercle des Femmes de l’Immobilier ; administrateur indépendant chez Gecina (avril 2012) ; administrateur indépendant chez Cofinimmo Belgique (mai 2013) ; administrateur Orox (EDR) ; administrateur AINA (EDR) et administrateur Cleaveland (EDR).
Inès Reinmann-Toper a reçu la Légion d’Honneur en mai 2008…

Sera-t-elle lauréate dans la catégorie « Ingénierie financière » ? C’est à vous d’en décider : vous pouvez voter jusqu’au 9 décembre à minuit… Et à demain pour un nouveau grand « pro » !

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Arthur de Boutiny

le 21/05/2019

Belfort : le lion fait crinière neuve

A l’heure de Notre-Dame de Paris et du Loto du Patrimoine, d’autres monuments bénéficient d’une remise à neuf, en l’occurrence d’un nettoyage décennal. C’est le cas du Lion de Belfort, l’autre grande oeuvre d’Auguste Bartholdi, père de la Statue de la Liberté. Erigé dans le chef-lieu du Territoire de Belfort, le monument dédié à la guerre franco-prussienne va voir le rose de son grès ravivé après un court chantier.

Construit de 1875 à 1880 et voulu pour commémorer le siège héroïque de la ville de Belfort mené pendant 103 jours par le colonel Denfert-Rochereau pendant la guerre de 1870-1871, le Lion de grès rose des Vosges, adossé au château de Belfort, est représenté couché, prêt à bondir, du haut de ses 11 mètres et de 22 mètres de long, tournant le dos à la frontière allemande, mais tenant dans ses griffes une flèche en direction du Rhin… Belfort étant, jusqu’en 1918, la seule ville d’Alsace restée sous contrôle français, un symbole fort était recherché. Monument historique depuis 1931, le Lion de Belfort a sa réplique, en cuivre martelé, place Denfert-Rochereau, dans le 14ème arrondissement de Paris. Une autre copie est installée à Montréal.

L’opération de réfection, estimée à 41 000 euros, voit un échafaudage recouvrir la sculpture sans peser sur elle. Le nettoyage est très méticuleux et doit aussi voir la réparation de joints abîmés. Avec les intempéries et la pollution, des mousses et du lichen se sont déposés sur la pierre et ont noirci progressivement le grès rose. Le Lion doit subir un nettoyage tous les dix ans environ, le dernier remontant à 2010, qui répond à un cahier des charges précis établi par la Direction régionale des affaires culturelles et des monuments historiques (Drac). La pression utilisée pour la pulvérisation des produits de nettoyage et de protection de la pierre est ajustée pour préserver son intégrité.

Normalement, le Lion de Belfort doit se présenter dans sa splendeur retrouvée à temps pour le Festival international de musique universitaire, prévu du 6 au 10 juin, et pour le départ de la 7ème étape du Tour de France (Belfort-Châlon-sur-Saône), le 12 juillet.
Le patrimoine historique n’est pas négligé en France…

Portrait

Chargement