Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : Laurent Leprévost, un...

Le choix Immoweek : Laurent Leprévost, un nouveau directeur général pour le Groupe Babylone

ActualitésLogement

le 25 Mai 2018

Comme dans le football, l’immobilier connaît son mercato et Laurent Leprévost est l’un des transferts marquants de ce mois-ci ! En effet, l’ancien directeur général de Galtier Valuation devient le directeur général du Groupe Babylone, rejoignant le groupe de conseil présidé par Lior Roth, en quittant (presque) le monde de l’expertise. Notre « Pro » de la semaine a répondu à nos questions…

A 46 ans, Laurent Leprévost est déjà un profil rare dans l’immobilier, puisqu’il est titulaire d’un DEA d’histoire, obtenu à la Sorbonne, et doctorant. Sur le volet plus classique, il est titulaire d’un DESS de management immobilier obtenu à l’Essec en 2001, diplômé de l’ICH en section expertises.
MRICS, REV, notre « Pro de la semaine » a commencé sa carrière au sein du groupe BPCE où il a occupé les fonctions de directeur de département (dédié aux sociétés foncières et aux mutuelles) ainsi que de directeur commercial et directeur du pôle institutionnels et investisseurs. En 2011, il devient directeur général adjoint de Galtier Valuation, jusqu’en février 2017.

Le nouveau directeur général du groupe Babylone a accepté de répondre – non sans une pointe d’humour – aux questions d’Immoweek :

Pourquoi avoir choisi de rejoindre le Groupe Babylone ?
Deux raisons, la première comme souvent, c’est une question d’hommes. La rencontre avec Lior Roth, président-directeur général du groupe, a été déterminante. Son exigence absolue de la qualité du service, sa capacité entrepreneuriale constituent une dynamique face à laquelle il a été difficile de résister. En quatre ans, le chiffre d’affaires de l’entreprise a été multiplié par trois. La deuxième, revenir à mon premier amour : la transaction, métier de contact, d’échange et de passion qui fut ma première expérience dans l’immobilier.

Passer de l’expertise au conseil, c’est un chemin plutôt original…
C’est original pour ceux qui adorent donner des étiquettes ! Passer d’agrégatif en histoire à la direction de services d’expertises était en soi une gageure et pourtant les résultats ont été au-delà des espérances. Le point commun entre l’expert et le broker c’est bien de domestiquer la valeur d’un bien pour fixer un prix, comprendre le marché, les tendances observées, restituer aux clients cette « expertise », terme pourtant galvaudé. En fait l’expert a tout à gagner à pratiquer le métier de broker pour avoir cette connaissance terrain et de son côté le broker à se doter de la capacité d’analyse de l’expert. C’est en réalité les deux faces d’une même pièce.

Quelle sera votre première action ?
Répondre à Immoweek ! Plus sérieusement nous lançons une série de chantiers, qui touchent à l’organisation de l’entreprise mais plus fondamentalement à l’innovation, qu’il s’agisse de participer à des grilles de notation d’actifs, la mise en place d’indicateurs de marché, d’indicateurs qualité et de peser avec d’autres sur l’ouverture de la DATA. Nous nous intéressons au ciblage comportemental, à l’anticipation des flux d’utilisateurs dans la capitale et à l’élaboration d’un véritable profilage !

Celui qui a rendu un hommage vibrant au micro de Radio.Immo à Johnny Halliday est à suivre de très près : c’est en tout cas ce que continuera de faire Immoweek…

La rédaction d'immoweek

Édito
par Catherine Bocquet

le 17/10/2018

Vers un Grand Paris de la mixité

Le Grand Paris sera mixte (dans les usages) et vert (dans sa forme) : c’est la démonstration que fait le conseil JLL dans son étude « Le Grand Paris by JLL ». Une démonstration qui s’appuie sur les résultats des diverses consultations lancées tout récemment par les collectivités locales (Réinventer Paris 1 et 2, Inventons la Métropole du Grand Paris 1 et 2).

Ainsi, au regard des projets lauréats, le conseil montre que près de la moitié d’entre eux possèdent la particularité d’être « mixtes », soit des bâtiments qui prévoient plusieurs usages, plusieurs activités et peut-être même plusieurs vies.  Il s’agit ici des opérations qui mêleront logements, espaces de travail partagées, mais aussi hôtels ou espaces évènementiels. Mais le Grand Paris de demain, ce seront aussi des immeubles ouverts comme et sur un quartier : « l’immeuble s’intègre désormais pleinement au tissu urbain local et est conçu de manière à avoir un effet positif sur son environnement ». Et JLL de citer l’exemple de « Morland Mixité Capitale », face à l’Institut du Monde Arabe, qu’une rue traversera, permettant un passage des rues intérieures du Marais à la Seine. Un projet qui prévoit aussi l’ouverture au public des étages supérieurs du bâtiment central. Mais le Grand Paris sera aussi très « vert » puisque « 75 % des projets comportent un volet végétal majeur » relève l’étude, qui souligne que « l’implantation de végétaux sur les bâtiments, notamment sur les toits ou façades, participe au retour d’espaces naturels en ville sans utiliser de foncier supplémentaire ». Façades vertes, mais aussi jardins sur les toits, potagers partagés sont inscrits au programme, témoignage d’une demande de retour aux sources d’une population parisienne issue souvent de cette province qu’on doit parait-il désormais appeler « régions ». De nouvelles manières de concevoir la ville, les lieux de travail, les manières d’habiter se dessinent et c’est tant mieux. Ce sera d’ailleurs l’un des sujets de nos prochains « Trophées Logement et Territoires », le 14 novembre prochain. Rendez-vous pour en débattre !

Portrait

Chargement