Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : l’hôtel Fortuny, de 1...

Le choix Immoweek : l’hôtel Fortuny, de 1 200 euros par mois à 12 millions d’euros l’achat…

ActualitésBureaux

le 21 Sep 2018

Appeler cela une plus-value est un euphémisme : la Région Ile-de-France vient, en effet, de vendre l’Hôtel Fortuny, un hôtel particulier de plus de 1 000 m2 dans le 17ème arrondissement, à la SCI Louison Bobet. Prix de l’achat : 12,55 millions d’euros. Un tel prix est anodin à Paris pour un actif de cette taille, mais le bémol est qu’il était auparavant loué 1 200 euros par mois… C’est notre « deal de la semaine ».

Cet hôtel particulier signé Paul-Adrien Gouny, construit en 1891 et inscrit depuis 1997 aux Monuments Historiques, avait hébergé un lycée professionnel de haute couture et d’esthétique, jusqu’à sa fermeture en 2010 sur arrêté préfectoral, le faisant revenir dans l’escarcelle de la Région Ile-de-France. En attendant leur nouvelle affectation, les 1 149 m2 ont été loués, pour un loyer dérisoire de 1 200 euros par mois, à la société de production ADCB Films, fondée et dirigée par l’acteur-réalisateur Albert Dupontel. La raison en est l’état de délabrement de l’immeuble, loué à des fins strictement professionnels : Albert Dupontel y filmera des scènes de ses films « 9 mois ferme », puis « Au revoir là-haut ». Personne n’a habité sur place, mais en 2015, Valérie Pécresse, nouvelle présidence de la Région, fait savoir qu’elle compte faire cesser cette situation héritée de son prédécesseur, Jean-Paul Huchon. Sans encombres, après que le bail ait été renouvelé une fois, Albert Dupontel quitte les lieux en décembre 2017.
Estimé à 11,5 millions d’euros par France Domaines, l’hôtel Fortuny a finalement été cédé moyennant 12,55 millions d’euros (soit 10 926 euros du mètre carré) à la société civile immobilière Louison Bobet. Cette dernière compte donner une nouvelle vie au lieu en y installant un centre de coworking.
Par ailleurs, la Région a également cédé un autre lieu en même temps que cet hôtel particulier : l’ancien lycée professionnel du 5, rue des Camélias (14ème arrondissement), développant 1 841,5 m2, cédé 2,1 millions d’euros (1 140 euros du mètre carré) au groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, qui souhaite y installer ses services administratifs et accroître sa surface d’accueil : une vente d’intérêt public qui explique un prix plus doux de l’opération.
Après mise en vente son ancien siège du 35, boulevard des Invalides (Paris 7ème), puis son déménagement à Saint-Ouen, la Région Ile-de-France continue à céder les pépites de son patrimoine… Et la conjoncture lui sourit !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 18/02/2019

Cher Paris...

« Avec des loyers qui atteignent 1 000 euros (HT, HC) du mètre carré dans les quartiers d’affaires, les entreprises se reportent sur le nord-ouest de Paris » : c’est ainsi que BureauxLocaux, qui se présente comme le « 1er site d’annonces immobilières pour les entreprises », titre son Baromètre semestriel de la demande de bureaux à louer à Paris et en petite couronne.

Ce Baromètre qui « analyse 1,6 million de recherches immobilières de dirigeants d’entreprises au 2ème semestre 2018″ souligne ainsi que « les loyers parisiens ont augmenté de 6,6 % en un an et affichent 457 euros (HT, HC) du mètre carré en moyenne. La barre symbolique des 1 000 euros (HT, HC) du mètre carré a été franchie pour certains biens exceptionnels proposés dans le 8ème arrondissement ». Sachant que, bien entendu, « à Paris, les arrondissements les plus recherchés au 2ème semestre 2018 sont le 8ème (12,3 % des recherches), le 9ème (10,1%), le 2ème (9,2 %), le 10ème(7,2 %) et le 17ème (7,2 %) ». BureauxLocaux précise que « quatrième de notre classement, le 10èmearrondissement confirme son statut de premier marché de report. Même si les loyers y ont augmenté de 11 % en un an, le loyer moyen affiché reste de 396 euros (HT, HC)/m2 dans le 10ème, soit 25 % moins cher que dans le 8ème »…

En petite couronne, « les loyers sont assez stables en banlieue parisienne où le marché est plutôt fluide. Les loyers y sont, en moyenne, deux fois moins élevés que dans la Capitale. La plupart des villes de petite couronne affichent des loyers inférieurs à 200 euros (HT, HC)/m2 ».

« Les PME néophytes en matière immobilière sont totalement désorientées par la pénurie actuelle de bureaux ! Le taux de vacance est plus que jamais orienté à la baisse (…) Dans la Capitale, il est même tombé à 2,5 % » souligne Sophie Desmazières, présidente et cofondatrice de BureauxLocaux, qui estime que « le marché de l’immobilier d’entreprise devrait rester très tendu en 2019 »…

Portrait

Chargement