Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > L’éditeur SAS prend 1 600 m2 dans la tour...

L’éditeur SAS prend 1 600 m2 dans la tour Ariane, à la Défense

ActualitésBureaux

le 20 Déc 2016

L’éditeur SAS prend en location une surface de 1 600 m2 au sein de la tour Ariane, à La Défense (92), propriété d’Unibail-Rodamco.

Cette partie du site est réservée aux abonnés

Connectez-vous

OU

Abonnez-vous

Abonnement

Pour moins de
4€ / Jour

Je m'abonne

Édito
par Catherine Bocquet

le 20/02/2019

Airbnb : l’avenir est, peut-être, dans les prés

Annoncée il y a deux ans, l’entrée en campagnes de la plateforme de location temporaire Airbnb se fera (en fanfare peut-être) lors du prochain Salon de l’Agriculture.

Alors que le plus grand hébergeur du monde (qui ne possède aucun immeuble) est contrecarré dans son projet de développement dans un grand nombre de métropoles, ses dirigeants se tournent vers une alternative : la verte campagne. Paris ne veut plus d’eux et les assigne en justice ? Ils feront avec, mais ils feront aussi sans, en développant un nouveau marché : celui de cette douce France (peut être pas en ce moment, mais la plupart du temps) et de ses prés, de ses sites historiques et de tous ses attraits touristiques. Alors que la décision de la Cour Européenne doit trancher sur la légalité du dispositif d’amendes à l’encontre des bailleurs mis en place par la Ville de Paris (voir à ce sujet la chronique d’Ombeline Soulier-Dugénie, avocat associé au sein du cabinet Redlink), c’est avec les élus des communes rurales que le géant américain signera bientôt un accord. La date est même fixée, ce sera le 28 février prochain au Salon de l’Agriculture. Cet accord vise à développer et donner de la visibilité au tourisme rural grâce à la mise en place de campagnes de communication, d’outils pour structurer les communautés d’hôtes notamment. L’arrivée promise d’une couverture numérique de tous les territoires facilitera grandement le projet.

Airbnb joue donc ici une « carte verte » avec un discours malin et, peut être bien cette fois, gagnant/gagnant pour l’ensemble des parties : des agriculteurs qui trouvent une nouvelle source de revenus et des élus locaux, ainsi que des petits commerçants et autres acteurs du tourisme, qui trouvent une nouvelle clientèle. Selon les chiffres de l’Association des Maires ruraux de France, 17 000 communes dépourvues d’hôtels affichaient au moins une annonce sur Aibnb, pour un total de 2,7 millions de « touristes » accueillis, dont les deux-tiers dans des villages de moins de 2 000 habitants. Et pour aller plus loin dans la démonstration de son engagement dans le développement des territoires, la plateforme a lancé, en novembre dernier, avec le  « Bienvenue à la ferme », et le site de financement participatif MiiMOSA, un appel à projets pour soutenir l’agritourisme. Dix projets, portés par des agriculteurs (ceux-ci n’ont plus que jusqu’au 15 mars 2019 pour publier leur projet), se verront soutenus grâce à une aide financière pouvant atteindre 5 000 euros par projet. Une initiative qui, pour l’heure, semble bienvenue. Les effets secondaires, s’il y en a un jour, ont bien le temps de se faire connaître.

Portrait

Chargement