Chargement

retour Accueil > Bureaux > Actualités > Location de bureaux : toujours plus dynamique…

Location de bureaux : toujours plus dynamique…

ActualitésBureaux

le 16 Avr 2018

Tous les conseils s’intéressent de près au coworking. Récemment, Savills annonçait le lancement, en France, de sa plate-forme Workthere dédiée aux espaces de coworking disponibles sur l’ensemble du territoire (voir notre Immomail du 5 mars dernier). Et, la semaine dernière, Cushman & Wakefield annonçait le recrutement d’Emma Swinnerton en qualité de « head of flexible leasing solutions EMEA ».

Cette ex-directrice commerciale de « Spaces & new formats » chez Régus aura, dans ces nouvelles fonctions, « un rôle de conseil axé sur le marché des bureaux flexibles et coworking ». Et le conseil de rappeler que « compte tenu de l’évolution rapide de ce secteur et de sa maturité, Cushman & Wakefield anticipe que chaque bâtiment multi locataires de grande taille inclura, désormais, un espace de travail flexible, les propriétaires cherchant à tirer profit de cette demande croissante tout en répondant aux besoins de leurs occupants potentiels ». Il est vrai que tous les spécialistes relèvent que le coworking participe, actuellement, largement au dynamisme de la demande, en particulier dans Paris. JLL souligne, d’ailleurs, à propos des grandes transactions réalisées au 1er trimestre en Ile-de-France que si « le secteur de l’industrie domine sur ce segment de marché avec 40 % des volumes placés via 5 transactions, suivent les sociétés du secteur financier (6 transactions), la communication-création (2 transactions) » et « les services immobiliers avec 4 transactions, toutes aux mains d’opérateurs d’espaces de coworking ». Et l’on dit, actuellement, que des sociétés de coworking, en l’occurrence WeWork et Spaces, seraient au coude à coude et en négociations pour prendre pied dans Paris Rive Gauche…
Autre récente bonne nouvelle pour le marché de la location de bureaux : les résultats d’une enquête de Pôle emploi selon lesquels les entreprises anticipent 2,3 millions de recrutements cette année, un chiffre en augmentation de plus de 18 % sur 2017. Surtout, si tous les secteurs sont concernés, 63 % de ces projets de recrutements concerneraient celui des services…
Autant d’évolutions qui viennent renforcer les anticipations des grandes sociétés de conseil qui tablent, pour 2018, sur une demande placée autour de 2,5 millions de mètres carrés en Ile-de-France cette année, voire supérieure, Bref, comme sur le marché de l’investissement, ce n’est plus la demande qui semble poser problème sur le marché locatif, mais plutôt l’offre, « la dynamique du marché (locatif, ndlr) pouvant toutefois subir les effets du manque d’offre disponible » comme le relève JLL…

Thierry Mouthiez

Directeur de la rédaction

Édito
par Thierry Mouthiez

le 16/07/2018

Paris sous ses plus beaux atours…

« Paris attend plus de 3 500 banquiers de la City » titrait, la semaine dernière, « Le Figaro » au lendemain d’un dîner de gala organisé par Paris Europlace au cours duquel le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé de nouvelles mesures pour encourager les banquiers internationaux à s’installer dans la Capitale suite au Brexit.

Le lendemain, Paris Ile-de-France Capitale Economique et KPMG rappelaient que « dès mars 2018, à l’occasion de la cinquième édition du Forum Grand Paris », les deux partenaires « révélaient dans leur rapport sur les métropoles mondiales, « Global Cities Investment Monitor », que les investissements internationaux dans le Grand Paris étaient en hausse de 70 % par rapport à 2016, faisant de Paris la 3ème destination la plus attractive du monde sur cette typologie d’investissements ». Surtout, « dans la nouvelle version de cette étude dédiée à l’attractivité des métropoles mondiales, la montée en puissance de Paris et de son image se confirme. 516 dirigeants d’entreprises de 22 pays ont été interrogés et donnent les tendances suivantes : Paris prend la 3ème place des métropoles dans le monde en terme d’image (l’écart avec Londres et New-York se réduit de moitié au cours d’une seule année » !) ; les investisseurs sont de plus en plus favorables à cette destination ; l’attractivité de Paris devrait encore progresser d’ici trois ans et le Brexit s’impose comme un facteur déterminant pour les investisseurs ». Et Christian Nibourel, président de Paris-Ile-de-France Capitale Economique de souligner : « nous entrons vraiment et ce, de manière très concrète, dans un temps nouveau où la marque de Paris, en tant que premier centre d’affaires mondial, se renforce chaque jour »…

Face aux résultats du 1er semestre dans l’immobilier d’entreprise (demande placée, loyers, volume d’investissement en hausse, stock en baisse), nombre de professionnels ne manquent pas de s’interroger sur le haut de cycle, redoutant qu’il soit atteint. Face à l’ensemble de ces informations selon lesquelles Paris ne cessent de renforcer ses atours, il ne semble pas impossible que le marché reste un moment en haut du cycle. Voire continue son ascension… Dans ce contexte, gagner la Coupe du Monde de Football constitue un facteur positif supplémentaire. Et l’on sait l’importance du facteur psychologique dans l’économie…

Portrait

Chargement