Chargement

retour Accueil > Bureaux > Actualités > SFL : ANR Epra en progression de 11 %

SFL : ANR Epra en progression de 11 %

ActualitésBureaux

le 27 Juil 2017

Société Foncière Lyonnaise livre ses résultats semestriels. Parmi les éléments d’activité, les revenus locatifs s’élèvent à 98,6 millions d’euros, contre 102 millions au premier semestre 2016.

La foncière précise qu’à « périmètre constant (exclusion de toutes les variations de périmètre impactant les deux semestres comparés), les loyers progressent de 2,7 millions d’euros (+ 2,9 %) du fait, notamment, de locations intervenues en 2016. Les revenus des surfaces en développement sur les périodes comparées baissent de 4,3 millions d’euros, plusieurs plateaux ayant fait l’objet d’une rénovation complète suite à des départs de locataires en 2016, en particulier sur l’immeuble Cézanne Saint-Honoré. Enfin, les indemnités perçues à l’occasion de départs anticipés de locataires ont généré un produit net de 500 000 euros sur le premier semestre 2017 contre 2,2 millions d’euros sur le premier semestre 2016 ».

L’évaluation au 30 juin 2017 du patrimoine de la société à dire d’expert augmente de 7,1 % à périmètre constant par rapport à l’évaluation du 31 décembre 2016. La variation de valeur des immeubles de placement dégage un produit de 382,6 millions d’euros, contre 285,8 millions au 30 juin 2016.

Au 30 juin 2017, l’Actif triple Net Réévalué (EPRA NNNAV) de SFL s’élève à 3 421 millions d’euros, soit 73,5 euros/action, contre 66,2 euros/action au 31 décembre 2016, en progression de 11,0 %.

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 16/07/2018

Paris sous ses plus beaux atours…

« Paris attend plus de 3 500 banquiers de la City » titrait, la semaine dernière, « Le Figaro » au lendemain d’un dîner de gala organisé par Paris Europlace au cours duquel le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé de nouvelles mesures pour encourager les banquiers internationaux à s’installer dans la Capitale suite au Brexit.

Le lendemain, Paris Ile-de-France Capitale Economique et KPMG rappelaient que « dès mars 2018, à l’occasion de la cinquième édition du Forum Grand Paris », les deux partenaires « révélaient dans leur rapport sur les métropoles mondiales, « Global Cities Investment Monitor », que les investissements internationaux dans le Grand Paris étaient en hausse de 70 % par rapport à 2016, faisant de Paris la 3ème destination la plus attractive du monde sur cette typologie d’investissements ». Surtout, « dans la nouvelle version de cette étude dédiée à l’attractivité des métropoles mondiales, la montée en puissance de Paris et de son image se confirme. 516 dirigeants d’entreprises de 22 pays ont été interrogés et donnent les tendances suivantes : Paris prend la 3ème place des métropoles dans le monde en terme d’image (l’écart avec Londres et New-York se réduit de moitié au cours d’une seule année » !) ; les investisseurs sont de plus en plus favorables à cette destination ; l’attractivité de Paris devrait encore progresser d’ici trois ans et le Brexit s’impose comme un facteur déterminant pour les investisseurs ». Et Christian Nibourel, président de Paris-Ile-de-France Capitale Economique de souligner : « nous entrons vraiment et ce, de manière très concrète, dans un temps nouveau où la marque de Paris, en tant que premier centre d’affaires mondial, se renforce chaque jour »…

Face aux résultats du 1er semestre dans l’immobilier d’entreprise (demande placée, loyers, volume d’investissement en hausse, stock en baisse), nombre de professionnels ne manquent pas de s’interroger sur le haut de cycle, redoutant qu’il soit atteint. Face à l’ensemble de ces informations selon lesquelles Paris ne cessent de renforcer ses atours, il ne semble pas impossible que le marché reste un moment en haut du cycle. Voire continue son ascension… Dans ce contexte, gagner la Coupe du Monde de Football constitue un facteur positif supplémentaire. Et l’on sait l’importance du facteur psychologique dans l’économie…

Portrait

Chargement