Chargement

retour Accueil > Territoires > Interviews > Christian Nibourel (Paris-Ile-de-France Capitale...

Christian Nibourel (Paris-Ile-de-France Capitale Economique) : « pour réussir le Grand Paris, il faut de l’audace et de l’inventivité »…

InterviewsTerritoires

le 26 Mar 2018

Le président de Paris-Ile-de-France Capitale Economique, Christian Nibourel, a souhaité, lors du Vème Forum du Grand Paris, mettre à l’honneur les « Grand Paris Makers », celles et ceux qui innovent en matière sociale, sociétale, industrielle ou technologique. Ce grand rendez-vous accueillera, dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Région Paris-Ile-de-France, les acteurs majeurs du Grand Paris, en présence de Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des Territoires. Christian Nibourel en dit plus sur ce grand rendez-vous :

Pourriez-vous, tout d’abord, présenter Paris Ile-de-France Capitale Economique ? Quelle est sa vocation ?
Paris Ile-de-France Capitale Economique est une association fondée par la Chambre de Commerce de Paris Ile-de-France et qui rassemble la plupart des grandes entreprises engagées dans le projet du Grand Paris. Avec ce projet, la France s’est dotée d’une ambition exceptionnelle qui suscite énormément d’intérêt et d’attention par le monde. C’est notre mission et notre responsabilité de profiter de cette circonstance pour rendre le Grand Paris plus attractif, y attirer des investissements, mais aussi profiter de l’effet vitrine d’un chantier hors norme afin d’en faire le démonstrateur des entreprises qui contribuent à son succès.

Qui sont ces « Grand Paris Makers » que vous mettez à l’honneur ?
Le Grand Paris est un projet gigantesque et, à ce titre, il est souvent présenté par une somme de chiffres records : 200 kilomètres de métro, 150 kilomètres carrés à aménager, 70 000 logements nouveaux chaque année, 35 milliards d’euros…
Derrière les chiffres, nous avons voulu montrer les femmes et les hommes qui, par leurs talents et leurs énergies, vont faire le succès de ce projet.

Vous consacrez une table-ronde non seulement aux grands groupes, mais aussi aux startup : celles-ci sont-elles incontournables dans la construction du Grand Paris ?
On ne parviendra pas à faire le Grand Paris d’aujourd’hui avec les méthodes d’Haussmann. Les contraintes et le contexte ont changé. Pour réussir le Grand Paris, il faudra de l’audace et de l’inventivité. Nos « Grand Paris Makers », ce sont les services publics et les administrations, les grandes entreprises et les petites startup, les créateurs et les ingénieurs qui, ensemble, vont de l’avant pour faire gagner le Grand Paris. Nous avons souhaité, lors du Vème Forum Grand Paris, présenter ces acteurs par binômes pour donner à voir comment chacun s’ouvre aux autres et progresse à l’occasion de cet élan que représente le chantier du siècle.

La transformation de bureaux en logements est aussi un sujet à l’honneur de votre colloque : que peut-on en attendre ? Comment les nombreuses propositions du rapport réalisé par l’un de vos groupes de travail sur ce thème ont-elles été reçues par le gouvernement ?
Les difficultés de logement particulièrement fortes dans le Grand Paris pèsent lourdement sur la qualité de vie des habitants, sur le revenu disponible des ménages, mais aussi sur l’attractivité du Grand Paris. Le Grand Paris rayonnant et attractif auquel tant d’énergie est consacrée, doit être un territoire dans lequel on puisse bien se loger, à un coût raisonnable.
Au regard de cet enjeu l‘association Paris-Ile-de-France Capitale Economique a réuni un groupe de travail, animé par Xavier Lépine, qui a abouti à des propositions, pour baisser la pression sur le logement en facilitant et accélérant la transformation de bureaux vacants en logements. Ces propositions sont très concrètes, directement applicables et elles peuvent avoir un impact fort et rapidement.
Quand à votre questions sur l’accueil que le gouvernement a fait à ces propositions, Julien Denormandie, qui viendra dresser la conclusion du Vème Forum Grand Paris, saisira certainement cette occasion pour détailler sa position sur ce sujet…

Propos recueillis par Catherine Bocquet

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Thierry Mouthiez

le 16/07/2018

Paris sous ses plus beaux atours…

« Paris attend plus de 3 500 banquiers de la City » titrait, la semaine dernière, « Le Figaro » au lendemain d’un dîner de gala organisé par Paris Europlace au cours duquel le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé de nouvelles mesures pour encourager les banquiers internationaux à s’installer dans la Capitale suite au Brexit.

Le lendemain, Paris Ile-de-France Capitale Economique et KPMG rappelaient que « dès mars 2018, à l’occasion de la cinquième édition du Forum Grand Paris », les deux partenaires « révélaient dans leur rapport sur les métropoles mondiales, « Global Cities Investment Monitor », que les investissements internationaux dans le Grand Paris étaient en hausse de 70 % par rapport à 2016, faisant de Paris la 3ème destination la plus attractive du monde sur cette typologie d’investissements ». Surtout, « dans la nouvelle version de cette étude dédiée à l’attractivité des métropoles mondiales, la montée en puissance de Paris et de son image se confirme. 516 dirigeants d’entreprises de 22 pays ont été interrogés et donnent les tendances suivantes : Paris prend la 3ème place des métropoles dans le monde en terme d’image (l’écart avec Londres et New-York se réduit de moitié au cours d’une seule année » !) ; les investisseurs sont de plus en plus favorables à cette destination ; l’attractivité de Paris devrait encore progresser d’ici trois ans et le Brexit s’impose comme un facteur déterminant pour les investisseurs ». Et Christian Nibourel, président de Paris-Ile-de-France Capitale Economique de souligner : « nous entrons vraiment et ce, de manière très concrète, dans un temps nouveau où la marque de Paris, en tant que premier centre d’affaires mondial, se renforce chaque jour »…

Face aux résultats du 1er semestre dans l’immobilier d’entreprise (demande placée, loyers, volume d’investissement en hausse, stock en baisse), nombre de professionnels ne manquent pas de s’interroger sur le haut de cycle, redoutant qu’il soit atteint. Face à l’ensemble de ces informations selon lesquelles Paris ne cessent de renforcer ses atours, il ne semble pas impossible que le marché reste un moment en haut du cycle. Voire continue son ascension… Dans ce contexte, gagner la Coupe du Monde de Football constitue un facteur positif supplémentaire. Et l’on sait l’importance du facteur psychologique dans l’économie…

Portrait

Chargement