Chargement

retour Accueil > Bureaux > Interviews > Trois questions à Robin Rivaton

Trois questions à Robin Rivaton

InterviewsBureaux

le 05 Avr 2018

©Gaël Dupret, France, Paris le 15-11-2017 : Les Trophées Logement et Territoires 2017 The Housing and Territory Trophies 2017 Photo : Robin RIVATON

Le Cercle Pierres d’Angle organise le 6 avril prochain un atelier débat sur les startup, l’avenir de l’immobilier demain ? Avec Robin Rivaton, directeur général de Paris Régions Entreprises et auteur de « L’immobilier demain : la Real Estech, des rentiers aux entrepreneurs ». Pour cette occasion, Robin Rivaton répond, en avant première, à quelques questions…

Vous avez présenté début 2018 le 1er baromètre des startup de la RealEstech. Quelles sont les grandes tendances ?

Les startup de la Real Estech sont de plus en plus nombreuses. Sur les 400 que nous recensons, plus de 60 % ont été créées en 2015, 2016 et 2017. Si au début elles se concentraient sur les nouveaux usages à l’intérieur du bâtiment, aujourd’hui elles s’attaquent à tous les segments de la chaîne de valeur en allant autant sur la construction que la transaction ou la gestion immobilière. Le profil des fondateurs a aussi évolué avec de plus en plus de cadres expérimentés issus d’entreprises établies qui décident de lancer eux-mêmes des solutions innovantes à ce qu’ils ont perçu comme des problèmes.

Quel est l’apport des startup pour innover dans le secteur de l’immobilier ? Une collaboration facile avec les autres acteurs du secteur ?

La collaboration entre des startup et des groupes établis n’est pas chose aisée. Mais elle a tant à offrir. Ces nouveaux acteurs arrivent aujourd’hui avec de nombreuses solutions B2B qui permettent de réaliser d’importants gains de productivité, à condition d’adapter les organisations à ces nouveaux outils. Cette complémentarité ne doit pas masquer que la relation peut parfois être concurrentielle. Et c’est tant mieux, cette concurrence supplémentaire fait partie nécessairement du choc d’offre. De nombreuses entreprises établies sont, elles aussi, innovantes.

Vous rencontrez les membres du Cercle Pierres d’Angle le 6 avril prochain. Ce cercle est dédié aux directeurs communication et marketing de l’immobilier, un message spécifique à leur adresser sur l’immobilier de demain ?

Le message que nous prônons chez Real Estech est simple : l’immobilier doit changer pour mieux répondre aux besoins des consommateurs. La hausse continue du poids de l’immobilier dans le budget des Français n’est plus tenable. Pour répondre au triple défi de produire plus, produire mieux et avec une moindre empreinte carbone, il faut mobiliser les technologies numériques afin de rendre les marchés plus transparents, réduire la vacance, aller plus vite. Ces nouveaux outils vont avoir un impact sur les organisations actuelles autant que sur le partage de la valeur. Il n’y a pas de tsunami, mais le changement est inéluctable donc autant s’y préparer.

Propos recueillis par Caroline Albenque

Robin Rivaton, diplômé de Sciences Po (2012), a commencé sa carrière dans un grand cabinet de conseil en stratégie (BCG) avant de devenir conseiller du président directeur général d’Aéroports de Paris, puis conseiller de Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, sur les questions économiques. Il devient, en septembre 2016, directeur général de Paris Region Entreprises, l’agence en charge de l’attractivité et de la promotion de l’Ile-de-France. Il devient également coordinateur de la cellule « Choose Paris Region » mise en place par les autorités publiques suite au Brexit, afin d’accueillir en France de nouveaux investisseurs étrangers.

Pour toute information sur le Cercle Pierres d’Angle, contactez Caroline Albenque : calbenque@immoweek.fr

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Arthur de Boutiny

le 18/09/2018

La logistique ne décélère pas

L’intérêt pour la logistique ne décélère pas après une année 2017 de tous les records, y compris à l’échelle de l’Europe, comme le montre une étude de BNP Paribas Real Estate pour le premier semestre 2018. Si le volume de transactions d’entrepôts de plus de 5 000 m2 baisse de 14 %, c’est après une année historique. Et en Espagne, en Allemagne et aux Pays-Bas, le volume record a même été conservé…

Même chose pour les investissements, qui se sont ajustés d’eux-mêmes à la baisse : leur volume baisse de 21 %, mais atteint néanmoins les 14 milliards d’euros à l’échelle de l’Europe, dopé par la croissance du PIB dans la Zone euro (+2,2 % en 2018) et la pétulance de l’e-commerce, qui a augmenté son poids européen de 14 % en 2017 et devrait encore enregistrer une croissance à deux chiffres cette année. L’Allemagne et les Pays-Bas ont de nouveau bien démarré l’année avec un niveau d’activité élevé, tandis que le marché français, après avoir connu une forte croissance pendant trois ans consécutifs, a baissé au cours du premier semestre 2018. Le marché britannique est demeuré dynamique, avec un volume de transactions d’1,6 million de mètres carrés au premier semestre 2018. Les taux de vacance des entrepôts XXL, où l’offre a de plus en plus de peine à suivre la demande, sont inférieurs à 5 % en Espagne, aux Pays-Bas, en Pologne et en République Tchèque. Les loyers ont augmenté de 2 % dans les principaux marchés européens, tout particulièrement à Milan, Berlin et dans les villes régionales britanniques.

BNP Paribas Real Estate note, également, que « le marché des locaux d’activité et logistiques a atteint son second volume d’investissement semestriel le plus élevé, avec 14 milliards d’euros enregistrés au cours du premier semestre 2018. » L’activité du marché britannique est restée robuste avec 4,3 milliards d’euros investis au cours du premier semestre 2018 et les loyers logistiques « prime » sont demeurés relativement stables dans l’ensemble, tandis que les taux de rendement « prime » se sont stabilisés à 4,25 %. En Allemagne, les investissements en locaux d’activité et logistiques sont restés très soutenus, avec 3 milliards d’euros enregistrés au cours du premier semestre 2018. Malgré une baisse d’environ 47 % par rapport au premier semestre 2017, il s’agit de loin du deuxième meilleur résultat jamais atteint. Aux Pays-Bas, les investissements en locaux d’activité et logistiques ont fortement augmenté au cours du premier semestre 2018, pour atteindre 2 milliards d’euros (+ 57 % comparé au 1er semestre 2017). Cette catégorie d’actifs est particulièrement solide aux Pays-Bas, où elle représente 25 % du total des investissements en immobilier commercial au premier semestre 2018. Le marché français a représenté 1,4 milliard d’euros au cours des six premiers mois de l’année, stimulé une fois de plus par les cessions de portefeuilles. En Espagne, après deux années d’activité sans précédent, l’investissement a atteint 390 millions d’euros, soit une baisse de 33 % par rapport au premier semestre 2017. En Pologne, l’investissement a, quant à lui, augmenté de manière significative pour se situer à 400 millions d’euros, avec des taux de rendement « prime » en baisse ce trimestre à 5,25 %.

La logistique toujours conquérante…

Portrait

Chargement