Chargement

retour Accueil > Bureaux > Points de vue > Jean-Marc Peter (Sodify) : « Que la dynamique...

Jean-Marc Peter (Sodify) : « Que la dynamique retrouvée se confirme en 2018 ! »

Points de vueBureaux

le 29 Jan 2018

La croissance française devrait afficher une augmentation en 2017. Quelles seront les conséquences pour l’immobilier de bureaux ? Jean-Marc Peter, directeur général de Sodify livre son point de vue.

« Les dernières prévisions économiques nous encouragent à être optimistes pour 2018. La croissance économique française devrait s’afficher à +1,9%* en 2017. C’est nettement mieux que les maigres 1% de ces trois dernières années. C’est aussi du jamais vu depuis 2011 ! Ne boudons pas notre plaisir : le climat des affaires est également dans l’Hexagone à son niveau le plus haut depuis 7 ans*. Il est même permis d’espérer une confirmation de l’accélération de la croissance française 2018, sinon une stabilisation.

Cette accélération de la croissance est sans conteste favorable à l’immobilier de bureaux mais aussi de commerces. Les quelques 200 000 emplois créés chaque année en France depuis 2016, majoritairement dans le secteur tertiaire, et la bonne tenue des investissements des entreprises restent un puissant catalyseur pour la demande de surfaces de bureaux. De même, la croissance de la consommation des ménages et la progression de leur pouvoir d’achat continuent de soutenir l’immobilier de commerces, particulièrement dans les grandes villes, et ce malgré la concurrence du e-commerce.

Mais ne nous y trompons pas ! L’immobilier de bureaux et celui de commerces sont de vastes marchés composés de multiples segments. Or, tous ne profitent pas dans les mêmes proportions de cette dynamique économique. L’emplacement et la sélectivité des murs restent le nerf de la guerre pour espérer une baisse du taux de vacance et, à terme, une revalorisation des loyers.

Dans les bureaux, la demande se concentre toujours à Paris, dans l’Ouest parisien et dans les grandes métropoles hexagonales dynamiques. Dans le commerce, de puissantes tendances structurelles, que sont le retour de la proximité, le développement des commerces alimentaires et de « bien-être », l’impact favorable du tourisme, mais aussi une sur-offre de surfaces commerciales en périphérie des villes parallèlement à l’avènement du e-commerce et au recul de l’utilisation de la voiture, bénéficient au commerce de centres-villes dans les grandes métropoles hexagonales attractives.

Fidèles à la prudence qui caractérise aussi SOFIDY, nous continuerons à mettre en œuvre notre stratégie vers les bureaux et les commerces. Cependant, nous nous efforcerons de compléter la diversification de nos investissements tant par zone géographique que par typologie d’actifs. Cette diversification est en effet devenue la pierre angulaire de notre stratégie d’investissement, la mutualisation des risques nous paraissant essentielle dans un contexte économique et financier revigoré, mais néanmoins encore fragile. »

 

*Source INSEE, décembre 2017

Pauline Hélari

Édito
par Arthur de Boutiny

le 22/05/2018

Un poumon vert pour le ventre de Paris

Les Halles achèvent leur métamorphose. Les héritiers des protestataires qui trouvaient le ventre de Paris défiguré par le déménagement des Halles via Rungis et la démolition des Pavillons Baltard avaient eu des héritiers. Depuis 2004, le Forum des Halles faisait office de chantier à ciel ouvert et la station de métro Châtelet-Les Halles (avec ses dédales de couloir et son « hub » souterrain) était redoutée par n’importe quel usager de la RATP. Le nouveau Forum des Halles, inauguré en 2016, avait déjà mis une dernière touche aux travaux ; le jardin Nelson Mandela, le parachève.

Inauguré le samedi 19 mai par Anne Hidalgo, le jardin baptisé du nom de l’ancien président sud-africain s’étend sur 4,3 hectares et fait le lien entre la Canopée, ouverte en avril 2016, et la Bourse du Commerce. Cinq ans de travaux ont été nécessaires pour finaliser les plans de l’agence Seura et Philippe Raguin Paysagiste, ainsi que 33 millions d’euros de budget.

Parmi les aménagements proposés dans ce jardin, on peut compter une grande prairie, un jardin d’aventures, des lisières boisées, des pistes de pétanque, des jeux d’eaux, 2 500 m2 d’aires de jeux pour les 7-11 ans et 1 400 m2 consacrés au 2-6 ans. 500 arbres, de différentes essences, permettent de créer un véritable poumon vert au coeur de Paris, alors que ce jardin accessible aux handicapés était déjà dévoilé en partie.

Symbolique, la création de ce jardin l’est, puisqu’il fait le lien avec la Canopée des Halles, après dix ans de travaux, qui avait permis de rendre la place à nouveau traversable à pied et avait doté la station la plus fréquentée de la Capitale d’un véritable centre commercial de 75 000 m2, sous la houlette d’Unibail-Rodamco et d’AXA et dont le succès n’avait pas démérité… Mais il permet aussi de rejoindre à pied l’Eglise Saint-Eustache et la Bourse du Commerce, dont les travaux doivent s’achever en 2019. A la clé, un nouveau musée exceptionnel pour Paris, puisque ce dernier bâtiment accueillera la Fondation Pinault.

Des années de travaux sans interrompre la vie bourdonnante du quartier et de ses transports, pour un coeur de Paris refait à neuf, verdi et aménagé au maximum… Cela en valait la peine !

Portrait

Chargement