Chargement

retour Accueil > Commerces > Actualités > Le choix Immoweek : un portefeuille à 205...

Le choix Immoweek : un portefeuille à 205 millions d’euros pour Patrizia

ActualitésCommerces

le 08 Nov 2017

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « deal », nous revenons sur cette très importante acquisition réalisée par Patrizia dans sa patrie, en Allemagne : le groupe a acquis, pour le compte d’un investisseur institutionnel étranger et auprès d’un fonds international basé à Londres, un portefeuille de 66 actifs commerciaux « de haute qualité », totalisant 140 000 m2 en Allemagne. L’investissement s’élève à 205 millions d’euros…

Les actifs, concentrés dans des régions économiquement attractives d’Allemagne, sont louées en majorité par de grandes surfaces agroalimentaires telles que Edeka, Netto ou Real, qui forment 85 % des revenus du portefeuille. La chaîne Edeka génère, à elle seule, 68 % des revenus locatifs du portefeuille entier. La durée du bail moyenne est de 8 ans et le taux de vacance est très bas, à 1,4 %.

Il s’agit de la deuxième transaction off-market de taille réalisée par Patrizia ces dernières semaines. Fin septembre, le groupe avait acheté pour 400 millions d’euros un portefeuille de 85 actifs commerciaux en Allemagne. Le portefeuille commercial de Patrizia compte à présent plus de 600 actifs totalisant 4 milliards d’euros, la moitié d’entre eux étant dans l’alimentaire…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Valérie Garnier

le 19/09/2018

La Défense : 60 ans et toujours sexy !

L’histoire se passe dans un pavillon situé en banlieue parisienne, en l’occurrence Courbevoie. Une ville en plein bouleversements, consécutifs aux travaux d’urbanisme monumentaux qui y sont engagés, tout comme à Puteaux et Nanterre, pour que le futur quartier de La Défense voit le jour.

Les camions, les pelleteuses, les marteaux-piqueurs, les grues et le bruit incessant que forme l’ensemble, dressent le décor du film de Pierre Granier-Deferre, d’après un roman de Georges Simenon, intitulé « Le Chat ». Nous sommes en 1971 et le quartier de La Défense, qui a été inauguré avec l’ouverture du Cnit en septembre 1958, s’apprête à émerger. Courbevoie, Puteaux et Nanterre vivent leurs derniers jours de « petites banlieues parisiennes ».
Après moultes rebondissements, péripéties et crises diverses, La Défense n’a eu de cesse de se développer, de se construire et même se déconstruire !
Pour faire face à l’obsolescence de nombreuses tours, un « Plan de Renouveau de La Défense » est lancé en 2006 par Nicolas Sarkozy, alors président de l’Epad. Il prévoit la construction de 850 000 m2 de bureaux supplémentaires, dont 350 000 en démolition-reconstruction ; 100 000 m2 de nouveaux logements et la réalisation de grands équipements.

En 2007, l’EPGD est créé pour gérer et promouvoir le quartier d’affaires. En 2010, l’EPGD change de nom pour devenir Defacto, tandis que l’Epad fusionne avec l’Epasa, aménageur de la Zac Seine-Arche, pour devenir l’Epadesa.

En janvier 2018, Defacto et l’Epadesa décident, à leur tour, de fusionner et la nouvelle structure, en charge de gérer, d’aménager et de promouvoir le quartier se nomme alors Paris La Défense.

Aujourd’hui, Paris La Défense fête ses 60 ans ! Historiquement, il s’agit du premier quartier d’affaires européen ; le quatrième le plus attractif au monde, selon le baromètre d’attractivité EY-ULI 2017 ; un territoire de 564 hectares, dont 31 d’espaces piétons ; 500 entreprises sont implantées, dont 41 % d’origine étrangère ; 75 % de sièges sociaux. La Défense, c’est aussi 3,5 millions de mètres carrés de bureaux dans plus de 70 tours, dont 10 000 m2 d’espaces de coworking ; 180 000 salariés ; 42 000 habitants et 45 000 étudiants. La Défense continue de se moderniser autour de nouvelles gares et développe des infrastructures au service des habitants afin de s’intégrer et répondre aux exigences et aux ambitions du Grand Paris. Bref, La Défense est loin d’avoir achevé son évolution urbaine !

Portrait

Chargement