Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Commerces > Actualités > Le choix Immoweek : La Compagnie de Phalsbourg...

Le choix Immoweek : La Compagnie de Phalsbourg lance « The Village », premier « outlet phygital »

ActualitésCommerces

le 22 Mai 2018

"The Village", vue par drone ©Bertrand Zimmer

Attention, concept ! La Compagnie de Phalsbourg montre, une nouvelle fois, son fort attachement à l’immobilier nouvelle génération avec « The Village », inauguré jeudi dernier « aux portes du Grand Lyon et des Alpes ». La particularité de cet outlet ? Outre son aspect architectural moderne et épuré, ce centre commercial – qui fait la part belle aux enseignes de la mode française et internationale et à la gastronomie – est le premier outlet « phygital » au monde : « physique, digital et experientiel ». Les détails de cet « immeuble » dans notre « choix Immoweek » de ce mardi 22 mai.

Qu’est-ce qui marque cette « phygitalisation » (utilisons le barbarisme jusqu’au bout !) au sein de « The Village » ? Un site internet complet « permettant de retrouver l’ensemble des services, mais aussi de profiter des conseils d’un assistant shopping en ligne et de retrouver toutes les offres des magasins online grâce à la solution de la start-up Wishibam. Avec le click and collect, les clients peuvent être conseillés et acheter en ligne, puis venir retirer leur achat en boutique ». Et pour agrémenter ces services en ligne, le centre propose – via un programme de fidélité – des services exclusifs et, eux, bien physiques : « accès à des lounges exclusifs, des réductions supplémentaires », mais aussi « des voituriers, des assistants shoppings polyglottes, des majordomes, ainsi qu’un service de transfert en hélicoptère sont à leur disposition »…

"Repenser le modèle de l’outlet"

« Avec « The Village », nous avons voulu créer un écrin pour la mode et la gastronomie au cœur de cette région qui est l’une des plus dynamiques en Europe, et repenser le modèle de l’outlet. Aujourd’hui, nous souhaitons que nos visiteurs viennent pour les marques et leurs réductions, mais reviennent pour le lieu ! » précise Philippe Journo, président de la Compagnie de Phalsbourg, élu « Pierre d’Or » 2018 dans la catégorie « Promoteurs ».

Ce village de marques totalise 30 000 m2 et regroupe 48 grands noms de la mode française et internationale ainsi que 8 marques sport et outdoor, 9 boutiques dédiées à la maison, 3 à la beauté et pas moins de 12 restaurants autour d’un lac artificiel pour l’offre gastronomique. Imaginé par l’architecte et designer italien Gianni Ranaulo, il est composé de 78 maisons en structure bois recouvertes de façades et toitures de verre blanc. Fidèle à son engagement écologique, la Compagnie de Phaslbourg a laissé une place importante à la nature au sein de l’outlet : près de 750 arbres et l’intégralité des terrasses ont été végétalisées avec 460 000 plantes et arbustes ».

« The Village » bénéficie d’une localisation au coeur de la région Auvergne Rhône Alpes : à 12 minutes de l’aéroport et de la gare TGV Lyon Saint Exupéry, à 30 minutes du centre de Lyon, à 1h15 de Genève et « directement à la sortie de l’autoroute qui mène aux stations de ski ». « De nombreux partenariats ont d’ores et déjà été noués avec les principaux acteurs du tourisme pour fidéliser une clientèle internationale » ajoute Compagnie de Phalsbourg, qui attend entre 3 et 4 millions de visiteurs chaque année. D’ailleurs, l’outlet a déjà enregistré une affluence record de 115 000 visiteurs dès le premier week-end d’ouverture.

Le projet aura représenté un investissement de 115 millions d’euros. Pour le gérer, la Compagnie de Phalsbourg et les 80 enseignes ont déjà recruté 400 salariés par le biais d’une convention avec Pôle Emploi destinée à favoriser l’emploi local. Après cette ouverture, le groupe devrait prochainement lancer la commercialisation de la deuxième phase, qui portera le nombre d’enseignes à 120. Encore un beau succès à enregistrer pour Compagnie de Phalsbourg !

La Compagnie de Phalsbourg a inauguré, jeudi 16 mai, « The Village ». Un outlet dernière génération qui promeut le « phygital : physique, digital et experientiel ». En savoir plus en lisant le choix Immoweek du mardi 22 mai.

le 22 mai 2018

« The Village », premier outlet « phygital », ouvre dans le Grand Lyon

le 22 mai 2018

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 14/06/2019

Le coworking « continue sa mutation »…

Non seulement le coworking poursuit sa croissance, mais « le marché se structure » fait valoir BNP Paribas Real Estate dans une récente étude au niveau européen.

Le conseil affirme, ainsi, que « portées par les grands acteurs internationaux, Londres, Paris et Varsovie dominent le marché européen du coworking ». Pour ce qui est de la capitale britannique, elle « demeure la ville la plus densément équipée, complétant son offre avec plus de 180 000 m2 de nouveaux espaces de coworking (+ 13 % par rapport à 2017) » et de préciser que « néanmoins, sur les 18 villes d’Europe analysées, Vienne, Milan, Cologne et Dublin se révèlent être des marchés très actifs avec un développement rapide »…

Pour ce qui concerne Paris, la Capitale « comptabilise 28 transactions en 2018 pour une surface totale de 117 866 m2 (+19 %, par rapport à 2017), presque exclusivement intra-muros ». BNP Paribas Real Estate souligne, aussi, que « le marché parisien est déjà bien investi par les « pure players » nationaux et internationaux. Néanmoins, l’offre reste très concentrée : près de 53 % des transactions ont été réalisées dans le quartier central des affaires (QCA), 40 % hors QCA et 2,5 % dans le quartier de La Défense. Le coworking continue sa mutation et tend à se professionnaliser davantage : en effet, les marques de coworking prennent des surfaces de plus en plus grandes et mettent en oeuvre des stratégies pour s’adresser à la fois aux indépendants, mais aussi aux grands groupes »…

« Après l’explosion du nombre d’espaces de coworking ces dernières années, qui a bondi d’environ 1 000 en 2012 à plus de 18 000 aujourd’hui dans le monde, le marché devrait être en voie de stabilisation, voire à certains endroits de consolidation » explique Richard Malle, « global head of research » de BNP Paribas Real Estate, qui poursuit : « avec un quart des espaces de coworking dans le monde encore non profitables en 2018, le marché aura d’autant plus besoin de se repenser et d’évoluer au cours des prochaines années. Car là où les coworkers profitent de la flexibilité offerte par ce modèle, les marques de coworking, elles, s’engagent sur des baux fermes et doivent rentabiliser leur investissement sur le long terme. Aussi, les acteurs indépendants qui n’ont pas la capacité de lutter contre les grandes marques vont, sans doute, devoir se positionner sur des créneaux spécifiques. Toutefois, la tendance est aux nouvelles formes de collaboration et le coworking s’inscrit durablement dans le paysage tertiaire »…

Portrait

Chargement