Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Commerces > Actualités > Le choix Immoweek : La Compagnie de Phalsbourg...

Le choix Immoweek : La Compagnie de Phalsbourg lance « The Village », premier « outlet phygital »

ActualitésCommerces

le 22 Mai 2018

"The Village", vue par drone ©Bertrand Zimmer

Attention, concept ! La Compagnie de Phalsbourg montre, une nouvelle fois, son fort attachement à l’immobilier nouvelle génération avec « The Village », inauguré jeudi dernier « aux portes du Grand Lyon et des Alpes ». La particularité de cet outlet ? Outre son aspect architectural moderne et épuré, ce centre commercial – qui fait la part belle aux enseignes de la mode française et internationale et à la gastronomie – est le premier outlet « phygital » au monde : « physique, digital et experientiel ». Les détails de cet « immeuble » dans notre « choix Immoweek » de ce mardi 22 mai.

Qu’est-ce qui marque cette « phygitalisation » (utilisons le barbarisme jusqu’au bout !) au sein de « The Village » ? Un site internet complet « permettant de retrouver l’ensemble des services, mais aussi de profiter des conseils d’un assistant shopping en ligne et de retrouver toutes les offres des magasins online grâce à la solution de la start-up Wishibam. Avec le click and collect, les clients peuvent être conseillés et acheter en ligne, puis venir retirer leur achat en boutique ». Et pour agrémenter ces services en ligne, le centre propose – via un programme de fidélité – des services exclusifs et, eux, bien physiques : « accès à des lounges exclusifs, des réductions supplémentaires », mais aussi « des voituriers, des assistants shoppings polyglottes, des majordomes, ainsi qu’un service de transfert en hélicoptère sont à leur disposition »…

"Repenser le modèle de l’outlet"

« Avec « The Village », nous avons voulu créer un écrin pour la mode et la gastronomie au cœur de cette région qui est l’une des plus dynamiques en Europe, et repenser le modèle de l’outlet. Aujourd’hui, nous souhaitons que nos visiteurs viennent pour les marques et leurs réductions, mais reviennent pour le lieu ! » précise Philippe Journo, président de la Compagnie de Phalsbourg, élu « Pierre d’Or » 2018 dans la catégorie « Promoteurs ».

Ce village de marques totalise 30 000 m2 et regroupe 48 grands noms de la mode française et internationale ainsi que 8 marques sport et outdoor, 9 boutiques dédiées à la maison, 3 à la beauté et pas moins de 12 restaurants autour d’un lac artificiel pour l’offre gastronomique. Imaginé par l’architecte et designer italien Gianni Ranaulo, il est composé de 78 maisons en structure bois recouvertes de façades et toitures de verre blanc. Fidèle à son engagement écologique, la Compagnie de Phaslbourg a laissé une place importante à la nature au sein de l’outlet : près de 750 arbres et l’intégralité des terrasses ont été végétalisées avec 460 000 plantes et arbustes ».

« The Village » bénéficie d’une localisation au coeur de la région Auvergne Rhône Alpes : à 12 minutes de l’aéroport et de la gare TGV Lyon Saint Exupéry, à 30 minutes du centre de Lyon, à 1h15 de Genève et « directement à la sortie de l’autoroute qui mène aux stations de ski ». « De nombreux partenariats ont d’ores et déjà été noués avec les principaux acteurs du tourisme pour fidéliser une clientèle internationale » ajoute Compagnie de Phalsbourg, qui attend entre 3 et 4 millions de visiteurs chaque année. D’ailleurs, l’outlet a déjà enregistré une affluence record de 115 000 visiteurs dès le premier week-end d’ouverture.

Le projet aura représenté un investissement de 115 millions d’euros. Pour le gérer, la Compagnie de Phalsbourg et les 80 enseignes ont déjà recruté 400 salariés par le biais d’une convention avec Pôle Emploi destinée à favoriser l’emploi local. Après cette ouverture, le groupe devrait prochainement lancer la commercialisation de la deuxième phase, qui portera le nombre d’enseignes à 120. Encore un beau succès à enregistrer pour Compagnie de Phalsbourg !

La Compagnie de Phalsbourg a inauguré, jeudi 16 mai, « The Village ». Un outlet dernière génération qui promeut le « phygital : physique, digital et experientiel ». En savoir plus en lisant le choix Immoweek du mardi 22 mai.

le 22 mai 2018

« The Village », premier outlet « phygital », ouvre dans le Grand Lyon

le 22 mai 2018

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Catherine Bocquet

le 24/04/2019

Quand Cash attaque

Ca fait mal et même très mal aux HLM. Le reportage diffusé hier sur France 2 dans Cash Investigation, est une dénonciation en règle de dérives et malversations pratiquées par deux bailleurs sociaux et une Sem.

Une dénonciation qui jette l’opprobre sur tout un secteur avec une accroche sans appel : « loyers modérés pour business démesuré ». Bakchiches pour l’attribution de logements, commission d’attribution fantômes, sur-facturation de charges, logements laissés à l’abandon, appartements truffés de plomb, un inventaire sans limites avec comme fil conducteur la souffrance des locataires. L’auteur du reportage, Sophie Roland, n’a pas inventé ces dérives et actes illégaux ; ils existent hélas. Ils doivent être dénoncés et sanctionnés lorsque la loi le permet. Et elle le permet réellement. L’Agence nationale de contrôle du logement social (Ancols), le « gendarme » comme on la surnomme, devrait y veiller et peut-être doit-elle être dotée de davantage de prérogatives. Une adresse email a été créée (controle@ancols.fr) pour permettre aux locataires qui le souhaitent de dénoncer les abus et on serait heureux de savoir combien l’Agence aura reçu de mails à la fin de l’année. Bref, le reportage à charge aura atteint son objectif : montrer le verre à moitié vide en oubliant hélas celui à moitié plein. Il est dommage en effet que quelques réserves n’aient pas été émises en préambule de l’émission. Elles auraient permis d’éviter le sentiment de « tous pourris » laissé à la fin du reportage. Dommage aussi de mélanger Sem et ESH, de ne pas évoquer le contexte actuel de réforme du secteur, de ne pas expliquer les divers modes de gouvernance, les différents conventionnements, les acteurs en présence…Bref, c’est la télé, mais des compléments d’enquête auraient été nécessaires. Le débat mené par Elise Lucet à l’issue du sujet, aura cependant ouvert la porte et élargi le propos. Un épisode 2 de ce Cash attaque serait bienvenu !

Portrait

Chargement