Chargement

retour Accueil > Territoires > Actualités > Le budget 2018 de la Région Ile-de-France...

Le budget 2018 de la Région Ile-de-France poursuit les économies et l’investissement

- Le - par Arthur de Boutiny

Les conseillers régionaux d’Ile-de-France ont débattu des orientations budgétaires pour 2018, qui se traduisent, selon la majorité, par la poursuite des économies et de l’investissement, quand l’opposition a dénoncé un budget de « désengagement », « d’austérité » et de « propagande ».

La Région Ile-de-France va " continuer à réduire, en 2018, ses dépenses de fonctionnement à hauteur de 2 % (39 millions d’euros) ", a indiqué le vice-président en charge du budget Stéphane Salini.
" Au total, nous aurons fait 700 millions d’euros d’économie en trois ans ", s’est félicitée la présidente de la Région Valérie Pécresse, " soit une économie de 120 euros par ménage francilien ".
" Nous avons su rééquilibrer notre budget pour faire de la région une collectivité d’investissement ", a ajouté Stéphane Salini, évoquant en trois ans " près de 600 millions d’euros supplémentaires d’investissement " et " un niveau inégalé de 1,825 milliard d’euros affectés " en 2017.
" En 2018, nous faisons le pari de maintenir l’investissement au même niveau ", a-t-il dit, avec des " priorités " sur " la transition écologique ", " l’emploi et la formation " et " la réduction des fractures territoriales (logement, sécurité, sport et culture) ".
Le " dynamisme retrouvé " de la Région Ile-de-France et " notre gestion sérieuse auraient dû nous permettre de dégager plus de marge de manoeuvre. Malheureusement, les réformes proposées par l’Etat pour 2018 vont fortement nous contraindre ", a-t-il dénoncé, évoquant une " baisse des recettes de 100 millions d’euros ".
Yann Wehrling, pour le Modem (membre de la majorité régionale et de la majorité gouvernementale), a, au contraire, estimé que " pour la première fois en trois ans, l’Etat n’opèrera pas de coupe sèche dans la dotation globale de fonctionnement en préférant une contractualisation avec les collectivités locales pour prendre en compte leurs efforts et les réalités locales ".
Le FN a, de son côté, dit craindre que la Région " se cache derrière le manque à gagner engendré par la baisse des engagements de l’Etat pour justifier une baisse des aides aux entreprises ".
Le PS a pointé la " sous exécution " du budget régional avec, par exemple pour la politique de la ville " , 40 % de sous consommation sur un budget déjà diminué de 60 % ".
Même constat pour le groupe Alternative écologiste et sociale (ARS) : " vous affichez votre volonté de faire de l’environnement une priorité, mais vous ne consommez pas les crédits annoncés ".
Les Radicaux de gauche (RCDEC) ont dénoncé une " stratégie de désengagement et d’austérité ", tandis que le Front de gauche a déploré " un document de propagande ". " Vous êtes sur la même longueur d’onde qu’Emmanuel Macron ", a dénoncé Céline Malaisé, appelant à refuser " la contractualisation avec l’Etat ". (AFP)

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Chargement