Chargement

retour Accueil > Finance & Bourse > Actualités > Le choix Immoweek : le fondateur d’Uber se...

Le choix Immoweek : le fondateur d’Uber se reconvertit dans l’immobilier

ActualitésFinance & Bourse

le 23 Mar 2018

Travis Kalanick / Wikipedia Commons

Pour ce choix d’Immoweek, nous nous penchons sur une reconversion dans l’immobilier, par une personnalité mondialement connue : en effet, Travis Kalanick, fondateur et ex-directeur général d’Uber, a retrouvé un travail dans l’immobilier, devenant président-directeur général de la start-up City Storage Systems, y injectant 150 millions de dollars (121,8 millions d’euros). La preuve que l’immobilier intéresse même les parangons de la Net économie…

La somme injectée dans City Storage Systems (ex-CloudKitchens, fondé par Diego Berdakin, investisseur dans Uber de la première heure) représente 10 % des liquidités de l’entreprise. City Storage Systems se spécialise dans la réhabilitation de commerces, de parkings et d’espaces industriels vétustes ; « il y a plus de 10 billions de dollars de biens immobiliers qui devront être réadaptés pour l’ère numérique » a ainsi commenté le fondateur d’Uber. Cet investissement vient du nouveau fonds de Kalanick, « 10100 », qu’il avait lancé après son départ d’Uber.
Sur son compte Twitter, Travis Kalanick a expliqué : « Plus tôt ce mois-ci, j’ai lancé « 10 100″, un fonds qui regroupe mes passions, mes investissements, mes idées et mes gros paris, avec un intérêt particulier pour l’immobilier. Je suis heureux d’annoncer ma première entreprise majeure dans ce domaine : 10 100 a trouvé un accord pour prendre une participation majoritaire dans City Storage Systems, une société de portefeuille spécialisée dans la rénovation de biens immobiliers en déshérence, de typologie commerciale, industrielle ou de parkings. (…) Cet investissement de 150 millions de dollars à CSS est mû par l’opportunité majeure de repositionner des actifs non rentables en créateurs d’emplois. Il faut particulièrement noter CloudKitchens et CloudRetail, les initiatives de CSS en matière de B2B, dévolues à l’achat et au développement d’immobilier pour les industries d’alimentation et de commerce. (…) »

A 41 ans, le fondateur d’Uber n’en est pas à son coup d’essai en matière de start-ups, puisqu’il avait déjà lancé les sites de partage de fichiers Scour et Red Swoosh. Lorsqu’il a quitté son entreprise en 2017, l’application créée en 2009 s’était implantée dans plus de 300 villes à travers le monde et affichait une valorisation de 68 milliards de dollars (61 milliards d’euros), un record pour une entreprise non-cotée. Critiqué par ses méthodes de management et sa politique de concurrence très brutales, il finit par démissionner le 20 juin 2017 de son poste de directeur général, sous la pression des investisseurs, accusé de harcèlement sexuel et après que la vidéo d’une altercation très violente avec un chauffeur ait fuité sur Internet. Avec une fortune estimée à 4,8 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros), Travis Kalanick, ancien membre du comité de chefs d’entreprise qui devait conseiller Donald Trump, est le 115ème homme le plus riche des Etats-Unis d’après Forbes.
De surcroît, il faut rappeler que l’autre fondateur de Uber, Garrett Camp, s’était lui aussi lancé dans l’immobilier, lançant « Haus », une plate-forme d’interaction entre vendeurs et acheteurs dans le résidentiel, émanation du réseau d’entrepreneurs Expa.

Après sa démission, Travis Kalanick avait reconnu « qu’il nécessitait de mûrir, en tant que chef d’entreprise ». A-t-il bien changé ? Va-t-il importer ses méthodes de management et de gestion dans le domaine de l’immobilier ? En tout cas, si vous souhaitez travailler au sein de l’équipe de quinze personnes de City Storage Systems, il laisse son e-mail

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Arthur de Boutiny

le 18/09/2018

La logistique ne décélère pas

L’intérêt pour la logistique ne décélère pas après une année 2017 de tous les records, y compris à l’échelle de l’Europe, comme le montre une étude de BNP Paribas Real Estate pour le premier semestre 2018. Si le volume de transactions d’entrepôts de plus de 5 000 m2 baisse de 14 %, c’est après une année historique. Et en Espagne, en Allemagne et aux Pays-Bas, le volume record a même été conservé…

Même chose pour les investissements, qui se sont ajustés d’eux-mêmes à la baisse : leur volume baisse de 21 %, mais atteint néanmoins les 14 milliards d’euros à l’échelle de l’Europe, dopé par la croissance du PIB dans la Zone euro (+2,2 % en 2018) et la pétulance de l’e-commerce, qui a augmenté son poids européen de 14 % en 2017 et devrait encore enregistrer une croissance à deux chiffres cette année. L’Allemagne et les Pays-Bas ont de nouveau bien démarré l’année avec un niveau d’activité élevé, tandis que le marché français, après avoir connu une forte croissance pendant trois ans consécutifs, a baissé au cours du premier semestre 2018. Le marché britannique est demeuré dynamique, avec un volume de transactions d’1,6 million de mètres carrés au premier semestre 2018. Les taux de vacance des entrepôts XXL, où l’offre a de plus en plus de peine à suivre la demande, sont inférieurs à 5 % en Espagne, aux Pays-Bas, en Pologne et en République Tchèque. Les loyers ont augmenté de 2 % dans les principaux marchés européens, tout particulièrement à Milan, Berlin et dans les villes régionales britanniques.

BNP Paribas Real Estate note, également, que « le marché des locaux d’activité et logistiques a atteint son second volume d’investissement semestriel le plus élevé, avec 14 milliards d’euros enregistrés au cours du premier semestre 2018. » L’activité du marché britannique est restée robuste avec 4,3 milliards d’euros investis au cours du premier semestre 2018 et les loyers logistiques « prime » sont demeurés relativement stables dans l’ensemble, tandis que les taux de rendement « prime » se sont stabilisés à 4,25 %. En Allemagne, les investissements en locaux d’activité et logistiques sont restés très soutenus, avec 3 milliards d’euros enregistrés au cours du premier semestre 2018. Malgré une baisse d’environ 47 % par rapport au premier semestre 2017, il s’agit de loin du deuxième meilleur résultat jamais atteint. Aux Pays-Bas, les investissements en locaux d’activité et logistiques ont fortement augmenté au cours du premier semestre 2018, pour atteindre 2 milliards d’euros (+ 57 % comparé au 1er semestre 2017). Cette catégorie d’actifs est particulièrement solide aux Pays-Bas, où elle représente 25 % du total des investissements en immobilier commercial au premier semestre 2018. Le marché français a représenté 1,4 milliard d’euros au cours des six premiers mois de l’année, stimulé une fois de plus par les cessions de portefeuilles. En Espagne, après deux années d’activité sans précédent, l’investissement a atteint 390 millions d’euros, soit une baisse de 33 % par rapport au premier semestre 2017. En Pologne, l’investissement a, quant à lui, augmenté de manière significative pour se situer à 400 millions d’euros, avec des taux de rendement « prime » en baisse ce trimestre à 5,25 %.

La logistique toujours conquérante…

Portrait

Chargement