Chargement

retour Accueil > Finance & Bourse > Actualités > Le choix Immoweek : le fondateur d’Uber se...

Le choix Immoweek : le fondateur d’Uber se reconvertit dans l’immobilier

ActualitésFinance & Bourse

le 23 Mar 2018

Travis Kalanick / Wikipedia Commons

Pour ce choix d’Immoweek, nous nous penchons sur une reconversion dans l’immobilier, par une personnalité mondialement connue : en effet, Travis Kalanick, fondateur et ex-directeur général d’Uber, a retrouvé un travail dans l’immobilier, devenant président-directeur général de la start-up City Storage Systems, y injectant 150 millions de dollars (121,8 millions d’euros). La preuve que l’immobilier intéresse même les parangons de la Net économie…

La somme injectée dans City Storage Systems (ex-CloudKitchens, fondé par Diego Berdakin, investisseur dans Uber de la première heure) représente 10 % des liquidités de l’entreprise. City Storage Systems se spécialise dans la réhabilitation de commerces, de parkings et d’espaces industriels vétustes ; « il y a plus de 10 billions de dollars de biens immobiliers qui devront être réadaptés pour l’ère numérique » a ainsi commenté le fondateur d’Uber. Cet investissement vient du nouveau fonds de Kalanick, « 10100 », qu’il avait lancé après son départ d’Uber.
Sur son compte Twitter, Travis Kalanick a expliqué : « Plus tôt ce mois-ci, j’ai lancé « 10 100″, un fonds qui regroupe mes passions, mes investissements, mes idées et mes gros paris, avec un intérêt particulier pour l’immobilier. Je suis heureux d’annoncer ma première entreprise majeure dans ce domaine : 10 100 a trouvé un accord pour prendre une participation majoritaire dans City Storage Systems, une société de portefeuille spécialisée dans la rénovation de biens immobiliers en déshérence, de typologie commerciale, industrielle ou de parkings. (…) Cet investissement de 150 millions de dollars à CSS est mû par l’opportunité majeure de repositionner des actifs non rentables en créateurs d’emplois. Il faut particulièrement noter CloudKitchens et CloudRetail, les initiatives de CSS en matière de B2B, dévolues à l’achat et au développement d’immobilier pour les industries d’alimentation et de commerce. (…) »

A 41 ans, le fondateur d’Uber n’en est pas à son coup d’essai en matière de start-ups, puisqu’il avait déjà lancé les sites de partage de fichiers Scour et Red Swoosh. Lorsqu’il a quitté son entreprise en 2017, l’application créée en 2009 s’était implantée dans plus de 300 villes à travers le monde et affichait une valorisation de 68 milliards de dollars (61 milliards d’euros), un record pour une entreprise non-cotée. Critiqué par ses méthodes de management et sa politique de concurrence très brutales, il finit par démissionner le 20 juin 2017 de son poste de directeur général, sous la pression des investisseurs, accusé de harcèlement sexuel et après que la vidéo d’une altercation très violente avec un chauffeur ait fuité sur Internet. Avec une fortune estimée à 4,8 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros), Travis Kalanick, ancien membre du comité de chefs d’entreprise qui devait conseiller Donald Trump, est le 115ème homme le plus riche des Etats-Unis d’après Forbes.
De surcroît, il faut rappeler que l’autre fondateur de Uber, Garrett Camp, s’était lui aussi lancé dans l’immobilier, lançant « Haus », une plate-forme d’interaction entre vendeurs et acheteurs dans le résidentiel, émanation du réseau d’entrepreneurs Expa.

Après sa démission, Travis Kalanick avait reconnu « qu’il nécessitait de mûrir, en tant que chef d’entreprise ». A-t-il bien changé ? Va-t-il importer ses méthodes de management et de gestion dans le domaine de l’immobilier ? En tout cas, si vous souhaitez travailler au sein de l’équipe de quinze personnes de City Storage Systems, il laisse son e-mail

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 16/07/2018

Paris sous ses plus beaux atours…

« Paris attend plus de 3 500 banquiers de la City » titrait, la semaine dernière, « Le Figaro » au lendemain d’un dîner de gala organisé par Paris Europlace au cours duquel le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé de nouvelles mesures pour encourager les banquiers internationaux à s’installer dans la Capitale suite au Brexit.

Le lendemain, Paris Ile-de-France Capitale Economique et KPMG rappelaient que « dès mars 2018, à l’occasion de la cinquième édition du Forum Grand Paris », les deux partenaires « révélaient dans leur rapport sur les métropoles mondiales, « Global Cities Investment Monitor », que les investissements internationaux dans le Grand Paris étaient en hausse de 70 % par rapport à 2016, faisant de Paris la 3ème destination la plus attractive du monde sur cette typologie d’investissements ». Surtout, « dans la nouvelle version de cette étude dédiée à l’attractivité des métropoles mondiales, la montée en puissance de Paris et de son image se confirme. 516 dirigeants d’entreprises de 22 pays ont été interrogés et donnent les tendances suivantes : Paris prend la 3ème place des métropoles dans le monde en terme d’image (l’écart avec Londres et New-York se réduit de moitié au cours d’une seule année » !) ; les investisseurs sont de plus en plus favorables à cette destination ; l’attractivité de Paris devrait encore progresser d’ici trois ans et le Brexit s’impose comme un facteur déterminant pour les investisseurs ». Et Christian Nibourel, président de Paris-Ile-de-France Capitale Economique de souligner : « nous entrons vraiment et ce, de manière très concrète, dans un temps nouveau où la marque de Paris, en tant que premier centre d’affaires mondial, se renforce chaque jour »…

Face aux résultats du 1er semestre dans l’immobilier d’entreprise (demande placée, loyers, volume d’investissement en hausse, stock en baisse), nombre de professionnels ne manquent pas de s’interroger sur le haut de cycle, redoutant qu’il soit atteint. Face à l’ensemble de ces informations selon lesquelles Paris ne cessent de renforcer ses atours, il ne semble pas impossible que le marché reste un moment en haut du cycle. Voire continue son ascension… Dans ce contexte, gagner la Coupe du Monde de Football constitue un facteur positif supplémentaire. Et l’on sait l’importance du facteur psychologique dans l’économie…

Portrait

Chargement