Chargement

retour Accueil > Territoires > Actualités > L’architecte Roland Castro missionné par...

L’architecte Roland Castro missionné par Emmanuel Macron pour réfléchir au Grand Paris

ActualitésTerritoires

le 13 Juin 2018

L’architecte et urbaniste Roland Castro a été chargé par Emmanuel Macron d’une mission de réflexion sur le Grand Paris et le « nouveau modèle de métropole mondiale » à inventer, avant que son organisation institutionnelle ne soit présentée à l’automne.

Cette mission de réflexion, dont les propositions devront être rendues pour le 31 juillet, doit permettre de « se projeter dans une métropole durable, et donc dense, connectée, attractive et rayonnante », indique la lettre de mission du Président de la République. Elle permettra de « nourrir la réflexion en cours » sur l’évolution institutionnelle du Grand Paris, annoncée par Emmanuel Macron pour l’automne dernier et sans cesse repoussée, alors que ce projet est aujourd’hui représenté par la Métropole du Grand Paris (MGP).

Pour Roland Castro, célèbre pour son travail sur les banlieues, « il s’agit de rendre cette métropole, que je vais proposer d’appeler « Paris en Grand », très attractive sur le plan économique et très solidaire sur le plan social ». « C’est le moment d’inventer une métropole mondiale qui soit un exemple pour le monde entier et qui soit formidable pour ses habitants », s’enthousiasme-t-il, conjuguant « flux mondiaux » et vie quotidienne. Il faut « en finir avec l’obsession des centres historiques, avec cette manière de faire des zones industrielles, des zones commerciales…, aujourd’hui, le territoire est zoné », dit-il.

Jetant quelques pistes, l’architecte évoque les répercussions des Jeux Olympiques de 2024, qui « vont décentrer l’intérêt hors du petit Paris ». Il pointe un port autonome de Paris, « aujourd’hui un port industriel, qui pourrait devenir un lieu partagé, un lieu culturel ». Dans la même veine, « il n’y a aucune raison que Rungis ne puisse devenir un lieu habité, sans déranger le grand marché actuel », dit-il. Il faudra aussi « probablement en finir avec le périphérique qui entoure Paris et réfléchir à la transformation de ce grand périph’ qu’est l’A86 (qui encercle l’Ile-de-France), qui doit cesser d’être une barrière » dit-il.

Implantation des petites entreprises, mobilités, « villes qui vont mal », mais aussi environnement seront les thèmes étudiés, précise Roland Castro, qui veut « imaginer une métropole plus respirable, plus tranquille, plus calme, une oasis métropolitaine dans un monde qui se dérègle sur le plan climatique ». L’architecte travaillera en lien avec le préfet de la Région Ile-de-France, avec des groupes de travail invitant les maires, les associations, les entreprises, les habitants…, et des réunions publiques sur le terrain.

Co-fondateur du collectif Banlieues 89, Roland Castro avait fait partie des architectes missionnés par le Président Nicolas Sarkozy pour imaginer le Grand Paris en 2008. (AFP)

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Pascal Bonnefille

le 27/07/2018

Vacances : j’oublie tout (ou presque)…

Avant la rupture du mois d’août, grande tradition hexagonale qu’Immoweek respecte en interrompant ce « 13 heures » jusqu’au 20 août, il n’est pas inutile de dresser un bilan, rapide, de la situation des marchés et des professionnels qui les font vivre. On a déjà eu l’occasion de le constater : le secteur immobilier vit actuellement une forme de schizophrénie ou, si l’on préfère, joue en même temps à Jean qui rit et Jean qui pleure. Côté larmes, on sent pointer l’inquiétude de la FFB avec tous les acteurs concernés, promoteurs au premier rang, analysant la baisse des mises en chantier, dans le secteur social comme dans celui des maisons individuelles. Le monde HLM, majoritairement, soumis à une réforme qui va tailler dans les structures, changer les mécanismes, est aussi inquiet. Côté joies, on comptera bien sûr le monde de l’immobilier d’entreprise, qui dans la promotion comme dans l’investissement, dans la location (avec le meilleur 1er semestre depuis 10 ans !) comme dans la gestion voit la vie en rose.

Mais cette situation, différenciée, n’est pas si facile à présenter- on allait dire à défendre !- aux pouvoirs publics, aux responsables de la Cohésion des territoires, comme à Bercy, toujours là pour serrer les cordons de la bourse. Car les résultats des promoteurs sont excellents (nous ne reprendrons pas la litanie des chiffres 2017, souvent records), ceux des foncières également (même si la Bourse ne leur est pas favorable en ce moment) et les innovations, les start-ups, les nouvelles générations sont de plus en plus présentes, parfois au premier plan. Bref, le secteur ne dort pas et n’a pas dormi. On peut être certain qu’après ces quelques jours, nous retrouverons un secteur en pleine rénovation – le mot est choisi. Comme toujours, les mutations seront parfois difficiles, et même douloureuses : espérons en commun que les nuages iront en s’éclaircissant, même dans le secteur HLM. Et que nous pourrons collectivement tout oublier (ou presque) pendant ces vacances que nous vous souhaitons belles, reposantes ou au contraire dynamisantes, en tout cas heureuses.

Portrait

Chargement