Chargement

retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le Cese recommande de faire plus de place à la...

Le Cese recommande de faire plus de place à la nature en ville

ActualitésGreen & Innovations

le 11 Juil 2018

Les politiques de la ville doivent mieux prendre en compte la préservation de la biodiversité, estime le Conseil Economique, Social et Environnemental (Cese), qui présente 22 préconisations en ce sens.

Pour le Cese, dont les avis sont consultatifs, une des priorités est d’inscrire la défense de la biodiversité « dans l’article un de la Constitution ». Dans le cadre de la révision de la Constitution, il est prévu d’inscrire dans l’article 1er la France « agit pour la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et contre les changements climatiques ».

Une autre priorité est de prendre la biodiversité « en compte de façon transversale dans l’ensemble des politiques publiques applicables à la ville (aménagement, logement, transport, santé, agriculture…) », poursuit le Cese. « Il faut faire de la biodiversité un enjeu majeur », explique la rapporteure de cet avis, Annabelle Jaeger, d’autant que « la demande sociale est très forte » pour donner une plus grande place à la nature en ville. « C’est une partie de la réponse au changement climatique et à la lutte contre l’érosion de la biodiversité », tout en étant bénéfique pour la santé, rappelle Annabelle Jaeger.

Les préconisations du Cese mettent l’accent sur la nécessité d' »intégrer les milieux naturels comme éléments structurants de l’aménagement urbain », avec un objectif d’environ « 30 % d’espaces végétalisés de pleine terre » et des mesures compensatrices en cas de « destruction d’éléments naturels en milieu urbain ». Aujourd’hui, quand un espace est disponible en ville, « souvent la question ne se pose pas entre faire du logement ou faire de la nature, on fait du logement » constate la rapporteure. « J’aimerais que systématiquement on se pose la question de comment faire les deux ». Le Cese recommande également de lutter contre l’artificialisation des sols ou encore de favoriser les initiatives pour « reconnecter avec la nature une population majoritairement urbaine ». (AFP)

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Arthur de Boutiny

le 18/09/2018

La logistique ne décélère pas

L’intérêt pour la logistique ne décélère pas après une année 2017 de tous les records, y compris à l’échelle de l’Europe, comme le montre une étude de BNP Paribas Real Estate pour le premier semestre 2018. Si le volume de transactions d’entrepôts de plus de 5 000 m2 baisse de 14 %, c’est après une année historique. Et en Espagne, en Allemagne et aux Pays-Bas, le volume record a même été conservé…

Même chose pour les investissements, qui se sont ajustés d’eux-mêmes à la baisse : leur volume baisse de 21 %, mais atteint néanmoins les 14 milliards d’euros à l’échelle de l’Europe, dopé par la croissance du PIB dans la Zone euro (+2,2 % en 2018) et la pétulance de l’e-commerce, qui a augmenté son poids européen de 14 % en 2017 et devrait encore enregistrer une croissance à deux chiffres cette année. L’Allemagne et les Pays-Bas ont de nouveau bien démarré l’année avec un niveau d’activité élevé, tandis que le marché français, après avoir connu une forte croissance pendant trois ans consécutifs, a baissé au cours du premier semestre 2018. Le marché britannique est demeuré dynamique, avec un volume de transactions d’1,6 million de mètres carrés au premier semestre 2018. Les taux de vacance des entrepôts XXL, où l’offre a de plus en plus de peine à suivre la demande, sont inférieurs à 5 % en Espagne, aux Pays-Bas, en Pologne et en République Tchèque. Les loyers ont augmenté de 2 % dans les principaux marchés européens, tout particulièrement à Milan, Berlin et dans les villes régionales britanniques.

BNP Paribas Real Estate note, également, que « le marché des locaux d’activité et logistiques a atteint son second volume d’investissement semestriel le plus élevé, avec 14 milliards d’euros enregistrés au cours du premier semestre 2018. » L’activité du marché britannique est restée robuste avec 4,3 milliards d’euros investis au cours du premier semestre 2018 et les loyers logistiques « prime » sont demeurés relativement stables dans l’ensemble, tandis que les taux de rendement « prime » se sont stabilisés à 4,25 %. En Allemagne, les investissements en locaux d’activité et logistiques sont restés très soutenus, avec 3 milliards d’euros enregistrés au cours du premier semestre 2018. Malgré une baisse d’environ 47 % par rapport au premier semestre 2017, il s’agit de loin du deuxième meilleur résultat jamais atteint. Aux Pays-Bas, les investissements en locaux d’activité et logistiques ont fortement augmenté au cours du premier semestre 2018, pour atteindre 2 milliards d’euros (+ 57 % comparé au 1er semestre 2017). Cette catégorie d’actifs est particulièrement solide aux Pays-Bas, où elle représente 25 % du total des investissements en immobilier commercial au premier semestre 2018. Le marché français a représenté 1,4 milliard d’euros au cours des six premiers mois de l’année, stimulé une fois de plus par les cessions de portefeuilles. En Espagne, après deux années d’activité sans précédent, l’investissement a atteint 390 millions d’euros, soit une baisse de 33 % par rapport au premier semestre 2017. En Pologne, l’investissement a, quant à lui, augmenté de manière significative pour se situer à 400 millions d’euros, avec des taux de rendement « prime » en baisse ce trimestre à 5,25 %.

La logistique toujours conquérante…

Portrait

Chargement