Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : Catherine Papillon (BNP...

Le choix Immoweek : Catherine Papillon (BNP Paribas Real Estate) – « Donner du sens à l’immobilier »

ActualitésGreen & Innovations

le 04 Fév 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous commençons avec la lauréate de la « Pierre d’Or Innovation », Catherine Papillon, directrice développement durable et RSE chez BNP Paribas Real Estate.

Au lumineux cinquième étage du siège de l’entreprise, quai de Stalingrad, à Issy-les-Moulineaux, le nouvel aménagement est flambant neuf. «Nous avons décidé de nous installer nous-mêmes dans une configuration flex office, ce qui nous permet de pouvoir mieux conseiller nos clients» explique Catherine Papillon, directrice développement durable et RSE chez BNP Paribas Real Estate.
Rien de tel, en effet, qu’un test grandeur nature pour appréhender les nouveaux modes de travail. Dotés de moquettes moelleuses pour étouffer les bruits, les espaces sont sobres et spacieux, ponctués de box dédiés pour travailler en petits groupes en toute discrétion ou s’isoler pour boucler un dossier. Une salle ouverte avec des tables hautes permet d’organiser un meeting informel en buvant un café, l’espace d’attente est décoré comme une bibliothèque et des œuvres d’art ponctuent les différents espaces. Fini les bureaux attribués, place aux casiers pour y déposer son ordinateur chaque soir et passer au zéro papier. «C’est une très bonne expérience pour nos collaborateurs et, pour ma part, je m’y adapte avec bonheur» confie Catherine Papillon en souriant.
Son enthousiasme, c’est sans doute ce qui a marqué sa carrière, alors qu’elle est arrivée dans le secteur de l’immobilier par hasard, après avoir passé une maîtrise de Lettres Modernes à la Sorbonne et obtenu un troisième cycle en Sciences de la Communication au Cnam : «j’ai répondu à une annonce publiée dans «Le Figaro» et j’ai été embauchée chez Auguste-Thouard, au département commerce, rue d’Astorg, à Paris» raconte cette amatrice de ski, qui aime passer des heures à arpenter les rues de Paris au gré des expositions et des spectacles, concerts ou pièces de théâtre.«Ma première mission consistait à identifier des clients potentiels. Alors, je lisais beaucoup les journaux pour suivre l’actualité des entreprises et constituer une base de données». De fil en aiguille, elle prend en charge le marketing et la communication de l’entreprise: «j’ai rédigé des mailings, j’allais dans les salons, je prenais déjà contact avec des journalistes… J’ai, depuis, participé à tous les Mipim» précise-t-elle. En 1990-1991, avec la crise, «on m’a fortement recommandé de passer à l’opérationnel» se souvient cette membre du Cercle des Femmes de l’Immobilier. «Ce n’était pas ma formation initiale, mais je n’avais rien à perdre et, pendant un an, je me suis consacrée à la transaction, en créant ainsi mon propre poste. En m’adaptant à chaque fois, j’ai grandi avec l’entreprise, au fil des rachats, des réorganisations et de ses évolutions. Au fur et à mesure, cela m’a permis d’évoluer à l’international et de passer de la communication au marketing et, aujourd’hui de devenir directrice internationale du développement durable-RSE».
De fait, cette professionnelle pragmatique n’a jamais quitté l’entreprise, devenue BNP Paribas Real Estate, accompagnant notamment, chemin faisant, pas moins d’une dizaine de changements de marque! «En 30 ans de carrière, j’ai eu une bonne quinzaine de patrons et non des moindres. De ces multiples expériences, j’ai retenu deux choses fondamentales. D’une part, il faut être proche de l’opérationnel et servir le business. Ensuite, tout suit. Aujourd’hui, je dois développer une stratégie pour tous les métiers, tous les pays et toutes les fonctions sur les volets économique, environnemental et social. D’autre part, il faut toujours dire ce que l’on pense et lorsque l’on n’est pas d’accord, il faut le dire. Ensuite, c’est accepté ou non, mais, en tous cas, c’est dit. Il faut poser ses valeurs» estime-t-elle. Parmi ses multiples initiatives, citons-en deux: le prix des espoirs de l’Architecture, qui prépare déjà sa douzième édition et qui récompense d’une bourse, au terme d’un concours, des étudiants inscrits en quatrième ou cinquième année d’écoles d’architecture; et l’initiative Solid’Office, une association dont l’objectif est de proposer des bureaux à prix modique pour des chercheurs d’emploi, en partenariat avec Bureaux à Partager, pour la gestion des espaces rendus disponibles, en attendant une transaction par exemple, et CoJob, qui anime des ateliers et des sessions de coaching. De quoi donner du sens à l’immobilier solidaire.

Virginie Grolleau

La rédaction d'immoweek

Édito
par Arthur de Boutiny

le 21/05/2019

Belfort : le lion fait crinière neuve

A l’heure de Notre-Dame de Paris et du Loto du Patrimoine, d’autres monuments bénéficient d’une remise à neuf, en l’occurrence d’un nettoyage décennal. C’est le cas du Lion de Belfort, l’autre grande oeuvre d’Auguste Bartholdi, père de la Statue de la Liberté. Erigé dans le chef-lieu du Territoire de Belfort, le monument dédié à la guerre franco-prussienne va voir le rose de son grès ravivé après un court chantier.

Construit de 1875 à 1880 et voulu pour commémorer le siège héroïque de la ville de Belfort mené pendant 103 jours par le colonel Denfert-Rochereau pendant la guerre de 1870-1871, le Lion de grès rose des Vosges, adossé au château de Belfort, est représenté couché, prêt à bondir, du haut de ses 11 mètres et de 22 mètres de long, tournant le dos à la frontière allemande, mais tenant dans ses griffes une flèche en direction du Rhin… Belfort étant, jusqu’en 1918, la seule ville d’Alsace restée sous contrôle français, un symbole fort était recherché. Monument historique depuis 1931, le Lion de Belfort a sa réplique, en cuivre martelé, place Denfert-Rochereau, dans le 14ème arrondissement de Paris. Une autre copie est installée à Montréal.

L’opération de réfection, estimée à 41 000 euros, voit un échafaudage recouvrir la sculpture sans peser sur elle. Le nettoyage est très méticuleux et doit aussi voir la réparation de joints abîmés. Avec les intempéries et la pollution, des mousses et du lichen se sont déposés sur la pierre et ont noirci progressivement le grès rose. Le Lion doit subir un nettoyage tous les dix ans environ, le dernier remontant à 2010, qui répond à un cahier des charges précis établi par la Direction régionale des affaires culturelles et des monuments historiques (Drac). La pression utilisée pour la pulvérisation des produits de nettoyage et de protection de la pierre est ajustée pour préserver son intégrité.

Normalement, le Lion de Belfort doit se présenter dans sa splendeur retrouvée à temps pour le Festival international de musique universitaire, prévu du 6 au 10 juin, et pour le départ de la 7ème étape du Tour de France (Belfort-Châlon-sur-Saône), le 12 juillet.
Le patrimoine historique n’est pas négligé en France…

Portrait

Chargement