Chargement

retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Manuel Flam plaide pour une révolution...

Manuel Flam plaide pour une révolution énergétique… et numérique !

ActualitésGreen & Innovations

le 03 Avr 2017

directeur général du groupe SNI chargé du logement social - président du directoire de Grand Paris Habitat

Dans une tribune sur le site internet LesEchos.fr, Manuel Flam note la prépondérance sur sujet de la rénovation énergétique aux élections présidentielles. Le directeur général du Groupe SNI souhaite « faire d’une pierre deux coups » : mieux équiper les logements en numérique.

Il souligne dans un premier temps l’absolue nécessité de faire disparaître les « passoires thermiques », ces logements « mal isolés qui laissent passer le froid en hiver et la chaleur en été », non seulement pour des raisons écologiques, mais aussi pour le bénéfice de l’économie française. « Mais il serait partiel s’il se limitait à la seule dimension énergétique : il doit, dans un même mouvement, être l’occasion de faire entrer nos logements dans l’âge numérique. Et c’est donc bien une double transition, écologique et numérique, du parc immobilier français que nous devons engager aujourd’hui » estime-t-il. Pour lui, « la digitalisation du logement permet non seulement au résident de réduire sa consommation énergétique, mais elle rend aussi possible de nouveaux services et donc de nouveaux usages ».

Il prend ainsi l’exemple de Palaiseau, « où le Groupe SNI finance actuellement l’équipement d’une résidence pour personnes âgées de capteurs facilitant le maintien à domicile, à travers l’installation de fauteuils médicalisés connectés transmettant en temps réel les indicateurs métaboliques de nos locataires à un centre de soin spécialisé ».

Il conclut ainsi : « le numérique est une opportunité de repenser les modes d’habiter la ville et les territoires, y compris pour les rendre plus durables. Le bâtiment connecté est un accélérateur de notre transition énergétique et environnementale et c’est pourquoi le grand plan de réhabilitation des logements du prochain quinquennat doit marcher sur deux jambes : énergétique et numérique. En associant les exigences et les bénéfices de ces deux transitions, il permettra au secteur de l’immobilier résidentiel de devenir digital et écologique ».

Retrouvez le texte intégral sur le site LesEchos.fr (lien direct)

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Arthur de Boutiny

le 18/09/2018

La logistique ne décélère pas

L’intérêt pour la logistique ne décélère pas après une année 2017 de tous les records, y compris à l’échelle de l’Europe, comme le montre une étude de BNP Paribas Real Estate pour le premier semestre 2018. Si le volume de transactions d’entrepôts de plus de 5 000 m2 baisse de 14 %, c’est après une année historique. Et en Espagne, en Allemagne et aux Pays-Bas, le volume record a même été conservé…

Même chose pour les investissements, qui se sont ajustés d’eux-mêmes à la baisse : leur volume baisse de 21 %, mais atteint néanmoins les 14 milliards d’euros à l’échelle de l’Europe, dopé par la croissance du PIB dans la Zone euro (+2,2 % en 2018) et la pétulance de l’e-commerce, qui a augmenté son poids européen de 14 % en 2017 et devrait encore enregistrer une croissance à deux chiffres cette année. L’Allemagne et les Pays-Bas ont de nouveau bien démarré l’année avec un niveau d’activité élevé, tandis que le marché français, après avoir connu une forte croissance pendant trois ans consécutifs, a baissé au cours du premier semestre 2018. Le marché britannique est demeuré dynamique, avec un volume de transactions d’1,6 million de mètres carrés au premier semestre 2018. Les taux de vacance des entrepôts XXL, où l’offre a de plus en plus de peine à suivre la demande, sont inférieurs à 5 % en Espagne, aux Pays-Bas, en Pologne et en République Tchèque. Les loyers ont augmenté de 2 % dans les principaux marchés européens, tout particulièrement à Milan, Berlin et dans les villes régionales britanniques.

BNP Paribas Real Estate note, également, que « le marché des locaux d’activité et logistiques a atteint son second volume d’investissement semestriel le plus élevé, avec 14 milliards d’euros enregistrés au cours du premier semestre 2018. » L’activité du marché britannique est restée robuste avec 4,3 milliards d’euros investis au cours du premier semestre 2018 et les loyers logistiques « prime » sont demeurés relativement stables dans l’ensemble, tandis que les taux de rendement « prime » se sont stabilisés à 4,25 %. En Allemagne, les investissements en locaux d’activité et logistiques sont restés très soutenus, avec 3 milliards d’euros enregistrés au cours du premier semestre 2018. Malgré une baisse d’environ 47 % par rapport au premier semestre 2017, il s’agit de loin du deuxième meilleur résultat jamais atteint. Aux Pays-Bas, les investissements en locaux d’activité et logistiques ont fortement augmenté au cours du premier semestre 2018, pour atteindre 2 milliards d’euros (+ 57 % comparé au 1er semestre 2017). Cette catégorie d’actifs est particulièrement solide aux Pays-Bas, où elle représente 25 % du total des investissements en immobilier commercial au premier semestre 2018. Le marché français a représenté 1,4 milliard d’euros au cours des six premiers mois de l’année, stimulé une fois de plus par les cessions de portefeuilles. En Espagne, après deux années d’activité sans précédent, l’investissement a atteint 390 millions d’euros, soit une baisse de 33 % par rapport au premier semestre 2017. En Pologne, l’investissement a, quant à lui, augmenté de manière significative pour se situer à 400 millions d’euros, avec des taux de rendement « prime » en baisse ce trimestre à 5,25 %.

La logistique toujours conquérante…

Portrait

Chargement