Chargement

retour Accueil > Green & Innovations > Interviews > Nos questions à… Christine Fumagalli (Orpi) :...

Nos questions à… Christine Fumagalli (Orpi) : « l’essentiel est qu’on reparle de la rénovation énergétique »…

InterviewsGreen & Innovations

le 28 Mar 2018

Christine Fumagalli, nouvelle présidente du réseau Orpi, réagit à la création du chèque-énergie par le ministère de la Transition Ecologique et Solidaire : une initiative bienvenue, mais qui ne va pas assez loin.

Que pensez-vous de la création du chèque-énergie par Nicolas Hulot ?
C’est une bonne chose que l’on reparle de la rénovation énergétique ; cela prouve l’intérêt du gouvernement pour cette question. Ce chèque, cependant, ne résout en rien le problème de fond. Quand on voit que 4 millions de personnes en France sont concernées par la précarité énergétique, vivent avec des dépenses énergétiques représentant au moins 10 % de leurs revenus et que 7 à 8 millions de logements doivent être rénovés avant 2025, les montants annoncés paraissent être une goutte d’eau dans un grand fleuve. Des solutions doivent être mises en place pour que la démarche énergétique devienne un véritable sujet national et pas seulement un sujet politique.

Existe-t-il des moyens plus efficaces pour encourager les ménages à rénover ?
Le réseau Orpi avait signé dès 2017 un « Green Deal » avec le ministère du Logement avec la volonté d’engager l’ensemble des professionnels de notre réseau, une volonté manifestée dès 2015. Nous estimons que l’agent immobilier est au cœur même de la problématique et de la pédagogie du logement, en tant qu’interlocuteur de toutes les parties, sur le terrain. Si, intellectuellement, on ne peut être contre un tel projet, nos clients ne comprennent pas le processus et le système d’incitation. La feuille de route de 7 à 8 millions de logements à rénover d’ici 2025 nous semble très, très ambitieuse.

Trop ambitieuse ?
Oui, surtout lorsque l’on sait qu’engager une rénovation énergétique en copropriété prend au moins deux ans et demi et que tout est à recommencer en cas de changement de copropriétaire. Or, 2025, c’est demain ! Une grande simplification du système et une stabilité des modes d’incitation sont nécessaires pour sortir de la nébuleuse. Le fond du problème est de rénover tous les logements, de rentrer dans la pédagogie et l’incitation. Nicolas Hulot a inquiété les propriétaires en parlant d’une obligation de travaux pour les vendeurs de biens en catégorie F ou G, mais on ne savait pas si le vendeur ou l’acheteur serait celui qui devrait payer !

Quelles sont les actions d’Orpi dans ce domaine ?
Nous avons une application qui permet à n’importe qui de mesurer la performance énergétique d’un bien et, grâce à un partenariat avec EDF, de connaître les travaux à effectuer, réaliser son DPE et être informé des solutions financières et des entreprises. Avec les propriétaires-bailleurs et les syndics, nous proposons un ensemble de devis pour la valorisation de leur patrimoine et le bien-être de leurs locataires, dans l’optique de les guider. Nous sommes également engagés avec le Plan Bâtiment Durable afin d’expliquer les actions du réseau Orpi.

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Arthur de Boutiny

le 24/04/2018

HQE, BREEAM, Leed et consorts…

Lancé en novembre, le label Intairieur se propose de mesurer et contrôler la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments. « On sait désormais que l’air intérieur est cinq à dix fois plus pollué qu’à l’extérieur (…) et est responsable de près de 20 000 décès prématurés par an en France, tandis qu’on estime à 19 milliards d’euros son coût socio-économique ». Ce protocole de valorisation de la qualité de l’air intérieur va être repris par Bouygues Immobilier pour son programme « Oreka », à Bayonne (64). On le voit, les labels et autres certifications deviennent de plus en plus nombreux et, pour le commun des mortels comme pour les professionnels, il devient difficile de s’y retrouver.

Acermi, BBCA, BiodiverCity, Biosourcé, BREEAM, CSTBat, Eco Artisan, Effinergie, Habitat et Environnement, Leed, Minergie, NF HQE, Passivahaus, Qualitel, Well… Citer les quelque 4 000 normes se rapportant au bâtiment serait fastidieux et tiendrait de la liste de Prévert, mais le Grenelle de l’Environnement, la Cop21 et l’Accord de Paris ont fortement favorisé la multiplication des certifications, qui sont pour près de 98 % d’entre elles d’application volontaire et résultent d’une stratégie. Une trinité se détache néanmoins : HQE, BREEAM et Leed.

Outre les questions de chauvinisme, entre la norme française HQE, l’anglaise BREEAM et l’américaine Leed, il y a, bien sûr, le souhait d’attirer des entreprises internationales dans les bureaux. HQE se focalise sur l’éco-construction, l’éco-gestion, le confort et le santé et permet de bénéficier des labels d’Etat de HPE (haute performance énergétique) et BBC (bâtiment basse consommation) ; délivré par Certivéa, il est bien plus cher que celui de ses concurrentes, un coût à relativiser par rapport aux coûts d’investissements mobilisés sur ces projets. BREEAM se focalise, quant à elle, sur 10 thématiques environnementales, rend obligatoire le recrutement d’un écologue et a pour elle un process de certification allégé et un coût bas. Quant à Leed, encore timide dans l’Hexagone, elle a pour elle une saisie du dossier simple sur une plate-forme en ligne, mais a contre elle des références, des normes et des produits peu reconnus en Europe, tout en rendant incontournable le « commissioning » : ce processus d’assurance de la qualité, qui s’étend sur toute la durée des étapes de développement, réalisation, mise en service et exploitation du bâtiment, est un pré-requis pour l’obtention de la certification. Les sujets traités par ces certifications étant les mêmes, les acteurs de l’immobilier choisissent de plus en plus souvent la triple certification.

Si les certifications tiennent de la forêt vierge, il faut néanmoins remarquer que leur emploi de plus en plus massif est une preuve évidente de l’intérêt des professionnels de l’immobilier pour le développement durable et une adéquation des bâtiments à de tels objectifs… Comme si la complexité des labels était proportionnelle à celle du défi de l’écologie…

Portrait

Chargement