Chargement

retour Accueil > Green & Innovations > Points de vue > Plan Hulot : oui à l’incitation, non au...

Plan Hulot : oui à l’incitation, non au malus !

Points de vueGreen & Innovations

le 30 Avr 2018

Le gouvernement a annoncé qu’il tranchera avant l’été sur la question du système de bonus-malus appliqué sur la taxe foncière ou lors de la vente des logements en fonction de leur performance énergétique. L’Union Nationale des Propriétaires Immobiliers (UNPI) livre son point de vue.

« Le plan de rénovation énergétique présenté hier à Angers laissait augurer de bonnes mesures pour les propriétaires : politique du guichet unique, simplification règlementaire, prime versée immédiatement après les travaux, ouverture des aides à l’ensemble du public, etc. Cependant, le Ministre Hulot  s’est prononcé dans un second temps favorablement au système du bonus/malus en fonction de la performance énergétique du logement, alors qu’il semblait être abandonné. Jean Perrin, Président de l’UNPI, s’oppose très fortement à cette mesure et appelle le Ministre à rester fidèle au plan incitatif qu’il a présenté hier à Angers : aides et simplifications plutôt que la coercition.

Il rappelle que les propriétaires n’ont pas tous la capacité financière permettant de payer des travaux obligatoires, d’autant que le retour sur investissement n’est pas immédiat et les aides financières prévues insuffisantes pour certains ménages. Par ailleurs, la confiance est mise à mal par l’augmentation de CSG, l’application exclusive de l’IFI et l’exclusion du prélèvement forfaitaire unique. Enfin, les inquiétudes sur l’augmentation massive de la taxe foncière pour combler la perte liée à la suppression de la taxe d’habitation restent au centre des préoccupations des propriétaires. Il n’est pas question d’y appliquer un malus supplémentaire !

Les propriétaires sont favorables à la rénovation énergétique, mais il est inacceptable d’imposer des mesures qui vont une nouvelle fois casser l’offre locative et mettre en danger la solvabilité des propriétaires. »

La rédaction d'immoweek

Édito
par Pascal Bonnefille

le 27/07/2018

Vacances : j’oublie tout (ou presque)…

Avant la rupture du mois d’août, grande tradition hexagonale qu’Immoweek respecte en interrompant ce « 13 heures » jusqu’au 20 août, il n’est pas inutile de dresser un bilan, rapide, de la situation des marchés et des professionnels qui les font vivre. On a déjà eu l’occasion de le constater : le secteur immobilier vit actuellement une forme de schizophrénie ou, si l’on préfère, joue en même temps à Jean qui rit et Jean qui pleure. Côté larmes, on sent pointer l’inquiétude de la FFB avec tous les acteurs concernés, promoteurs au premier rang, analysant la baisse des mises en chantier, dans le secteur social comme dans celui des maisons individuelles. Le monde HLM, majoritairement, soumis à une réforme qui va tailler dans les structures, changer les mécanismes, est aussi inquiet. Côté joies, on comptera bien sûr le monde de l’immobilier d’entreprise, qui dans la promotion comme dans l’investissement, dans la location (avec le meilleur 1er semestre depuis 10 ans !) comme dans la gestion voit la vie en rose.

Mais cette situation, différenciée, n’est pas si facile à présenter- on allait dire à défendre !- aux pouvoirs publics, aux responsables de la Cohésion des territoires, comme à Bercy, toujours là pour serrer les cordons de la bourse. Car les résultats des promoteurs sont excellents (nous ne reprendrons pas la litanie des chiffres 2017, souvent records), ceux des foncières également (même si la Bourse ne leur est pas favorable en ce moment) et les innovations, les start-ups, les nouvelles générations sont de plus en plus présentes, parfois au premier plan. Bref, le secteur ne dort pas et n’a pas dormi. On peut être certain qu’après ces quelques jours, nous retrouverons un secteur en pleine rénovation – le mot est choisi. Comme toujours, les mutations seront parfois difficiles, et même douloureuses : espérons en commun que les nuages iront en s’éclaircissant, même dans le secteur HLM. Et que nous pourrons collectivement tout oublier (ou presque) pendant ces vacances que nous vous souhaitons belles, reposantes ou au contraire dynamisantes, en tout cas heureuses.

Portrait

Chargement