Chargement

retour Accueil > Hôtels > Actualités > Le choix Immoweek : « Svart », un 1er hôtel...

Le choix Immoweek : « Svart », un 1er hôtel à énergie positive va voir le jour au Pôle Nord

ActualitésHôtels

le 13 Fév 2018

En collaboration avec Arctic Adventure de Norvège, Asplan Viak et Skanska, Snøhetta a conçu « Svart », le premier hôtel à énergie positive au monde, au pied du glacier de Svartisen, qui traverse la municipalité de Meløy dans le nord de la Norvège. Cette « oasis » au milieu des glaces à l’architecture une nouvelle fois remarquable est signée du cabinet norvégien retenu notamment pour le projet des « Lumières Pleyel », lauréat dans le cadre d’Inventons la Métropole. C’est aussi notre choix Immoweek de ce rendez-vous consacré à « l’immeuble ».

Le nom de cet hôtel, « Svart », qui signifie « noir » ou « bleu » (les mots ont les deux sens en vieux norvégien) est un hommage à la glace bleue de Svartisen.  Il s’étend du rivage au pied de la montagne Almlifjellet, à toute proximité des eaux claires du fjord Holandsfjorden qu’il domine.  Sa construction s’inspire de l’architecture vernaculaire locale sous la forme du «fiskehjell» (structure en bois en forme de A pour sécher le poisson) et du «rorbue» (type traditionnel de maison saisonnière utilisée par les pêcheurs). L’hôtel n’est accessible que par bateau et il est prévu d’introduire une navette en bateau à énergie neutre depuis la ville de Bodø.

Des performances énergétiques remarquables
« Svart » réduit la consommation d’énergie annuelle d’environ 85 %, répondant à la norme « Powerhouse ». L’idée est de proposer « une destination touristique durable en respectant les caractéristiques uniques ce territoire polaire » : les espèces végétales rares, les eaux propres et la glace bleue du glacier Svartisen. Pour atteindre cette prouesse, les architectes ont réalisé une cartographie détaillée du comportement des rayons solaires et les chambres d’hôtel, les restaurants et les terrasses sont stratégiquement placés pour exploiter l’énergie du soleil tout au long de la journée et des saisons. Le toit de l’hôtel est recouvert de panneaux solaires produits avec de l’énergie hydroélectrique propre réduisant encore plus l’empreinte carbone. En raison des longues nuits d’été de cette région, la production annuelle d’énergie solaire sera en fait supérieure à la quantité d’énergie qu’il serait possible de récolter plus au sud. Pendant les mois d’hiver, lorsque le soleil est bas dans le ciel, les grandes fenêtres de la façade permettent un maximum d’ensoleillement pour exploiter l’énergie thermique naturelle du soleil.

Des matériaux à faible énergie intrinsèque ont été utilisés pour atteindre la norme Powerhouse et l’utilisation du bois dans la construction et le bardage minimise l’impact environnemental du bâtiment.  L’hôtel utilise également des puits géothermiques reliés aux pompes à chaleur. Ceux-ci sont utilisés pour chauffer le bâtiment, réduisant ainsi la consommation d’énergie totale du bâtiment.

Bref, un hôtel tout vert au milieu d’une immensité toute blanche !Svart2017127_OSSvart2017127_OS_N6

Svart2017127_OS_N7

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Pascal Bonnefille

le 27/07/2018

Vacances : j’oublie tout (ou presque)…

Avant la rupture du mois d’août, grande tradition hexagonale qu’Immoweek respecte en interrompant ce « 13 heures » jusqu’au 20 août, il n’est pas inutile de dresser un bilan, rapide, de la situation des marchés et des professionnels qui les font vivre. On a déjà eu l’occasion de le constater : le secteur immobilier vit actuellement une forme de schizophrénie ou, si l’on préfère, joue en même temps à Jean qui rit et Jean qui pleure. Côté larmes, on sent pointer l’inquiétude de la FFB avec tous les acteurs concernés, promoteurs au premier rang, analysant la baisse des mises en chantier, dans le secteur social comme dans celui des maisons individuelles. Le monde HLM, majoritairement, soumis à une réforme qui va tailler dans les structures, changer les mécanismes, est aussi inquiet. Côté joies, on comptera bien sûr le monde de l’immobilier d’entreprise, qui dans la promotion comme dans l’investissement, dans la location (avec le meilleur 1er semestre depuis 10 ans !) comme dans la gestion voit la vie en rose.

Mais cette situation, différenciée, n’est pas si facile à présenter- on allait dire à défendre !- aux pouvoirs publics, aux responsables de la Cohésion des territoires, comme à Bercy, toujours là pour serrer les cordons de la bourse. Car les résultats des promoteurs sont excellents (nous ne reprendrons pas la litanie des chiffres 2017, souvent records), ceux des foncières également (même si la Bourse ne leur est pas favorable en ce moment) et les innovations, les start-ups, les nouvelles générations sont de plus en plus présentes, parfois au premier plan. Bref, le secteur ne dort pas et n’a pas dormi. On peut être certain qu’après ces quelques jours, nous retrouverons un secteur en pleine rénovation – le mot est choisi. Comme toujours, les mutations seront parfois difficiles, et même douloureuses : espérons en commun que les nuages iront en s’éclaircissant, même dans le secteur HLM. Et que nous pourrons collectivement tout oublier (ou presque) pendant ces vacances que nous vous souhaitons belles, reposantes ou au contraire dynamisantes, en tout cas heureuses.

Portrait

Chargement