Chargement

retour Accueil > les entreprises > Amundi Immobilier

Amundi Immobilier

Entreprise

Fiche éditée le 30/06/2015 à 17h31

90, boulevard Pasteur - CS 21564
Paris cedex 15 75730
75730
Téléphone : 01 76 33 50 00
Fax : 01 76 33 50 86

La fiche de Amundi Immobilier

Présentation

Amundi Immobilier est la société de gestion du groupe Amundi spécialisée dans le développement, la structuration et la gestion de fonds immobiliers destinés aux investisseurs particuliers, aux banques privées et leurs distributeurs, aux institutionnels, aux grandes entreprises et professionnels de l’immobilier.

SCPI, OPCI, FCPR immobiliers, produits fiscaux, fonds institutionnels collectifs ou sur mesure… Amundi Immobilier offre une palette étendue de fonds et de solutions répondant aux besoins spécifiques de chaque catégorie de clientèles, tant françaises qu’internationales.

Patrimoine

Amundi Immobilier gère, pour le compte de ses fonds SCPI, OPCI, SCI, fonds de droit étranger et produits de diversification, des encours d’une valeur de 9,2 milliards d’euros au 31 décembre 2014. Les actifs immobiliers sont composés (en valeur) à 64 % de bureaux, 8 % d’actifs immobiliers résidentiels, 11 % de commerces, 6 % d’entrepôts et 11 % d’autres actifs (dont groupements viticoles ou forestiers).

Stratégie

« Au cours de l’année 2014, Amundi Immobilier a réalisé un volume global de transactions de 1,7 milliard d’euros en France et à l’international, en croissance de 40 %. En 2014, les acquisitions ont représenté une valeur de 1,5 milliard d’euros, dont 1,1 milliard d’euros en France et 400 millions d’euros à l’international, notamment en Allemagne, au Royaume-Uni, en Italie et au Maroc. En immobilier d’entreprise, les investissements ont porté à hauteur de 29 % sur des actifs de commerces et centres commerciaux, 48 % sur des actifs de bureaux, 1 % sur des cinémas, 2 % de logistique, 5 % d’hôtellerie et 1 % sur un actif de santé, pour un montant total de 1,45 milliard d’euros. En immobilier résidentiel, Amundi Immobilier a réalisé 50 millions d’euros d’investissement, pour le compte des SCPI de type déficit foncier (Amundi Défi foncier) et Malraux (Reximmo Patrimoine 4). Pour 2015, Amundi Immobilier va poursuivre sa stratégie de diversification de ses portefeuilles à l’international au travers d’investissements dans de nouveaux pays comme l’Italie, la Pologne, l’Autriche et le Benelux. Afin de satisfaire la très forte collecte de ses fonds « retail » (850 millions d’euros en 2014, dont 450 millions pour Opcimmo, son OPCI grand public, et le double attendu en 2015 compte tenu des résultats du 1er semestre), Amundi Immobilier souhaite se positionner sur des actifs de taille unitaire supérieure à 100 millions d’euros. Côté institutionnels, l’objectif sera d’élargir sa clientèle internationale en s’appuyant sur le développement rapide de sa plate-forme européenne et d’utiliser les synergies avec ses fonds « retail » pour monter des « club deals » et développer des véhicules et mandats paneuropéens ».
A noter : au 31 décembre 2014, Amundi Immobilier a cédé pour 200 millions d’euros d’actifs, via 18 transactions, dont 16 en France, 1 en Italie et 1 au Royaume-Uni.

Dernière opération

« Au cours de l’année 2014, Amundi Immobilier a réalisé, pour le compte des fonds immobiliers et mandats qu’elle gère, un volume global de transactions de 1,7 milliard d’euros, soit une croissance de 40 % par rapport à 2013 » indique la société de gestion.

Sur l’année 2014, Amundi Immobilier a réalisé 1,5 milliard d’euros d’acquisitions, pour le compte des fonds gérés, représentant 1,1 milliard d’euros en France et 400 millions d’euros à l’international, notamment en Espagne, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Italie et au Maroc.

En immobilier d’entreprise, les investissements ont porté à hauteur de 29 % sur des actifs de commerces et centres commerciaux, 48 % sur des actifs de bureaux, 15 % sur des cinémas, 2 % de logistique, 5 % d’hôtellerie et 1 % sur un actif de santé, pour un montant total de 1,45 milliard d’euros.

Les investissements en immobilier d’habitation totalisent 50 millions d’euros. Il s’agit d’acquisitions réalisées en France, pour le compte des SCPI de type Malraux (Reximmo Patrimoine 4) et déficit foncier (Amundi Défi Foncier).

Au 31 décembre 2014, Amundi Immobilier a cédé pour 200 millions d’euros d’actifs via 18 transactions, dont 16 en France, 1 en Italie et 1 au Royaume-Uni.

Au premier semestre 2015, Amundi Immobilier « a réalisé un volume d’investissement de 530 millions d’euros, comprenant notamment l’acquisition de l’actif « Colisée », à Paris, pour plus de 150 millions d’euros et l’immeuble « 88 North », à Munich, pour plus de 200 millions d’euros.

Édito
par Thierry Mouthiez

le 22/03/2019

Investissement : un cycle qui se prolonge…

Aux acteurs qui s’interrogent sur une éventuelle fin du cycle de croissance actuel dans l’immobilier d’entreprise, une récente étude de Cushman & Wakefield intitulée « Global Investment Atlas 2019 » apporte quelques réponses.

D’abord, le conseil souligne que « les volumes des transactions immobilières ont été les plus élevés jamais enregistrés, avec 1 750 milliards de dollars au niveau mondial en 2018 ». Et de préciser : « un bond de 4 % en glissement annuel par rapport aux 1 680 milliards de dollars enregistrés en 2017 ».

Surtout, Cushman & Wakefield « prévoit que ces niveaux records d’investissement vont se maintenir en 2019, autour de 1 750 milliards de dollars, les investisseurs à la recherche d’opportunités ciblant davantage de marchés et les vendeurs se manifestant en fonction de leurs stratégies immobilières, de l’évolution des politiques monétaires, des tensions géopolitiques et des changements structurels ». Le conseil « anticipe une augmentation régulière des loyers des actifs « prime », a contrario de la compression des rendements de ces dernières années ». Une situation actuellement observée dans l’Hexagone…

« La conjoncture économique est plus faible que prévu il y a à peine quelques mois, tout comme les perspectives en matière d’inflation à l’échelle mondiale. En conséquence, et tant que le risque demeure élevé, la remontée des taux d’intérêt a, de nouveau, été reportée » constate David Hutchings, « head of investment strategy EMEA capital markets » chez Cushman & Wakefield et auteur de l’étude. Il poursuit : « l’année 2019 devrait voir une nouvelle extension du cycle immobilier, ce qui permettra aux investisseurs de réorganiser leurs portefeuilles immobiliers en prévision d’une période de croissance plus lente ». Car « avec des revenus locatifs stables et une exposition à la croissance et à l’inflation, l’immobilier reste incroyablement attractif et la demande en produits « prime », quant à elle, élevée ». Bref, le cycle semble se prolonger. Il suffisait d’écouter les conseils en investissement au Mipim pour être convaincu de l’activité sur le marché, hexagonal en tout cas…

Portrait

Chargement