Chargement

retour Accueil > les entreprises > B&C France

B&C France

Entreprise

Fiche éditée le 02/07/2015 à 10h04

89, avenue Victor Hugo
Paris 75116
75116
Téléphone : 01 45 00 02 02
Fax : 01 45 01 62 55

La fiche de B&C France

Présentation

Le groupe B&C France a été fondé avec la volonté de proposer à ses partenaires investisseurs une stratégie immobilière globale de gestion financière, technique, commerciale et patrimoniale se traduisant par l’optimisation de la valeur des actifs sur lesquels il intervient.

Dans un environnement en perpétuelle évolution, nous souhaitons apporter une réponse adaptée et personnalisée, en mobilisant pour votre compte des professionnels réactifs, rigoureux et exigeants.

Nous avons développé des structures complémentaires offrant à chaque investisseur une large gamme de services. Chaque collaborateur, fort de sa connaissance du marché et grâce à la diversité des missions qui lui sont confiées, s’investit pour vous accompagner dans le cadre d’une solution globale ou ponctuelle en matière d’investissement, de gestion, de valorisation, de commercialisation ou encore d’arbitrage.

Nous agissons à vos côtés, en apportant des réponses vous permettant d’anticiper, réagir et consolider chaque investissement.

En orchestrant l’ensemble des intervenants afin de valoriser vos actifs, votre stratégie immobilière est optimisée pour la rendre encore plus performante.

Notre indépendance est le gage de notre efficacité.

Olivier CANTIE, Président de B&C France

Patrimoine

« Les acquisitions réalisées pour le compte de l’Unofi, dont B&C France assure le « sourcing », ont porté le patrimoine à une valeur d’environ 2 milliards d’euros (SCPI Notapierre et Unofi Assurance). Ce patrimoine est composé à 95 % de bureaux, avec quelques locaux d’activités ou entrepôts. Il est situé pour moitié en Ile-de-France et pour l’autre, en régions. Sur les opérations « value added » développées par B&C France, la stratégie de détention est adaptée en fonction des actifs et de nos partenaires »…

Stratégie

B&C France « recherche, pour son propre compte ou en partenariat avec des « family offices », des immeubles « value added », présentant un vide locatif important et des travaux à réaliser, situés impérativement en Ile-de-France, à proximité de transports en commun. Le volume unitaire des opérations recherchées peut aller jusqu’à 10 millions d’euros ». B&C France Asset Management « cherche à acquérir, pour le compte de l’Unofi, principalement des immeubles de bureaux neufs ou entièrement restructurés, ainsi que quelques opérations en Vefa. De façon très marginale, la SCPI Notapierre se positionne sur des entrepôts. Les actifs peuvent être situés en Ile-de-France ou dans les principales agglomérations régionales. La taille unitaire des actifs peut varier entre 20 et 100 millions d’euros. Rendement visé : à minima 5 % pour les bureaux et 7 % pour les entrepôts. Des ajustements seront faits en fonction de leur qualité, leur situation locative et de leur localisation ». Au total, B&C Asset Management souhaite investir plus de 250 millions d’euros dans des opérations « value added » et patrimoniales…

A noter : B&C Asset Management « engage l’arbitrage de certains des actifs de l’Unofi en Ile-de-France ; les actifs à céder sont des petits volumes ne correspondant plus à la stratégie immobilière de l’Unofi. Certains immeubles ou lots peuvent également intéresser des acquéreurs utilisateurs ou des promoteurs. Le tout représente un volume d’environ 100 millions d’euros »…

Dernière opération

Au total, en 2014, plus de 325 millions d’euros ont été investis, dont :
– l’acquisition de « La Diagonale » : 5 500 m2 de bureaux, avec rez-de-chaussée commercial. L’immeuble est situé au cœur de Montigny le Bretonneux (78), face au centre commercial et à 100 mètres du RER et était occupé à 50 %. L’ensemble a été restructuré entièrement sur la partie vacante et la totalité des façades a été refaite. Nexity Blue Office a pris à bail les locaux vacants six mois avant la livraison des travaux ;

– l’acquisition d’un immeuble de bureaux à restructurer au 194, rue du Président Wilson, à Saint Denis (93) : l’ensemble, composé de deux corps de bâtiment de type industriel, représente une surface de 4 200 m2 et les travaux seront achevés en octobre 2015 ;

– l’acquisition, pour le compte d’Unofi Assurance, de l’immeuble « Atlantique 34 » (ex-siège de la SNCF), rue du Commandant Mouchotte (15ème) : l’immeuble développe 18 772 m2 et est loué pour une durée ferme par la SNCF ;

– l’acquisition de quatre immeubles du portefeuille Erestone, pour une valeur supérieure à 100 millions d’euros, situés à Nantes (44), Montpellier (34), Gennevilliers (92) et Montigny le Bretonneux, représentant au total 42 000 m2 de bureaux.

Édito
par Arthur de Boutiny

le 21/05/2019

Belfort : le lion fait crinière neuve

A l’heure de Notre-Dame de Paris et du Loto du Patrimoine, d’autres monuments bénéficient d’une remise à neuf, en l’occurrence d’un nettoyage décennal. C’est le cas du Lion de Belfort, l’autre grande oeuvre d’Auguste Bartholdi, père de la Statue de la Liberté. Erigé dans le chef-lieu du Territoire de Belfort, le monument dédié à la guerre franco-prussienne va voir le rose de son grès ravivé après un court chantier.

Construit de 1875 à 1880 et voulu pour commémorer le siège héroïque de la ville de Belfort mené pendant 103 jours par le colonel Denfert-Rochereau pendant la guerre de 1870-1871, le Lion de grès rose des Vosges, adossé au château de Belfort, est représenté couché, prêt à bondir, du haut de ses 11 mètres et de 22 mètres de long, tournant le dos à la frontière allemande, mais tenant dans ses griffes une flèche en direction du Rhin… Belfort étant, jusqu’en 1918, la seule ville d’Alsace restée sous contrôle français, un symbole fort était recherché. Monument historique depuis 1931, le Lion de Belfort a sa réplique, en cuivre martelé, place Denfert-Rochereau, dans le 14ème arrondissement de Paris. Une autre copie est installée à Montréal.

L’opération de réfection, estimée à 41 000 euros, voit un échafaudage recouvrir la sculpture sans peser sur elle. Le nettoyage est très méticuleux et doit aussi voir la réparation de joints abîmés. Avec les intempéries et la pollution, des mousses et du lichen se sont déposés sur la pierre et ont noirci progressivement le grès rose. Le Lion doit subir un nettoyage tous les dix ans environ, le dernier remontant à 2010, qui répond à un cahier des charges précis établi par la Direction régionale des affaires culturelles et des monuments historiques (Drac). La pression utilisée pour la pulvérisation des produits de nettoyage et de protection de la pierre est ajustée pour préserver son intégrité.

Normalement, le Lion de Belfort doit se présenter dans sa splendeur retrouvée à temps pour le Festival international de musique universitaire, prévu du 6 au 10 juin, et pour le départ de la 7ème étape du Tour de France (Belfort-Châlon-sur-Saône), le 12 juillet.
Le patrimoine historique n’est pas négligé en France…

Portrait

Chargement