Chargement

retour Accueil > les entreprises > Clément Blanchet Architecture

Clément Blanchet Architecture

Entreprise

Fiche éditée le 18/08/2014 à 15h03

15 Boulevard Saint Martin
Paris 75003
75003
Téléphone : 0157408565

La fiche de Clément Blanchet Architecture

Présentation

« L’agence Clément Blanchet Architecture a été fondée en 2014. L’équipe regroupe des acteurs pluridisciplinaires et multiculturels intervenant sur des thématiques autour de la ville, de l’architecture et de tous les médias qui s’y rapportent. Stable et expérimentée, cette équipe fait de sa diversité une force. Pour générer des réponses ultra spécifiques, elle active un réseau de connaissance, l’agence devenant alors le médiateur, le coordinateur, garant de l’unité du projet et de la pensée.

Au sein de l’agence, la pratique est structurée comme un laboratoire, informant et générant l’architecture et l’urbanisme sous toutes leurs formes. La synergie entre théorie et pratique fonde son approche méthodologique. L’équipe traite à équivalence la conscience du réel, du monde actuel mais aussi l’analyse des phénomènes qui affectent et nourrissent l’architecture. Il ne s’agit pas uniquement d’inventer mais aussi de manipuler, de rendre lisible la connaissance, le programme original. La structure travaille à plusieurs échelles ; de la conception d’intérieurs à des équipements culturels publics, tout en considérant des approches spécifiques dans les domaines de l’éducation, du logement, de l’infrastructure, du paysage et de l’urbanisme. Concevoir l’architecture, la ville et l’infrastructure a une double ambition : l’aménagement et le développement. Aussi, la complexité n’est pas une contrainte mais un outil de fabrication du projet qui permet de révéler une potentielle simplicité. Dans cette optique, l’agence met en place des outils de dialogue avec les différents acteurs pour placer l’usager au cœur du processus créatif ».

Édito
par Catherine Bocquet

le 22/01/2019

Quand la conjoncture tousse, la statistique se fait rare

C’est un phénomène somme toute assez récurrent depuis quelques années : quand la conjoncture logement (et les chiffres qui vont avec) sont moins bons, l’information publique tend – sans exagération aucune car cela relève du constat- à se raréfier.

La preuve avec un retour en arrière et plus précisément en 2007, alors que la crise des « subprimes » commence aux Etats-Unis. A cette époque, l’Etat français, jugeant insuffisant le suivi trimestriel de la conjoncture établi par la Banque de France (une exigence de la Banque Centrale Européenne), demande la mise en place d’une mensualisation des indicateurs. Une initiative qui permet une vision actualisée et une réaction rapide aux évolutions du marché de la production de crédits immobiliers. Une initiative salutaire pourrait-on dire. Sauf qu’en décembre 2018, ce même Etat (avec d’autres aux commandes) prend, dans un courrier confidentiel (que nous nous sommes procuré) adressé le 19 janvier dernier aux directeurs des établissements bancaires, la décision de stopper cette information mensuelle. Seule demeure l’enquête trimestrielle imposée par la BCE et qui pourrait être désormais l’unique destinataire, aucune garantie sur sa publication n’ayant, en effet, été confirmée. Parallèlement à ce courrier aux directeurs, un mail a donc été envoyé à tous les services des réseaux bancaires émanant du « Chef du Service d’Analyse des Financements Nationaux de la DGS – Direction des Statistiques Monétaires et Financières. On y lit : « Madame, Monsieur, nous vous remercions de votre contribution à l’enquête mensuelle sur la distribution du crédit en France (Bank Lending Survey) dont vous trouverez en pièce jointe la restitution pour le mois de décembre 2018. Par ailleurs et suite à une décision de notre Direction Générale, nous vous informons de l’arrêt de cette collecte sous sa forme mensuelle, la version trimestrielle transmise à la BCE perdure. Nous vous communiquons pour information la copie du courrier qui a été transmise à vos dirigeants et restons à votre disposition pour toute information complémentaire ».

Désormais, et alors que tous confirment que le marché immobilier se tend, dans un contexte de « choc des territoires », la statistique publique s’efface, rendant plus difficile que jamais la lisibilité de la conjoncture. Dommage, pour ne pas dire autre chose…

Portrait

Chargement