Chargement

Epamarne

Entreprise

Fiche éditée le 31/05/2016 à 16h33

5, boulevard Pierre Carle Noisiel
Marne-la-Vallée Cedex 2 77448
77448
Téléphone : 01 64 62 44 44
Fax : 01 64 80 58 44

La fiche de Epamarne

Présentation

Créés initialement pour bâtir Marne-la-Vallée, EPAMARNE et EPAFRANCE sont devenus des outils essentiels au développement de l’est de l’Île-de-France. Sous la direction de l’État et des collectivités locales, ils produisent une part significative des logements franciliens et accompagnent les porteurs de projets, publics et privés, pour accélérer le développement économique et la création de valeur..

Les établissements publics d’aménagement, EPAMARNE et EPAFRANCE, bénéficient d’une expérience unique en matière d’aménagement urbain.

Ils accompagnent depuis plus de 40 ans le développement de Marne-la-Vallée et contribuent, aux côtés des acteurs locaux – collectivités, architectes, entreprises, investisseurs, promoteurs, société civile… – à faire de la ville nouvelle un territoire équilibré : équilibre entre habitats et emplois, équilibre entre espaces ouverts et espaces bâtis, équilibre social et générationnel, équilibre en matière de mobilités, équilibre entre l’homme et la nature…

Édito
par Pascal Bonnefille

le 18/01/2019

Un (grand) merci à Anne Hidalgo !

En choisissant un tel titre, on n’ignore pas que l’on va se faire taper sur les doigts, et pas qu’un peu, par tous les opposants à la Maire de Paris, aux premiers rangs desquels il faut certainement compter beaucoup d’automobilistes.

Mais nous ne sommes pas des spécialistes de la bagnole, mais de l’immobilier. Et, dans ce cadre, le constat s’impose : en mettant en oeuvre, en novembre 2014, « Réinventer Paris » – qui, à l’époque, suscitait beaucoup de critiques ou de doutes amusés ; le commentaire le plus souvent entendu était : « c’est du gadget » – l’équipe municipale (et, ici, il faut évidemment faire toute sa place à Jean-Louis Missika, maître d’œuvre du projet, et à toute son équipe, sans oublier Alexandre Labasse, le patron du Pavillon de l’Arsenal) a créé un mouvement qui ne s’est pas démenti depuis. Les réalisations concrètes (on est donc loin de la babiole annoncée) sont sur le point d’éclore et on attend avec impatience de découvrir terminés le projet Morland ou les « 1000 Arbres », pour ne citer qu’eux. Treize, en tout cas, ont reçu leur permis de construire et huit sont donc effectivement en chantier. Après que la Métropole du Grand Paris se soit intelligemment inspirée du dispositif, on vient de connaître les lauréats du deuxième (on n’ose dire le second) opus de l’opération : pour redonner vie aux « dessous de Paris », 217 candidats (!!!) avaient postulé sur 31 sites. Et les résultats sont, là aussi, au rendez-vous. On soulignera l’originalité, l’inventivité et la capacité à mixer les usages dont on fait preuve les projets. Avec un élément intéressant : la capacité des acteurs (architectes, investisseurs, promoteurs) à monter des dossiers ensemble, avec des « majors » et des professionnels de moyen (et de notoriété) plus modestes. Bref, ce concours permet de promouvoir les capacités innovantes, notamment des promoteurs, et de les sortir de leur « train-train ». Le nombre des dossiers présentés montre qu’ils ne demandent que cela. On s’en réjouit et pour cela aussi, on osera réitérer un « merci Anne Hidalgo ».

Portrait

Chargement