Chargement

retour Accueil > les entreprises > Primonial Reim

Primonial Reim

Entreprise

Fiche éditée le 02/07/2015 à 14h39

19, avenue de Suffren
Paris 75007
75007
Téléphone : 01 44 21 70 97
Fax : 01 44 21 71 23

La fiche de Primonial Reim

Présentation

Primonial Real Estate Investment Management est une société de gestion agréée par l’Autorité des Marchés Financiers le 8 avril 2011. Son métier consiste à créer, structurer, gérer et commercialiser des placements immobiliers de long terme auprès des investisseurs particuliers et institutionnels. Depuis le 16 décembre 2011, Primonial REIM est agréée en qualité de Société de Gestion de Portefeuille.

Primonial REIM gère trois types de véhicules immobiliers collectifs au sein de sa gamme de solutions. Les SCPI sont disponibles à la souscription en direct ou référencés au sein de contrats d’assurance vie. Les OPCI à Règles de Fonctionnement Allégées sont réservés à une clientèle d’investisseurs qualifiés ou avertis.

• SCPI DE RENDEMENT
Les SCPI de rendement sont investies en biens immobiliers dont l’usage est destiné à des entreprises : bureaux, commerces, entrepôts, centres commerciaux, locaux d’activités, cliniques, crèches, etc. Ces SCPI permettent aux investisseurs privés d’accéder à l’immobilier d’entreprise, habituellement réservé à des investisseurs professionnels.

• SCPI D’HABITATION
Ces SCPI investissent dans des biens immobiliers résidentiels destinés à la location privée. Elles permettent d’associer les atouts des SCPI aux avantages particulièrement attractifs des dispositifs fiscaux mis en place par le législateur.

• OPCI À RÈGLES DE FONCTIONNEMENT ALLÉGÉES
Les OPCI RFA sont réservés aux investisseurs qualifiés ou avertis. Ils offrent un cadre souple et réglementé pour la gestion d’un patrimoine immobilier, par exemple dans la perspective d’externalisations de murs d’entreprises ou d’institutionnels.

En 2013, les véhicules de Primonial REIM ont réalisé un volume de transaction de 1,3 milliard € sur le marché immobilier.

Patrimoine

Au 31 décembre 2014, Primonial REIM comptabilise 900 000 m2 de patrimoine immobilier sous gestion, d’une valeur de 4,2 milliards d’euros, composé (en valeur) à 77 % de bureaux, 16 % de commerces, 5 % d’immobilier de santé et 2 % d’habitation. Le patrimoine immobilier est situé à 20 % à Paris, 56 % en région parisienne et 24 % en régions.

Stratégie

Primonial REIM « cherche à acquérir des bureaux en région parisienne, des actifs dédiés aux secteurs de la santé et de l’éducation en Europe et des commerces dans l’ensemble de l’Hexagone. Primonial REIM souhaite investir 1 milliard d’euros en 2015 ».

Dernière opération

2015
Acquisition du siège d’Amundi (40 000 m2, labellisé HQE Exploitation) au 91, boulevard Pasteur, au cœur du pôle tertiaire de Montparnasse (15ème), dans le cadre d’un « club deal ».

2014
Acquisition, pour 100 millions d’euros, de « Ovalie », un ensemble de bureaux neufs d’une surface de 15 000 m2, rue Fructidor (17ème), loué à Samsung Electronics France.

Édito
par Valérie Garnier

le 14/12/2018

L’immobilier mis à mal…

« Plus rien ne sera jamais comme avant ». Je ne sais pas si c’est déjà une réalité ou si ça le deviendra, mais ce qui est sûr, au-delà de la constance des gilets jaunes à vouloir maintenir leur mouvement, ce sont les dommages identifiés, à la fois pour les commerces, mais également pour les immeubles.

Et même si les investisseurs étrangers, interloqués de découvrir les images de Paris, Bordeaux et d’autres villes en feu, ne remettent pas, pour l’instant, en question leur désir d’investir en France, – encore qu’elle se pose dit-on du côté du résidentiel -, quelle image finissent-ils par avoir de ce pays qui fait tout pour attirer les investisseurs à lui ?

Etre contre les gilets jaunes, serait mal perçu car il n’y a finalement rien de plus normal que de vouloir vivre décemment sans la peur au ventre d’être, avant la fin du mois, à découvert. Donc, la colère doit être entendue, tout comme devraient l’être les réponses qui ont été apportées.

On peut toujours tout reprocher à l’Etat, mais quelle est la part de responsabilité de ces gilets jaunes ? Celle de ne pas vouloir comprendre les enjeux économiques ? Comment une colère peut-elle être constructive ? Et, comment éviter qu’à chaque manifestation une déferlante de sauvagerie s’abatte à Paris comme dans d’autres villes en régions ?

Et pourtant, pour le cinquième samedi consécutif, le mouvement maintient sa présence, ses revendications et sa détermination.
Les commerçants de Paris ou d’ailleurs n’ont plus qu’à tirer leurs rideaux et espérer que la haine ne s’abatte pas (de nouveau) sur leur outil de travail ; les sièges sociaux se trouvant sur les Champs-Elysées ou dans les avenues adjacentes n’ont plus qu’à souhaiter que la société de gardiennage à laquelle ils ont fait appel sera en mesure de protéger le lieu, ou qu’ils ne soient pas de nouveau saccagé…

Alors oui, « plus rien ne sera jamais comme avant ».

Portrait

Chargement