Chargement

retour Accueil > les professionnels > Nathalie Bardin

Nathalie Bardin

Professionnel

Fiche éditée le 14/03/2019 à 10h00

Altarea Cogedim

8, rue Delcassé, 75008 Paris
France
Tél : 01 56 26 24 00
LD : 01 56 26 25 53
Mobile : 06 85 26 15 29

La fiche de Nathalie Bardin

Fonction

Directrice des relations institutionnelles, de la communication et de la RSE

Formation

– Master en sciences politiques DESS des politiques publiques et gestion des organisations – Panthéon-Sorbonne
– Master of science in mass communication – SDSU, Etats-Unis

Parcours professionnel

– 1999 – 2002 :agence W – directrice associée en charge du corporate et de la communication financière
– 1991 – 1999 : Euro RSCG Corporate – directrice conseil
– 2002 – 2004 : Burson Marsteller (groupe WPP) – directrice division marque et communication corporate
– 2004 – 2006 : Spirit – fondatrice et gérante
– 2006-2014 : Altarea Cogedim – directrice de la communication
– 2014-2015 : Gecina – directrice marketing et communication et membre du comité exécutif
– Depuis 2015 : Altarea Cogedim – directrice des relations institutionnelles, de la communication et de la RSE & membre du comité exécutif

 

 

Autres activités

– Enseignement American University of Paris

Commentaire

L’image de la grande maison Altarea Cogedim doit beaucoup à cette communicante de talent.

Édito
par Thierry Mouthiez

le 22/03/2019

Investissement : un cycle qui se prolonge…

Aux acteurs qui s’interrogent sur une éventuelle fin du cycle de croissance actuel dans l’immobilier d’entreprise, une récente étude de Cushman & Wakefield intitulée « Global Investment Atlas 2019 » apporte quelques réponses.

D’abord, le conseil souligne que « les volumes des transactions immobilières ont été les plus élevés jamais enregistrés, avec 1 750 milliards de dollars au niveau mondial en 2018 ». Et de préciser : « un bond de 4 % en glissement annuel par rapport aux 1 680 milliards de dollars enregistrés en 2017 ».

Surtout, Cushman & Wakefield « prévoit que ces niveaux records d’investissement vont se maintenir en 2019, autour de 1 750 milliards de dollars, les investisseurs à la recherche d’opportunités ciblant davantage de marchés et les vendeurs se manifestant en fonction de leurs stratégies immobilières, de l’évolution des politiques monétaires, des tensions géopolitiques et des changements structurels ». Le conseil « anticipe une augmentation régulière des loyers des actifs « prime », a contrario de la compression des rendements de ces dernières années ». Une situation actuellement observée dans l’Hexagone…

« La conjoncture économique est plus faible que prévu il y a à peine quelques mois, tout comme les perspectives en matière d’inflation à l’échelle mondiale. En conséquence, et tant que le risque demeure élevé, la remontée des taux d’intérêt a, de nouveau, été reportée » constate David Hutchings, « head of investment strategy EMEA capital markets » chez Cushman & Wakefield et auteur de l’étude. Il poursuit : « l’année 2019 devrait voir une nouvelle extension du cycle immobilier, ce qui permettra aux investisseurs de réorganiser leurs portefeuilles immobiliers en prévision d’une période de croissance plus lente ». Car « avec des revenus locatifs stables et une exposition à la croissance et à l’inflation, l’immobilier reste incroyablement attractif et la demande en produits « prime », quant à elle, élevée ». Bref, le cycle semble se prolonger. Il suffisait d’écouter les conseils en investissement au Mipim pour être convaincu de l’activité sur le marché, hexagonal en tout cas…

Portrait

Chargement