Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > 34 700 logements neufs vendus au quatrième...

34 700 logements neufs vendus au quatrième trimestre 2017

ActualitésLogement

le 13 Fév 2018

D’après le ministre de la Cohésion des Territoires, au quatrième trimestre 2017, 34 700 logements neufs ont été vendus, soit 3,8 % de moins qu’au quatrième trimestre 2016. Cette baisse se constate à la fois dans le collectif (-2,9 %) et l’individuel (-12,9 %). La tendance cependant annuelle reste cependant portée à la hausse (+2,1 % en 2017).

Les mises en vente du quatrième trimestre diminuent de 13,2 % (29 100 mises en vente). Les mises en vente annuelles ont diminué (- 4,3 %) entre 2016 et 2017, permettant aux promoteurs, grâce à l’ajustement du volume de nouveaux logements, de stabiliser l’encours de logements proposés à la vente en fin d’année (104 000 logements).

Les annulations restent à des niveaux très élevés, en hausse de 31,9 % par rapport au quatrième trimestre 2016, et concernent près de 3 800 unités, soit l’équivalent de 10,9 % des réservations.

Pour les appartements, les réservations sont en repli de 2,9 % au quatrième trimestre, davantage encore pour les studios (-11,6 %). Sur l’année, les réservations sont en hausse de 2,6 %. Les mises en vente se contractent à 12,1 % pour le trimestre ; l’encours des appartements proposés à la vente à la fin de l’année est en hausse de 1,1 %. Les prix de vente sont stables en moyenne, tout comme le délai moyen d’écoulement d’un logement.

Pour les maisons individuelles, les réservations baissent de 12,9 % au quatrième trimestre et de 3,1 % pour l’année 2017. Les mises en vente reculent de 22,9 % au quatrième trimestre et l’encours de logement diminue de 6,7 %, soit 8 800 unités en fin de l’année.

D’après les statistiques, « la zone B2, qui comprend les autres communes de plus de 50 000 habitants, présente un profil conjoncturel atypique : baisse des mises en vente ce trimestre (- 24,4 %) accompagnée d’une forte augmentation des réservations (+ 14 %) par rapport au quatrième trimestre 2016. Enfin la zone C, qui comprend le reste du territoire, se caractérise par un marché dynamique en 2017, que ce soit au niveau de l’offre que de la demande, avec une hausse de 17,6 % des mises en vente et de + 12,9 % des réservations par rapport à l’année 2016. »

 Seule la région Grand Est voit ses mises en vente et ses réservations augmenter au quatrième trimestre. Pour le Centre-Val de Loire, la Corse, l’Ile-de-France et l’Occitanie, les mises en vente se replient tandis que les réservations sont en hausse.

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Arthur de Boutiny

le 22/05/2018

Un poumon vert pour le ventre de Paris

Les Halles achèvent leur métamorphose. Les héritiers des protestataires qui trouvaient le ventre de Paris défiguré par le déménagement des Halles via Rungis et la démolition des Pavillons Baltard avaient eu des héritiers. Depuis 2004, le Forum des Halles faisait office de chantier à ciel ouvert et la station de métro Châtelet-Les Halles (avec ses dédales de couloir et son « hub » souterrain) était redoutée par n’importe quel usager de la RATP. Le nouveau Forum des Halles, inauguré en 2016, avait déjà mis une dernière touche aux travaux ; le jardin Nelson Mandela, le parachève.

Inauguré le samedi 19 mai par Anne Hidalgo, le jardin baptisé du nom de l’ancien président sud-africain s’étend sur 4,3 hectares et fait le lien entre la Canopée, ouverte en avril 2016, et la Bourse du Commerce. Cinq ans de travaux ont été nécessaires pour finaliser les plans de l’agence Seura et Philippe Raguin Paysagiste, ainsi que 33 millions d’euros de budget.

Parmi les aménagements proposés dans ce jardin, on peut compter une grande prairie, un jardin d’aventures, des lisières boisées, des pistes de pétanque, des jeux d’eaux, 2 500 m2 d’aires de jeux pour les 7-11 ans et 1 400 m2 consacrés au 2-6 ans. 500 arbres, de différentes essences, permettent de créer un véritable poumon vert au coeur de Paris, alors que ce jardin accessible aux handicapés était déjà dévoilé en partie.

Symbolique, la création de ce jardin l’est, puisqu’il fait le lien avec la Canopée des Halles, après dix ans de travaux, qui avait permis de rendre la place à nouveau traversable à pied et avait doté la station la plus fréquentée de la Capitale d’un véritable centre commercial de 75 000 m2, sous la houlette d’Unibail-Rodamco et d’AXA et dont le succès n’avait pas démérité… Mais il permet aussi de rejoindre à pied l’Eglise Saint-Eustache et la Bourse du Commerce, dont les travaux doivent s’achever en 2019. A la clé, un nouveau musée exceptionnel pour Paris, puisque ce dernier bâtiment accueillera la Fondation Pinault.

Des années de travaux sans interrompre la vie bourdonnante du quartier et de ses transports, pour un coeur de Paris refait à neuf, verdi et aménagé au maximum… Cela en valait la peine !

Portrait

Chargement