Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > Catella confie un mandat à Be Real Investment...

Catella confie un mandat à Be Real Investment Management

ActualitésLogement

le 13 Sep 2018

Be Real Investment Management s’est vu confier, par  Catella Residental Investment Management, un mandat afin de valoriser un portefeuille d’une valeur de 200 millions d’euros, principalement composé de résidences étudiants, de logements et de résidences services seniors en développement répartis dans toute la France.

L’expertise acquise dans la gestion de fonds d’investissement, la communication auprès d’investisseurs institutionnels, ainsi que la valorisation d’immeubles résidentiels sur tout le territoire français a été déterminante dans la signature de ce contrat.
L’objectif de la société de gestion de fonds de Catella est de faire croître significativement ses encours en France par l’acquisition non seulement de nouveaux immeubles de logements et de résidences gérées, mais également au travers d’autres classes d’actifs. C’est, en effet, dans ce contexte que nous les avons récemment accompagnés dans l’acquisition en Vefa de deux résidences séniors au cours du deuxième trimestre 2018.
La recherche de nouveaux produits se portera principalement sur des actifs de qualité et localisés tant en Ile-de-France que dans les principales capitales régionales et générant des cash-flows récurrents et stables sur le long terme. Notre connaissance des différents marchés et acteurs nous permet de pouvoir identifier de régulières opportunités et de définir très rapidement la stratégie d’investissement qui permettra d’atteindre les critères de performance ciblés.

Marc Billiani et Emmanuel Elkrieff, fondateurs de Be Real Investment Management

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Pascal Bonnefille

le 21/09/2018

Les bureaux : jamais plus « comme avant » !

Il ne se passe pas de jours où la découverte de nouveaux lieux, de nouveaux sièges sociaux ne démontrent une réalité qui s’est imposée. Nous ne pourrons plus concevoir les bureaux « comme avant ». Avant quoi d’ailleurs ? Avant la révolution du coworking, du flex (quel qu’en soit le degré), du « workwell » comme dirait la dynamisante Anne Schneegants dont les locaux sont inspirants.

Ce matin encore, visitant le «show-room » Vitra, à l’invitation d’Isabelle de Ponfilly, dont le professionnalisme et la disponibilité sont bien connus, il était évident, pour les participantes (j’étais le seul homme), que plus personne ne voulait de bureaux « comme autrefois ». Et que toutes les structures immobilières s’y prêtent à merveille. A l’origine, Vitra avait d’ailleurs choisi comme lieu de présentation, une ancienne usine. Aujourd’hui, c’est dans de l’haussmannien (superbement réhabilité par Groupama Immobilier – bravo Eric Donnet) que les meubles, et peut-être surtout les ambiances sont présentés. Et les stucs XIXème sont parfaitement cohérents avec le design le plus contemporain (on rêve face aux « grands classiques » du design, mais on admire beaucoup le travail des frères Bouirroulec).

C’est tout un symbole pour l’immobilier : la modernité peut être partout implantée et pas seulement à La Défense. Simplement, les usages ne peuvent, définitivement plus, être conçus de la même manière. Adieu aux salles de réunions inutilisées les trois quarts du temps, adieu aux entrées vides et inutiles, adieu aux bureaux des « chefs » qui comptaient leur pouvoir au nombre de fenêtres et/ou de lampes, de canapés… ou de téléphones. Et tout le monde est concerné ! Etant l’invité d’une grande structure publique à Bordeaux, je rencontrais hier son responsable qui précisait que son premier geste avait été de ne plus occuper le vaste bureau (beaucoup de fenêtres !) de son prédécesseur et d’utiliser sa propre pièce de travail comme une salle de réunion, d’échanges (on allait dire de vie !). Il y a certainement des inconvénients à ces nouvelles formes de travail, mais mesurons-en les avantages. Et, même pour une petite PME comme la nôtre, le défi est enclenché. Dès l’année prochaine, nous concevrons « autrement » nos propres bureaux. Et certainement pas « comme avant » !

Portrait

Chargement