Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : 236 352 demandeurs d’un...

Le choix Immoweek : 236 352 demandeurs d’un logement social à Paris (Adil)

ActualitésLogement

le 30 Oct 2017

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « chiffre », nous extrayons une des nombreuses données de la très complète somme de l’Adil de Paris et de l’Observatoire du logement, « Le Logement Parisien en Chiffres ». Dans sa dix-septième édition, l’Adil présente un portrait statistique du logement dans la Capitale en 2016. Or, le chiffre qu’Immoweek a décidé de mettre en exergue est celui de la demande de logements sociaux, un dossier prépondérant à l’heure où les bailleurs sociaux sont remis en cause par le gouvernement…

Au 31 décembre 2016, 236 352 ménages sont inscrits comme demandeurs de logement social à Paris, dont 133 838 ménages parisiens, soit une hausse de 8 % sur un an. Les demandes émanant de ménages non-parisiens s’élèvent à 102 514, là encore une augmentation de 8 %.

68 % des ménages ont un niveau de revenu inférieur aux plafonds PLAI, tandis que 11 % des inscrits disposent de revenus supérieurs aux plafonds PLUS. Les personnes isolées constituent à elles seules 47 % du panel des inscrits ; et les ménages de deux personnes, 22 %.

Adil1

Plus du tiers des demandeurs de logement social sont locataires dans le parc privé. Les demandes des locataires résidant déjà dans un logement social et les hébergés sont également très représentés, regroupant respectivement 20 % et 18 % des inscrits. La mutation de logement social est sollicitée notamment suite à une modification de la composition familiale du ménage, viennent ensuite la survenance d’un handicap ou de problèmes de santé.

La grande majorité des inscrits (79 %) le sont depuis moins de 5 ans. Seuls 7 % des demandes ont plus de 10 ans.

Adil2

L’Adil rapporte que le dispositif LOC’annonces, qui permet aux demandeurs de candidater sur des logements à attribuer et d’être plus à même d’être acteurs de leur demande, a été étendu à tous les types de logements sociaux. 461 annonces ont été mises en ligne (129 PLAI/PLUS et 332 PLS/PLI) pour lesquelles plus de 114 000 ménages ont candidaté.

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Arthur de Boutiny

le 21/05/2019

Belfort : le lion fait crinière neuve

A l’heure de Notre-Dame de Paris et du Loto du Patrimoine, d’autres monuments bénéficient d’une remise à neuf, en l’occurrence d’un nettoyage décennal. C’est le cas du Lion de Belfort, l’autre grande oeuvre d’Auguste Bartholdi, père de la Statue de la Liberté. Erigé dans le chef-lieu du Territoire de Belfort, le monument dédié à la guerre franco-prussienne va voir le rose de son grès ravivé après un court chantier.

Construit de 1875 à 1880 et voulu pour commémorer le siège héroïque de la ville de Belfort mené pendant 103 jours par le colonel Denfert-Rochereau pendant la guerre de 1870-1871, le Lion de grès rose des Vosges, adossé au château de Belfort, est représenté couché, prêt à bondir, du haut de ses 11 mètres et de 22 mètres de long, tournant le dos à la frontière allemande, mais tenant dans ses griffes une flèche en direction du Rhin… Belfort étant, jusqu’en 1918, la seule ville d’Alsace restée sous contrôle français, un symbole fort était recherché. Monument historique depuis 1931, le Lion de Belfort a sa réplique, en cuivre martelé, place Denfert-Rochereau, dans le 14ème arrondissement de Paris. Une autre copie est installée à Montréal.

L’opération de réfection, estimée à 41 000 euros, voit un échafaudage recouvrir la sculpture sans peser sur elle. Le nettoyage est très méticuleux et doit aussi voir la réparation de joints abîmés. Avec les intempéries et la pollution, des mousses et du lichen se sont déposés sur la pierre et ont noirci progressivement le grès rose. Le Lion doit subir un nettoyage tous les dix ans environ, le dernier remontant à 2010, qui répond à un cahier des charges précis établi par la Direction régionale des affaires culturelles et des monuments historiques (Drac). La pression utilisée pour la pulvérisation des produits de nettoyage et de protection de la pierre est ajustée pour préserver son intégrité.

Normalement, le Lion de Belfort doit se présenter dans sa splendeur retrouvée à temps pour le Festival international de musique universitaire, prévu du 6 au 10 juin, et pour le départ de la 7ème étape du Tour de France (Belfort-Châlon-sur-Saône), le 12 juillet.
Le patrimoine historique n’est pas négligé en France…

Portrait

Chargement