Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : 650 propositions pour la Loi...

Le choix Immoweek : 650 propositions pour la Loi Logement…

ActualitésLogement

le 12 Fév 2018

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « chiffre », nous revenons sur le grand chantier en cours, ELAN, dont la première phase de travail, la conférence de consensus sur le logement, vient de s’achever.  Le projet de Loi Logement s’achève donc avec la participation de quelques 650 propositions législatives, réglementaires ou opérationnelles, signe du succès du site de la conférence de consensus et des cinq ateliers thématiques organisés depuis le début de la conférence mi-décembre. Que contiennent ces propositions ? C’est ce que nous vous invitons à découvrir…

Ces propositions émanent de cinq ateliers thématiques portant sur le “rôle des collectivités dans la politique du logement”, “la simplification des normes”, “le logement social”, “les rapports locatifs”, “la revitalisation des centre-villes”. Outre celles renforçant les grandes lignes du projet de loi gouvernemental, d’autres se mettent clairement en porte-à-faux.

Les propositions s’opposent notamment aux mesures par ordonnance, espérant que le débat législatif permette de mettre l’accent sur la réorganisation des HLM et de la réforme du droit de la copropriété. Elles plaident aussi pour la mise en place d’un nouveau dispositif fiscal incitant les bailleurs privés à louer aux ménages les plus modestes. Le bail mobilité, qui prévoit des baux courts de 1 à 10 mois pour faciliter les locations étudiantes et les mobilités professionnelles, fait aussi l’objet de vives critiques. L’accélération des procédures et du contentieux de l’urbanisme, à la suite du rapport Maugüé, devrait aussi être ajoutée, tout comme les propositions souhaitées par le Sénat, comme la réorganisation du tissu des bailleurs sociaux, la transparence des données immobilières et foncières, la réquisition d’immeubles de bureaux vacants pour l’hébergement d’urgence, les agréments des observatoires locaux des loyers et les obligations d’économies d’énergie des bâtiments tertiaires.

Absent du projet de loi, la révision des zonages des dispositifs d’aide à l’achat (Pinel, PTZ) pour mieux coller aux réalités des marchés locaux, pourrait faire l’objet de réajustements, a fait savoir le ministre de la Cohésion des Territoires, Jacques Mézard. L’adaptation de la loi SRU, afin de la rendre plus efficace en l’adaptant aux spécificités locales, est aussi demandée, notamment pour envisager l’après-2025, date à partir de laquelle aucun objectif de construction n’est encore fixé ; favoriser une approche évolutive du logement, à l’heure de la réduction des normes, est également mis à l’ordre du jour. Les collectivités ont aussi fait savoir leurs désaccords s’agissant de la vente de logements sociaux (40 000 par an souhaités par le gouvernement) et la dévolution des compétences des maires en matière de logement.

Vous pourrez évidemment suivre sur Immoweek la suite de cette actualité…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Arthur de Boutiny

le 22/05/2018

Un poumon vert pour le ventre de Paris

Les Halles achèvent leur métamorphose. Les héritiers des protestataires qui trouvaient le ventre de Paris défiguré par le déménagement des Halles via Rungis et la démolition des Pavillons Baltard avaient eu des héritiers. Depuis 2004, le Forum des Halles faisait office de chantier à ciel ouvert et la station de métro Châtelet-Les Halles (avec ses dédales de couloir et son « hub » souterrain) était redoutée par n’importe quel usager de la RATP. Le nouveau Forum des Halles, inauguré en 2016, avait déjà mis une dernière touche aux travaux ; le jardin Nelson Mandela, le parachève.

Inauguré le samedi 19 mai par Anne Hidalgo, le jardin baptisé du nom de l’ancien président sud-africain s’étend sur 4,3 hectares et fait le lien entre la Canopée, ouverte en avril 2016, et la Bourse du Commerce. Cinq ans de travaux ont été nécessaires pour finaliser les plans de l’agence Seura et Philippe Raguin Paysagiste, ainsi que 33 millions d’euros de budget.

Parmi les aménagements proposés dans ce jardin, on peut compter une grande prairie, un jardin d’aventures, des lisières boisées, des pistes de pétanque, des jeux d’eaux, 2 500 m2 d’aires de jeux pour les 7-11 ans et 1 400 m2 consacrés au 2-6 ans. 500 arbres, de différentes essences, permettent de créer un véritable poumon vert au coeur de Paris, alors que ce jardin accessible aux handicapés était déjà dévoilé en partie.

Symbolique, la création de ce jardin l’est, puisqu’il fait le lien avec la Canopée des Halles, après dix ans de travaux, qui avait permis de rendre la place à nouveau traversable à pied et avait doté la station la plus fréquentée de la Capitale d’un véritable centre commercial de 75 000 m2, sous la houlette d’Unibail-Rodamco et d’AXA et dont le succès n’avait pas démérité… Mais il permet aussi de rejoindre à pied l’Eglise Saint-Eustache et la Bourse du Commerce, dont les travaux doivent s’achever en 2019. A la clé, un nouveau musée exceptionnel pour Paris, puisque ce dernier bâtiment accueillera la Fondation Pinault.

Des années de travaux sans interrompre la vie bourdonnante du quartier et de ses transports, pour un coeur de Paris refait à neuf, verdi et aménagé au maximum… Cela en valait la peine !

Portrait

Chargement