Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : le mas Picasso à Mougins,...

Le choix Immoweek : le mas Picasso à Mougins, suite et… fin ?

- Le - par Arthur de Boutiny

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « deal », voici le dernier rebondissement d’une affaire qui a secoué le petit milieu des enchères. Le mas Picasso à Mougins, où l’artiste expira en 1976, a été remporté pour 20,196 millions d’euros par… l’homme qui l’avait déjà acquis en 2016, l’homme d’affaires néo-zélandais Rayo Withanage. Si « l’Antre du Minotaure » est un bâtiment remarquable par son histoire, le récit de ses tribulations vaut bien un résumé, en espérant que ce soit le dernier épisode (encore que…) !

Ancienne propriété de la famille Guinness, " l’Antre du Minotaure " a été achetée par Pablo Picasso et son épouse de l’époque, Jacqueline Roque, en 1961. Le peintre y vécut, pratiquement reclus, jusqu’à son décès en 1973 ; sa veuve y vivra jusqu’à son suicide en 1986. Catherine Hutin-Blay, fille de Jacqueline Roque et belle-fille du peintre, hérite du mas, le laissant à l’abandon pendant 21 ans. Un marchand d’art belge rachète la propriété en 2008 pour un montant compris entre 10 et 12 millions d’euros, rénove entièrement l’endroit, déboursant 10 millions d’euros en travaux, avant de la mettre en vente pour 170 millions d’euros. La villa peine à trouver preneur, elle est mise aux enchères en 2016, vente remportée par le financier néo-zélandais d’origine sri-lankaise Rayo Withanage, à la tête de la société d’investissement immobilier BMB… Celui-ci, cependant, ne se rend pas à la conclusion de la vente, provoquant une nouvelle mise aux enchères par Christie’s à 18,36 millions d’euros en juin dernier. Rayo Withanage fait une surenchère de 10 %, portant la mise à prix à 20,196 millions d’euros et remportant le bien lors de la vente au tribunal de grande instance de Grasse, avec un prince de Brunei comme adjudicataire du bien.

Maître Van Rolleghem, l’avocat de la banque néerlandaise Achmea Bank, créancier de l’ex-propriétaire des lieux (un particulier néerlandais défaillant) s’est déclaré déçu : " il y avait eu des visites, des gens qui avaient promis de venir enchérir, mais personne n’est venu, alors que c’est un bien qui vaut au minimum 30 millions d’euros ".

Le mas de Notre-Dame de Vie est une maison de trois étages, s’étendant sur 1 700 m2, comptant 32 pièces entièrement rénovées, dont 15 chambres et 12 salles de bain. Le terrain inclut également un terrain de tennis, une piscine, un spa, un hammam, une cave à vin de 5 000 bouteilles et un jardin méditerranéen de trois hectares. Un projet immobilier a été évoqué sur la base d’une construction, avant même la vente, d’une nouvelle dalle de 600 m2. Personne ne connaît les projets de Rayo Withanage, qui doit encore payer le prix dans les deux mois… Bref, à suivre ?

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Chargement