Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : la plus haute tour de Mexico...

Le choix Immoweek : la plus haute tour de Mexico sera signée Zaha Hadid

ActualitésLogement

le 14 Nov 2017

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré à « l’immeuble », nous traversons l’Atlantique, mais plus direction le sud, pour nous rendre au Mexique. Si certains voudraient y construire des murs, il faut rappeler que Mexico est l’une des principales mégapoles d’Amérique latine et que de fait, l’immobilier y a de beaux jours devant lui. Zaha Hadid Architects, le cabinet de la grande architecte Zaha Hadid (décédée en mars 2016), va se charger des plans de la tour résidentielle de Bora, qui sera la plus haute de la capitale mexicaine…

Localisée dans le quartier d’affaires de Santa Fe, cette tour sera divisée en six parties et appartements pour familles, de retraités ou jeunes professionnels. Cette tour de 50 étages comptera 200 appartements d’une, deux ou trois chambres. L’immeuble sera doté de balcons triangulaires afin de ne pas bloquer les rayons de lumière pour les étages inférieurs et la base de la tour a été conçue pour donner de l’ombre aux passants qui passeront devant la tour. Les étages sous la canopée seront occupés par des restaurants et des boutiques.

Mexico est localisée dans une zone très instable au niveau sismique : le récent et meurtrier tremblement de terre en est la preuve pour ceux qui l’auraient oublié. La tour a bien évidemment été conçue pour résister aux plus violentes secousses, en utilisant des matériaux flexibles et légers; la canopée sus-nommée doit encore permettre de résister aux tremblements.

Ce projet était dans les cartons de Zaha Hadid au moment de son décès en 2016. Son associé Patrick Schumacher, qui dirige à présent le studio, avait aussi travaillé sur le projet. Parmi les autres projets de Zaha Hadid Architects au Mexique, il faut aussi citer une série de résidences dans la station balnéaire de Cancun et un complexe résidentiel à Monterrey…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Arthur de Boutiny

le 18/12/2018

A Saint-Denis, la basilique aussi se rénove

Gare du Grand Paris Express Saint-Denis Pleyel, Village Olympique… Saint-Denis s’impose comme la grande locomotive du Grand Paris et sa principale bénéficiaire : n’est-ce pas que justice pour la ville qui abrite la nécropole des rois de France ? Or, la basilique dionysienne fait aussi peau neuve…

Erigées en 1219, la tour nord et la flèche médiévales de la basilique, qui culminaient à 86 mètres, avaient été démontées pierre par pierre en 1845, après une tornade qui avait fragilisé l’édifice. L’idée de sa reconstruction avait germé en 1987, lors du Millénaire capétien, avant que l’Etat donne enfin son feu vert en février 2017, pour un chantier évalué à 13 millions d’euros et confié à Jacques Moulin, architecte en chef des Monuments historiques, ainsi qu’à l’association « Suivez la flèche ».

Le chantier doit commencer en mai 2020 et durera onze ans, a affirmé Patrick Braouzec, président de Plaine Commune, ancien maire de Saint-Denis et président de « Suivez la flèche ». Les travaux de consolidation du « massif occidental », qui soutiendra la flèche, commenceront, eux, dès 2019, année où un « village du chantier » sera également mis en place. Dans ce « village » édifié devant la basilique, tailleurs de pierre, forgerons, menuisiers, verriers et charpentiers feront la démonstration de leur savoir-faire. Ce chantier générera une trentaine d’emplois et coûtera 28 millions d’euros, dont 13 pour la flèche et le reste pour le chantier-école. Le projet sera financé grâce au mécénat, Engie et la SNCF étant déjà candidats, et aux visites du public.
Alors que 130 000 personnes visitent chaque année ce monument historique, cette rénovation doit permettre au chiffre de grimper à 300 000. Ce n’est toujours que le dixième de ce qu’attire Notre-Dame de Paris chaque année, mais pour un monument crucial de l’histoire de France, c’est le minimum. La preuve que Saint-Denis sait construire l’avenir tout en sachant polir le passé…

Portrait

Chargement