Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : Benoît Quignon et Johanna...

Le choix Immoweek : Benoît Quignon et Johanna Rolland, vers un futur « Pro » de l’Année aux « TLT » ?

ActualitésLogement

le 11 Oct 2018

Le (ou la) « Professionnel(le) de l’Année » est la catégorie-reine des « Pierres d’Or » et des « Trophées Logement et Territoires », et l’élection pour l’édition 2018 de ces derniers est ouverte. La semaine dernière, vous avez pu découvrir les profils de Viviane Chaine-Ribeiro (Action Logement) et Xavier Lépine (La Française). Nous vous présentons aujourd’hui Benoît Quignon (SNCF Immobilier) et Johanna Rolland, maire de Nantes…

Benoît Quignon, directeur général de SNCF Immobilier

Faire des 8,5 millions de mètres carrés et des 20 000 hectares, propriété de SNCF, un levier de transformation du groupe et des territoires, voila
le défi relevé par SNCF Immobilier et son directeur général, Benoît Quignon. A l’heure du Grand Paris et de la métropolisation, Benoît Quignon est l’homme à observer. Diplômé de HEC, ancien élève de l’IEP de Paris, il a commencé sa carrière comme assistant parlementaire de François Autain, député de Loire-Atlantique, en 1980. En 1981, il est secrétaire général adjoint de la ville de Bourgenais, puis de Chartres en 1982. De 1986 à 1998, au sein du Crédit Local de France, Benoît Quignon est, tour à tour, chef de service « habitat et économie mixte » pour la Champagne-Ardenne, responsable « animation du réseau et du développement commercial », directeur régional de la Caisse des Dépôts et Consignations pour la Basse-Normandie, puis pour l’Aquitaine. Directeur général des services départements de l’Aisne (1998-2001), directeur général des services du Grand Lyon (2001-2009), Benoît Quignon est directeur général du GIE Logement Français de 2009 à 2011, directeur général des services du Grand Lyon de 2011 à 2014, directeur général de la métropole de Lyon de 2015 à 2016 et, depuis février 2016, directeur général de SNCF Immobilier et membre du comité exécutif du groupe SNCF. Un homme et un groupe à observer de très près…

Johanna Rolland, maire de Nantes (PS)

Un élu peut être un grand « pro » du résidentiel et Johanna Rolland le prouve. A 39 ans, cette ancienne élève de l’IEP de Lille et de l’université Grenoble-II, ex-attachée territoriale, est maire de Nantes depuis 2014, après avoir succédé à Patrick Rimbert, lui-même remplaçant de Jean-Marc Ayrault, et est parvenue la même année à la présidence de Nantes Métropole. Dès son élection, l’édile a tenu sa promesse de construire 3 000 logements par an et ses projets de réaménagement, y compris du centre-ville et des berges de l’île de Nantes, et doit encore se lancer sur la piste des logements sociaux tout en bois. La feuille de route de la Métropole, jusqu’en 2025, prévoit encore 6 000 logements neufs par an, dont 2 000 logements sociaux, 500 logements locatifs abordables et 700 à 800 en accession abordable, tout en mettant l’accent sur la qualité de vie et la solidarité. Un maire bâtisseur à n’en point douter !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 15/10/2018

En plein boum…

L’acquisition en Vefa par CNP Assurances, représenté par La Française Real Estate Partners, des 33 000 m2 du futur siège d’Altarea Cogedim, rue de Richelieu (2ème), illustre, bien entendu, le dynamisme du marché de l’investissement, dans un contexte où l’offre d’immeubles « prime » à vendre est loin d’être pléthorique, notamment lorsqu’il s’agit d’ensembles neufs ou restructurés situés dans la Capitale (sans parler de l’acquisition, par TH Real Estate, des espaces tertiaires de « Morland Mixité Capital » et d’une partie de ceux de « 1 000 Arbres » par la CNP et AG2R La mondiale…).

Certes, il s’agit, ici, d’un dossier un peu particulier, le futur locataire n’étant autre que celui qui restructure l’immeuble et se présente, aujourd’hui, comme « le premier développeur immobilier en France »… Il n’empêche, les Vefa symbolisent la volonté des investisseurs d’acquérir des immeubles aux meilleurs standards du marché, qu’il s’agisse d’efficience, de confort ou de développement durable, dans un contexte d’offre contrainte.

De même que sur le marché locatif, les pré commercialisations symbolisent les recherches de la part des utilisateurs suivant des critères souvent identiques s’agissant du bâti, dans ce contexte d’offre contrainte. Il n’est qu’à observer le niveau des pré commercialisations dans les livraisons à venir… De ce point de vue, les principaux conseils de la place en disent beaucoup plus dans le prochain numéro de notre magazine à paraître la semaine prochaine. Le marché locatif y est analysé sous toutes les coutures. Et les conseils affirment qu’à la vue des demandes qui s’expriment, le dynamisme actuel devrait se poursuivre l’an prochain. Décidément, des marchés en plein boum…

Portrait

Chargement