Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : Benoît Quignon et Johanna...

Le choix Immoweek : Benoît Quignon et Johanna Rolland, vers un futur « Pro » de l’Année aux « TLT » ?

ActualitésLogement

le 11 Oct 2018

Le (ou la) « Professionnel(le) de l’Année » est la catégorie-reine des « Pierres d’Or » et des « Trophées Logement et Territoires », et l’élection pour l’édition 2018 de ces derniers est ouverte. La semaine dernière, vous avez pu découvrir les profils de Viviane Chaine-Ribeiro (Action Logement) et Xavier Lépine (La Française). Nous vous présentons aujourd’hui Benoît Quignon (SNCF Immobilier) et Johanna Rolland, maire de Nantes…

Benoît Quignon, directeur général de SNCF Immobilier

Faire des 8,5 millions de mètres carrés et des 20 000 hectares, propriété de SNCF, un levier de transformation du groupe et des territoires, voila
le défi relevé par SNCF Immobilier et son directeur général, Benoît Quignon. A l’heure du Grand Paris et de la métropolisation, Benoît Quignon est l’homme à observer. Diplômé de HEC, ancien élève de l’IEP de Paris, il a commencé sa carrière comme assistant parlementaire de François Autain, député de Loire-Atlantique, en 1980. En 1981, il est secrétaire général adjoint de la ville de Bourgenais, puis de Chartres en 1982. De 1986 à 1998, au sein du Crédit Local de France, Benoît Quignon est, tour à tour, chef de service « habitat et économie mixte » pour la Champagne-Ardenne, responsable « animation du réseau et du développement commercial », directeur régional de la Caisse des Dépôts et Consignations pour la Basse-Normandie, puis pour l’Aquitaine. Directeur général des services départements de l’Aisne (1998-2001), directeur général des services du Grand Lyon (2001-2009), Benoît Quignon est directeur général du GIE Logement Français de 2009 à 2011, directeur général des services du Grand Lyon de 2011 à 2014, directeur général de la métropole de Lyon de 2015 à 2016 et, depuis février 2016, directeur général de SNCF Immobilier et membre du comité exécutif du groupe SNCF. Un homme et un groupe à observer de très près…

Johanna Rolland, maire de Nantes (PS)

Un élu peut être un grand « pro » du résidentiel et Johanna Rolland le prouve. A 39 ans, cette ancienne élève de l’IEP de Lille et de l’université Grenoble-II, ex-attachée territoriale, est maire de Nantes depuis 2014, après avoir succédé à Patrick Rimbert, lui-même remplaçant de Jean-Marc Ayrault, et est parvenue la même année à la présidence de Nantes Métropole. Dès son élection, l’édile a tenu sa promesse de construire 3 000 logements par an et ses projets de réaménagement, y compris du centre-ville et des berges de l’île de Nantes, et doit encore se lancer sur la piste des logements sociaux tout en bois. La feuille de route de la Métropole, jusqu’en 2025, prévoit encore 6 000 logements neufs par an, dont 2 000 logements sociaux, 500 logements locatifs abordables et 700 à 800 en accession abordable, tout en mettant l’accent sur la qualité de vie et la solidarité. Un maire bâtisseur à n’en point douter !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Pascal Bonnefille

le 15/02/2019

Aux Mipim Awards 2019, n’oubliez pas : votez français !

D’entrée de jeu, faisons notre mea culpa. On pourra nous reprocher cet appel et nous traiter de cocardier. On assumera ce qualificatif, en ne se cachant pas d’être patriote (et non nationaliste, la différence est de taille). Oui, il faut voter pour les six projets tricolores aux Mipim Awards 2019. Mais pas seulement car ils sont estampillés « made in France », mais pour d’autres raisons.

Leur qualité, notamment architecturale, leur inventivité, leurs localisations même (pas seulement parisiennes !) plaident en leur faveur. Et aussi car, après les « Pierres d’Or » (ne soyons pas excessivement modestes), ces Mipim Awards représentent, à l’échelle internationale, un enjeu important pour toutes les équipes qui ont mis en œuvre ces programmes de grande qualité.
Vous pouvez donc, sans hésitation, voter pour :
• la Polyclinique Reims-Bezannes, à Bezannes (51), développée par Icade, avec le concours de l’architecte Jean-Michel Jacquet. Parmi les parties prenantes : Courlancy Santé, Artelia, Eiffage Construction et Cari ;
• le Barthelemy Hotel and Spa, à Saint-Barthélemy, développé par Saint Barth Drep Hotel Invest et imaginé par l’architecte Philippe Stouvenot. Participe également ALIAS Construction Management ;
• l’opération « Laborde », à Paris 8ème. Le futur siège du cabinet d’avocats Gide Loyrette Nouel a été imaginé par PCA-STREAM – Philippe Chiambaretta Architecte et est développé par ACM ;
• l’immeuble « Kosmo », à Neuilly-sur-Seine (92), développé par Altarea Cogedim et conçu par les Ateliers 2/3/4 de Jean Mas. Nommé aux « Pierres d’Or », cet immeuble abritera le siège de Christian Dior ;
• l’ensemble « Shift 54 Londres », à Paris 8ème. Imaginé par Axel Schoenert Architectes et développé par MEAG Munich Ergo, il accueillera un (grand !) Spaces. Legendre agit en qualité de contractant général et Zsofia Varnagy a été appelée pour l’architecture intérieure ;
• « Mille Arbres », à Paris 17ème , est porté par Compagnie de Phalsbourg et Ogic, avec une architecture (oh combien audacieuse !) signée Sou Fujimoto, Oxo Architects et Paul Arene.

Six ensembles qui méritent à l’évidence votre voix.

Nous serons heureux, à Cannes, d’en discuter avec vous sur notre stand P-1 F3, en finissant donc sans cocorico, par un espoir in english : meet you in Mipim !

Portrait

Chargement