Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : le député Mickaël Nogal...

Le choix Immoweek : le député Mickaël Nogal fait son Tour de France du logement

ActualitésLogement

le 26 Oct 2018

Mickaël Nogal est non seulement député de Haute-Garonne, mais il est aussi un interlocuteur de choix pour le logement, puisqu’il fut porte-parole du groupe LREM sur le projet de loi Elan et, à ce titre, il prendra part à la deuxième table ronde sur le thème « Conjoncture : vers un changement de tendance ? » aux « Trophées Logement et Territoires » (TLT), le 14 novembre 2018 aux Salons Hoche. L’occasion ou jamais d’en faire notre « pro de la semaine », puisqu’il s’est lancé dans un « Tour de France du logement »…

Le député s’est lancé le 25 octobre de Rodez, à l’issue d’une réunion avec ses collègues Stéphane Mazars (LREM-Aveyron) et Anne Blanc (LREM-Aveyron). Le but de l’élu toulousain ? Veiller à la bonne application de la loi Elan et faire connaître aux Français, « quelle que soit leur situation ou leurs besoins », les nouveaux outils du logement que permet la loi.
Il prévoit également de se rendre dans le Finistère, dans l’Yonne et en Essonne. Le député interviendra aussi dans différents colloques et événements organisés par les acteurs du secteur, parmi lesquels Action Logement, la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI), la Fnaim ou encore la Fédération des Offices Publics de l’Habitat (OPH).

Mickaël Nogal, à seulement 27 ans, est député LREM de la 4ème circonscription de Haute-Garonne. Diplômé de l’Iscom, il a été journaliste pigiste à Toulouse, puis rejoint en 2012 l’Alliance 7, fédération professionnelle des produits d’épicerie sucrée et de nutrition spécialisée, comme responsable des relations extérieures. En janvier 2015, il intègre le Commissariat général de la France à l’Exposition universelle de Milan en tant que responsable adjoint du pôle Relations internationales et Protocole, ce qui lui vaudra d’être le plus jeune décoré de l’Ordre du Mérite Agricole. Revenu en France la même année, il est nommé responsable relations institutionnelles chargé du lobbying au sein du groupe Orangina Suntory France. Depuis son élection au Palais Bourbon, il est vice-président de la Commission des Affaires Européennes et a été porte-parole du groupe LREM sur le projet de loi Elan.

Son périple l’amènera donc à convaincre également les professionnels du logement, le 14 novembre aux Salons Hoche lors de nos « TLT ». On souhaite ainsi à Mickaël Nogal, dans son Tour de France, de se détacher du peloton…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Pascal Bonnefille

le 18/01/2019

Un (grand) merci à Anne Hidalgo !

En choisissant un tel titre, on n’ignore pas que l’on va se faire taper sur les doigts, et pas qu’un peu, par tous les opposants à la Maire de Paris, aux premiers rangs desquels il faut certainement compter beaucoup d’automobilistes.

Mais nous ne sommes pas des spécialistes de la bagnole, mais de l’immobilier. Et, dans ce cadre, le constat s’impose : en mettant en oeuvre, en novembre 2014, « Réinventer Paris » – qui, à l’époque, suscitait beaucoup de critiques ou de doutes amusés ; le commentaire le plus souvent entendu était : « c’est du gadget » – l’équipe municipale (et, ici, il faut évidemment faire toute sa place à Jean-Louis Missika, maître d’œuvre du projet, et à toute son équipe, sans oublier Alexandre Labasse, le patron du Pavillon de l’Arsenal) a créé un mouvement qui ne s’est pas démenti depuis. Les réalisations concrètes (on est donc loin de la babiole annoncée) sont sur le point d’éclore et on attend avec impatience de découvrir terminés le projet Morland ou les « 1000 Arbres », pour ne citer qu’eux. Treize, en tout cas, ont reçu leur permis de construire et huit sont donc effectivement en chantier. Après que la Métropole du Grand Paris se soit intelligemment inspirée du dispositif, on vient de connaître les lauréats du deuxième (on n’ose dire le second) opus de l’opération : pour redonner vie aux « dessous de Paris », 217 candidats (!!!) avaient postulé sur 31 sites. Et les résultats sont, là aussi, au rendez-vous. On soulignera l’originalité, l’inventivité et la capacité à mixer les usages dont on fait preuve les projets. Avec un élément intéressant : la capacité des acteurs (architectes, investisseurs, promoteurs) à monter des dossiers ensemble, avec des « majors » et des professionnels de moyen (et de notoriété) plus modestes. Bref, ce concours permet de promouvoir les capacités innovantes, notamment des promoteurs, et de les sortir de leur « train-train ». Le nombre des dossiers présentés montre qu’ils ne demandent que cela. On s’en réjouit et pour cela aussi, on osera réitérer un « merci Anne Hidalgo ».

Portrait

Chargement