Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > LPI-Se Loger : " le ralentissement de la hausse...

LPI-Se Loger : « le ralentissement de la hausse des prix devrait se poursuivre en 2018 »

- Le - par Jean-Baptiste Favier

« A fin octobre, les prix des logements anciens observés lors de la signature des compromis de vente progressaient à un rythme annuel de 4,4 % » relève LPI-Se Loger dans sa dernière analyse des prix des logements en France.

" Mais après avoir connu une accélération régulière dès la fin du printemps 2015, le rythme de la hausse s’est stabilisé au cours de l’été dernier, aussi bien pour les appartements que pour les maisons " tempère l’observatoire mené par Michel Mouillart, qui poursuit : " la pression de la demande s’est en effet relâchée, la solvabilité de la demande ayant été altérée dans de nombreuses villes par une hausse trop rapide des prix qui depuis plusieurs mois ne peut plus être compensée par l’amélioration des conditions de crédit, comme cela était encore le cas jusqu’au printemps 2017 ".

Toutefois, plusieurs métropoles régionales conservent des progressions de prix importantes, malgré des ralentissements : " à Bordeaux et au Mans, la hausse des prix reste supérieure à 10 % sur un an. Et elle accélère encore à plus de 8 % sur Brest. Mais si elle reste vive sur Lyon et sur Paris y dépassant 7 % sur an, elle ralentit lentement. D’ailleurs dans la plupart des autres grandes villes, le rythme de la hausse ralentit aussi, parfois assez rapidement. Et les prix reculent dans un quart des grandes villes : avec par exemple des baisses de plus de 3 % sur un an à Limoges et à Perpignan. Alors que des villes comme Orléans et Rouen s’enfoncent dans la baisse des prix ".

Dans ses perspectives, LPI-Se Loger affirme que " le ralentissement de la hausse des prix devrait se confirmer d’ici la fin de l’année. Et après une augmentation de 0,3 % en 2015, puis de 2,9 % en 2016, l’année 2017 devrait se terminer sur une progression des prix de l’ordre de 4,2 à 4,3 % sur un an. Le ralentissement devrait se poursuivre en 2018. Toutefois, les inégalités déjà constatées entre les villes devraient se renforcer ".

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Chargement