Chargement

retour Accueil > Logement > Actualités > Le SNI et l’hôpital d’Annecy,...

Le SNI et l’hôpital d’Annecy, partenaires pour construire dans le Genevois français

ActualitésLogement

le 07 Juil 2016

Le groupe SNI et le Centre Hospitalier Annecy Genevois (Change) ont signé un protocole de partenariat visant à favoriser le logement des personnels hospitaliers par le biais de réservations.

Le groupe SNI s’engage ainsi à acheter ou louer auprès du Change les fonciers destinés à la réalisation de logements sociaux ou intermédiaires. Tous deux travailleront à la liste des terrains susceptibles de répondre au cahier des charges. Le groupe SNI accordera un accès prioritaire à ces logements et à ceux détenus ou gérés par elle aux personnels de l’hôpital. De son côté, le Change s’engage à faire connaître cet accord de partenariat en Haute Savoie et dans l’Ain et à « mettre régulièrement en lien le groupe SNI avec les acteurs des projets et le tenir informé de l’évolution des opérations ».

Le patrimoine foncier de l’hôpital se compose de domaines hospitaliers situés principalement sur les communes d’Epagny Metz-Tessy, Saint Julien en Genevois et Gex et d’un domaine non hospitalier comprenant notamment des immeubles de logements, des EHPAD ou USLD.
Le Change gère sur son parc privé environ 120 logements sur les sites d’Epagny Metz- Tessy et Saint Julien en Genevois et 26 logements sur le site de Gex. De plus, il bénéficie de 181 logements dans le cadre de baux emphytéotiques. Ce patrimoine a vocation à être mobilisé à des fins sociales et professionnelles. Le CHANGE a également des objectifs de valorisation pour une partie de ce patrimoine afin de financer la politique d’investissement de l’établissement.

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Arthur de Boutiny

le 19/07/2018

L’acquisition : du rêve à la réalité…

La France fait partie des pays où la culture et la société promeuvent l’acquisition du logement comme signe de réussite sociale et étape cruciale dans la vie. Dans ce contexte, comment se déroule la recherche de la perle rare qui saura décider l’acquéreur potentiel ? Le Crédit Foncier s’est penché sur la question pour la cinquième année consécutive, en interrogeant près de 5 000 ménages qui ont essayé, ces douze derniers mois, d’acquérir un logement.

73 % des personnes interrogées recherchaient une maison plutôt qu’un appartement, en particulier dans le Nord-Ouest et le Nord-Est de la France. Bien entendu, tout dépend des communes dans lesquelles on recherche : ce désir est partagé par 88 % des futurs acquéreurs dans des communes de moins de 5 000 habitants, contre 36 % dans les villes de 100 000 habitants.

Parmi les critères essentiels, 70 % des interrogés mentionnent l’emplacement, ainsi que la superficie ; 67 %, le nombre de pièces ; la proximité des transports en commun est primordiale en Ile-de-France, tandis que l’exposition du logement et la vue dont il dispose l’emportent dans le Sud de la France. La proximité des écoles est un critère dont la pertinence augmente ou décroît selon la situation familiale des sondés.

Les motivations essentielles des primo-accédants sont d’être chez soi (74 % des citations) et de ne plus verser des loyers à fonds perdu (69 %) ; celles des secundo-accédants, de disposer d’un logement plus grand (34 %) et de changer d’environnement (36 %).

Qu’en est-il  après un an de recherche ? 65 % des sondés ont fait l’acquisition d’un logement (contre 53 % lors du même sondage réalisé en 2014), 27 % recherchent toujours et 8 % ont renoncé. En moyenne, les acheteurs attendent 4,7 mois (7 mois en 2014) avant de signer un compromis. Lorsqu’ils ont conclu leur achat, les ménages ont visité en moyenne près de 6 biens. Cette durée varie en grande agglomération avec 4,1 mois pour 6,5 biens visités. 64 % des Français ont utilisé Internet pour leur recherche, que ce soit pour consulter les annonces, rechercher un financement et évaluer le marché, et ce pourcentage monte à 79 % à Paris et en petite couronne.

Dans la réalité, un acquéreur sur cinq (18 %) est allé au-delà du budget qu’il s’était fixé avec un dépassement moyen de 13 % ; c’est en Ile-de-France que la nécessité d’aller au-delà du budget initial est la plus importante.

Pour 49 % des acquéreurs, la transaction s’est faite après avoir obtenu une baisse de prix. Hors budget, 42 % des acquéreurs ont fait des concessions par rapport à leurs critères initiaux. Les principales concessions portent sur la taille du logement (28 % disent avoir acheté un logement plus petit qu’espéré), sur l’éloignement géographique (22 % disent s’être éloignés du lieu où ils souhaitaient acheter), sur une surface moindre de terrain ou jardin (19 %), le renoncement à un parking (19 %), le renoncement à l’absence de travaux à effectuer (19 %) ou encore l’exposition du bien (11 %). Les Franciliens, en particulier, sont les moins exigeants, avec 52 % de concessions à Paris et petite couronne, contre 38 % dans le Nord-Est de la France.
La preuve, s’il en fallait, que l’acquisition demeure un parcours du combattant…

Portrait

Chargement