Chargement

retour Accueil > Logement > Interviews > Procivis crée un groupe HLM et lance un OPCI

Procivis crée un groupe HLM et lance un OPCI

InterviewsLogement

le 19 Juil 2018

Procivis

Le réseau Procivis renforce son positionnement sur le logement : après la signature d’une convention avec l’Etat visant à accompagner les copropriétés en fragilité ou dans leur démarche de rénovation énergétique, Yannick Borde, directeur général de Procivis Ouest et président de Procivis UES-AP, a annoncé cette semaine la création d’un groupe HLM. Et le réseau ne compte pas s’arrêter là comme en témoignent les nombreux projets en passe d’être lancés.

Procivis, réseau de Sacicap, occupe une place singulière dans le monde du logement : pourriez-vous revenir sur les différents métiers de ce réseau et livrer quelques indicateurs chiffrés ?
Procivis est un réseau qui comprend 53 Sacicap, 45 pôles immobiliers, intervenant dans trois domaines que sont la promotion, l’aménagement, le lotissement ; les maisons individuelles et, enfin, les services immobiliers. Nous sommes ainsi le seul acteur à intervenir dans la promotion, la construction et les services, avec également un positionnement dans le logement social via nos ESH. Autre particularité : nous sommes très présents dans les métropoles et les agglomérations secondaires et plus en retrait à Paris. En 2017, au sein du réseau, 7 500 logements ont été vendus et nous avons enregistré un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros (près de 1,1 milliard pour la vente de logements et le solde, pour les services immobiliers), ceci hors périmètre ESH.

Comment s’annonce 2018 ?
 L’année 2018 s’annonce bonne en matière de promotion immobilière et en léger retrait s’agissant des maisons individuelles. La perspective est la vente de 10 000 logements à l’horizon 2020, un objectif que nous maintenons, après Elan et la loi de Finances 2018 et ce, malgré les interrogations qui se posent.

Vous avez évoqué la production et la vente de logements, mais vous êtes aussi très présents sur les sujets de rénovation des copropriétés : qu’en est-il ?
En effet, nous avons d’ailleurs reconduit, sur la période 2018-2022, avec le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard, une convention visant à accompagner des actions, d’une part en faveur de copropriété fragiles et en difficulté et, d’autre part, des actions de rénovation énergétique des logements. Par cette convention, les Sacicap du réseau s’engagent, dans le cadre de leurs missions sociales, à préfinancer les subventions de l’Anah dédiées à ces copropriétés fragiles et en difficulté, ainsi qu’à assurer, dans certains cas, le financement du reste à charge des copropriétés en plan de sauvegarde. Elles s’engagent également à poursuivre, comme sur la période 2008-2017, leurs missions sociales sous forme de prêts à des ménages modestes et très modestes propriétaires occupants pour réaliser des travaux de rénovation. Seront, en particulier, visés les propriétaires vivant dans l’une des communes concernées par le plan « Action Cœur de Ville » initié par le ministère de la Cohésion des Territoires.

Outre cette action renouvelée, quels sont les grands sujets pour Procivis ?
Plusieurs sujets majeurs et de grandes annonces, dont celle de la création d’un groupe HLM. Cette décision de principe a été prise par les dirigeants des Sacicap de notre réseau, aucune des entreprises sociales pour l’habitat (ESH) du réseau n’atteignant, seule, le seuil de 15 000 logements imposé par Elan. Ces sociétés devront nécessairement se regrouper ; nous leur proposons de le faire au sein de ce groupe que nous créons, sous environnement Sacicap. Le projet vise, dans un premier temps, le regroupement d’une douzaine de filiales HLM, ESH ou coopératives HLM contrôlées par les Sacicap, mais pas seulement puisqu’il sera ouvert à des organismes de logement social isolés, qui pourraient nous rejoindre. L’idée n’est pas d’imposer une centralisation, mais de laisser leur autonomie de décision aux structures dans les territoires. Le projet vise à proposer un partenariat solide, souple et respectueux des identités qui constituent la valeur fondamentale (l’ADN) du réseau des Sacicap. La société créée sera donc actionnaire majoritaire des organismes, mais redonnera à travers un pacte d’actionnaires local, une partie du pouvoir notamment opérationnel à la Sacicap locale, qui restera actionnaire minoritaire. Nous tenons, en effet, à ce que le pouvoir reste dans les territoires et montre que ce schéma est très différent de ceux proposés par ailleurs.

La vente HLM est aussi un thème sur lequel vous semblez vous positionner ?
Absolument. Nous mettons en place une offre spécifique pour les ESH qui souhaitent céder certains de leurs logements. Cette offre s’appuie sur le savoir-faire et l’intervention de l’une de nos sociétés, Immo de France, qui accompagnera les organismes qui le souhaitent. Notre force est, ici, de pouvoir proposer, grâce aux sociétés du réseau Procivis, la gestion de la copropriété issue des ventes HLM. Le métier de syndic, son rôle, sont des sujets que nous maîtrisons et travaillons depuis longtemps. Nous proposerons donc le service Immo de France à tous ceux qui le souhaitent, nos propres ESH, mais aussi tout bailleur extérieur au réseau. L’objectif est la vente, chaque année, de 1 500 logements, un chiffre que nous devrions même dépasser.

Une orientation forte en direction du logement social donc…
Pas seulement, puisque nous l’annonçons aujourd’hui : nous finalisons la création d’un OPCI ciblé sur le logement intermédiaire. La production de logements intermédiaires est une nécessité puisque tout ce qui a été livré, en matière de logement locatif privé depuis 2012, l’a été sous plafond de ressources et n’est pas accessible à un grand nombre de ménages, qui peinent à se loger dans le secteur libre. Dans les métropoles, l’offre locative récente, sans contrainte de ressources est, en effet, très pauvre. L’OPCI que nous lançons permettra de répondre à ces besoins ; nous serons, dans un premier temps, seul dans ce tour de table, mais ce véhicule sera par la suite ouvert : l’organisme de placement sera donc, à sa création, réservé aux Sacicap, mais comme des marques d’intérêt de sociétés extérieures se font connaître, cela évoluera…

 

 

 

 

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Pascal Bonnefille

le 27/07/2018

Vacances : j’oublie tout (ou presque)…

Avant la rupture du mois d’août, grande tradition hexagonale qu’Immoweek respecte en interrompant ce « 13 heures » jusqu’au 20 août, il n’est pas inutile de dresser un bilan, rapide, de la situation des marchés et des professionnels qui les font vivre. On a déjà eu l’occasion de le constater : le secteur immobilier vit actuellement une forme de schizophrénie ou, si l’on préfère, joue en même temps à Jean qui rit et Jean qui pleure. Côté larmes, on sent pointer l’inquiétude de la FFB avec tous les acteurs concernés, promoteurs au premier rang, analysant la baisse des mises en chantier, dans le secteur social comme dans celui des maisons individuelles. Le monde HLM, majoritairement, soumis à une réforme qui va tailler dans les structures, changer les mécanismes, est aussi inquiet. Côté joies, on comptera bien sûr le monde de l’immobilier d’entreprise, qui dans la promotion comme dans l’investissement, dans la location (avec le meilleur 1er semestre depuis 10 ans !) comme dans la gestion voit la vie en rose.

Mais cette situation, différenciée, n’est pas si facile à présenter- on allait dire à défendre !- aux pouvoirs publics, aux responsables de la Cohésion des territoires, comme à Bercy, toujours là pour serrer les cordons de la bourse. Car les résultats des promoteurs sont excellents (nous ne reprendrons pas la litanie des chiffres 2017, souvent records), ceux des foncières également (même si la Bourse ne leur est pas favorable en ce moment) et les innovations, les start-ups, les nouvelles générations sont de plus en plus présentes, parfois au premier plan. Bref, le secteur ne dort pas et n’a pas dormi. On peut être certain qu’après ces quelques jours, nous retrouverons un secteur en pleine rénovation – le mot est choisi. Comme toujours, les mutations seront parfois difficiles, et même douloureuses : espérons en commun que les nuages iront en s’éclaircissant, même dans le secteur HLM. Et que nous pourrons collectivement tout oublier (ou presque) pendant ces vacances que nous vous souhaitons belles, reposantes ou au contraire dynamisantes, en tout cas heureuses.

Portrait

Chargement