Chargement

retour Accueil > Logistique > Actualités > Entrepôts en France : un ralentissement au 1er...

Entrepôts en France : un ralentissement au 1er trimestre, qui ne devrait pas durer

ActualitésLogistique

le 16 Avr 2018

« Le marché des entrepôts marque un ralentissement au cours des trois premiers mois de l’année 2018, après le niveau exceptionnel enregistré en 2017 » indique BNP Paribas Real Estate à propos du marché des entrepôts au premier trimestre. Le conseil relève ainsi une demande placée à un peu moins de 540 00 m2, en baisse de 45 % par rapport à la même période un an plus tôt, « dont plus de trois quarts de classe A (comptes propres et clés en main compris) ».

Les marchés de la dorsale « se sont orientés à la baisse au 1er trimestre, avec plus de 240 000 m2 commercialisés, soit une baisse de 59 % par rapport au début 2017. Cette dynamique a globalement été similaire en régions, toutefois, certains marchés ont fait figure d’exception, leur activité s’orientant à la hausse à l’instar de Montpellier, Orléans et Rennes, mais demeure néanmoins modérée ».

« Au global, ce ralentissement observé au cours des trois derniers mois ne devrait être que temporaire. En effet, de nombreux signes nous autorisent à croire que 2018 sera, une nouvelle fois, une bonne année pour le marché de la logistique en France, avec une progression des commercialisations attendue dès le 2ème trimestre. Les premiers indices sont, sans conteste, la reprise de la croissance économique qui est attendue, selon les économistes de BNP Paribas, à +2,4 % à la fin de l’année et la demande des entreprises qui demeure, quant à elle, soutenue » analyse René Jeannenot, directeur du Pôle Logistique de BNP Paribas Real Estate Transaction France. La société de conseil estime d’ailleurs qu’en 2018, « la dynamique du marché reposera également sur la poursuite de la refonte des chaînes d’approvisionnement dans de nombreuses entreprises issues de la distribution, du e-commerce et du commerce spécialisé ».

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 16/07/2018

Paris sous ses plus beaux atours…

« Paris attend plus de 3 500 banquiers de la City » titrait, la semaine dernière, « Le Figaro » au lendemain d’un dîner de gala organisé par Paris Europlace au cours duquel le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé de nouvelles mesures pour encourager les banquiers internationaux à s’installer dans la Capitale suite au Brexit.

Le lendemain, Paris Ile-de-France Capitale Economique et KPMG rappelaient que « dès mars 2018, à l’occasion de la cinquième édition du Forum Grand Paris », les deux partenaires « révélaient dans leur rapport sur les métropoles mondiales, « Global Cities Investment Monitor », que les investissements internationaux dans le Grand Paris étaient en hausse de 70 % par rapport à 2016, faisant de Paris la 3ème destination la plus attractive du monde sur cette typologie d’investissements ». Surtout, « dans la nouvelle version de cette étude dédiée à l’attractivité des métropoles mondiales, la montée en puissance de Paris et de son image se confirme. 516 dirigeants d’entreprises de 22 pays ont été interrogés et donnent les tendances suivantes : Paris prend la 3ème place des métropoles dans le monde en terme d’image (l’écart avec Londres et New-York se réduit de moitié au cours d’une seule année » !) ; les investisseurs sont de plus en plus favorables à cette destination ; l’attractivité de Paris devrait encore progresser d’ici trois ans et le Brexit s’impose comme un facteur déterminant pour les investisseurs ». Et Christian Nibourel, président de Paris-Ile-de-France Capitale Economique de souligner : « nous entrons vraiment et ce, de manière très concrète, dans un temps nouveau où la marque de Paris, en tant que premier centre d’affaires mondial, se renforce chaque jour »…

Face aux résultats du 1er semestre dans l’immobilier d’entreprise (demande placée, loyers, volume d’investissement en hausse, stock en baisse), nombre de professionnels ne manquent pas de s’interroger sur le haut de cycle, redoutant qu’il soit atteint. Face à l’ensemble de ces informations selon lesquelles Paris ne cessent de renforcer ses atours, il ne semble pas impossible que le marché reste un moment en haut du cycle. Voire continue son ascension… Dans ce contexte, gagner la Coupe du Monde de Football constitue un facteur positif supplémentaire. Et l’on sait l’importance du facteur psychologique dans l’économie…

Portrait

Chargement