Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logistique > Actualités > Le choix Immoweek : Gramercy Europe achète près...

Le choix Immoweek : Gramercy Europe achète près de 300 000 m2 de logistique en France

ActualitésLogistique

le 03 Juil 2018

Pour ce « choix Immoweek » du jour, voici un « deal » qui montre l’attrait de la logistique française, même hors de nos frontières. Et là, il s’agit d’un appétit anglo-saxon puisqu’il s’agit d’une opération où les deux parties sont de nationalité anglaise : le « fund manager » d’origine londonienne Gramercy Europe a acquis, auprès du non moins londonien Tristan Capital Partners, un portefeuille de sept actifs logistiques en France. Représentant près de 300 000 m2, le prix déboursé pour cette opération est de 175 millions d’euros.

Le portefeuille est conséquent puisque la surface totale représente 282 700 m2, soit une taille moyenne unitaire par actif de plus de 40 000 m2. Sans compter les possibilités d’extension, « pouvant atteindre 59 000 m2 » selon un conseil du preneur. Cinq des actifs sont situés à proximité de centres logistiques français reconnus comme Lille, Paris, Amiens et Marseille ; les deux autres bordent la ligne Paris-Bordeaux. Et pour leur occupation ? Ils sont entièrement loués à « des locataires de premiers plan » tels qu’Auchan, ID Logistics, Michelin, Conforama et Burton. Stam Europe, qui a géré depuis 2016 six entrepôts du portefeuille pour le compte du fonds Curzon Capital Partners IV (géré par Tristan Capital Partners), va également accompagner Gramercy Europe afin de « l’assister dans la gestion du portefeuille et la pérennisation des loyers ainsi que la possibilité de développer des surfaces supplémentaires sur les sites existants ».

Les conseils de l’opération sont nombreux. Côté acquéreur, on retrouve K&L Gates , Fidal, Le Breton & Associés ainsi que BNP Paribas Real Estate. Le vendeur était conseillé par le cabinet Racine et Lassaygues. Le financement était organisé par Crédit Foncier de France, conseillé par LPA-CGR et Thibierge & Associés.

La santé de l’immobilier logistique français n’est plus à prouver. « Des volumes placés qui constituent autant de records historiques ; des rendements « prime » au plancher compte tenu d’une baisse de la prime de risque ; une offre insuffisante » et des « fondamentaux solides »… autant de qualificatifs pour ces actifs que François Le Levier met en avant dans son analyse parue dans notre dernier magazine Immoweek, consacré à l’investissement, toutes typologies d’actif confondues. A lire ou relire d’urgence !

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 18/02/2019

Cher Paris...

« Avec des loyers qui atteignent 1 000 euros (HT, HC) du mètre carré dans les quartiers d’affaires, les entreprises se reportent sur le nord-ouest de Paris » : c’est ainsi que BureauxLocaux, qui se présente comme le « 1er site d’annonces immobilières pour les entreprises », titre son Baromètre semestriel de la demande de bureaux à louer à Paris et en petite couronne.

Ce Baromètre qui « analyse 1,6 million de recherches immobilières de dirigeants d’entreprises au 2ème semestre 2018″ souligne ainsi que « les loyers parisiens ont augmenté de 6,6 % en un an et affichent 457 euros (HT, HC) du mètre carré en moyenne. La barre symbolique des 1 000 euros (HT, HC) du mètre carré a été franchie pour certains biens exceptionnels proposés dans le 8ème arrondissement ». Sachant que, bien entendu, « à Paris, les arrondissements les plus recherchés au 2ème semestre 2018 sont le 8ème (12,3 % des recherches), le 9ème (10,1%), le 2ème (9,2 %), le 10ème(7,2 %) et le 17ème (7,2 %) ». BureauxLocaux précise que « quatrième de notre classement, le 10èmearrondissement confirme son statut de premier marché de report. Même si les loyers y ont augmenté de 11 % en un an, le loyer moyen affiché reste de 396 euros (HT, HC)/m2 dans le 10ème, soit 25 % moins cher que dans le 8ème »…

En petite couronne, « les loyers sont assez stables en banlieue parisienne où le marché est plutôt fluide. Les loyers y sont, en moyenne, deux fois moins élevés que dans la Capitale. La plupart des villes de petite couronne affichent des loyers inférieurs à 200 euros (HT, HC)/m2 ».

« Les PME néophytes en matière immobilière sont totalement désorientées par la pénurie actuelle de bureaux ! Le taux de vacance est plus que jamais orienté à la baisse (…) Dans la Capitale, il est même tombé à 2,5 % » souligne Sophie Desmazières, présidente et cofondatrice de BureauxLocaux, qui estime que « le marché de l’immobilier d’entreprise devrait rester très tendu en 2019 »…

Portrait

Chargement