Chargement

Mentions légales

Immoweek

Numéro CPPAP : 0521 W 93084

Editeur

PBO Initiatives Presse
SAS au capital de 15 000 euros

RCS Paris n° B 394 071 328 00071

Siège social : 20, rue Drouot – 75009 Paris
01 42 33 32 12

Directeur de la publication

Monsieur Pascal Bonnefille, président

Webdesign & conception du site web

Viens-là  – www.viens-la.com

Hébergeur

PHPNET

97-97bis rue Général Mangin

38100 GRENOBLE

PROPRIETE INTELLECTUELLE / DROITS CONCEDES AUX UTILISATEURS

Immoweek et/ou ses partenaires sont les titulaires exclusifs de tous les droits de propriété intellectuelle portant tant sur la structure que sur le contenu du site www.immoweek.fr et ce dans le monde entier.

Immoweek consent à l’utilisateur le droit de reproduire tout ou partie du contenu du site pour stockage aux fins de représentation sur écran monoposte et de reproduction, en un exemplaire, pour copie de sauvegarde ou tirage sur papier. Ce droit est consenti dans le cadre d’un usage strictement personnel, privé et non collectif. Toute mise en réseau, toute rediffusion ou commercialisation totale ou partielle de ce contenu, auprès des tiers, sous quelque forme que ce soit, est strictement interdite.

Nonobstant les droits de reproduction et de stockage tels que strictement définis ci-dessus, et sauf autorisation préalable et expresse d’Immoweek, l’internaute s’interdit de reproduire et/ou d’utiliser les marques et logos présents sur le site www.immoweek.fr, ainsi que de modifier, copier, traduire, reproduire, vendre, publier, exploiter et diffuser dans un format numérique ou autre, tout ou partie des informations, textes, photos, images, vidéos et données présentes sur ce site. La violation de ces dispositions impératives soumet le contrevenant, et toute personne responsable, aux peines pénales et civiles prévues par la loi.

Les informations suivies de la seule mention AFP demeurent la propriété intellectuelle de l’Agence France Presse

LIMITATION DE RESPONSABILITE

Malgré le soin mis à la vérification des informations diffusées, Immoweek décline toute responsabilité pour erreur ou omission portant sur les informations disponibles sur son site internet. En outre, toute décision prise sur la foi de ces informations ne saurait engager la responsabilité d‘Immoweek, qui ne peut être tenu responsable des dommages directs ou indirects résultant de l’éventuel usage de son site ou d’autres sites qui lui sont liés.

Par ailleurs, ce site comporte des informations mises à disposition par des sociétés externes ou des liens hypertextes vers d’autres sites qui n’ont pas été développés par Immoweek. Le contenu mis à disposition sur le site est donc fourni à titre purement informatif. L’existence d’un lien de ce site vers un autre site ne constitue pas une validation de ce site ou de son contenu. Il appartient à l’internaute d’utiliser ces informations avec discernement et esprit critique. La responsabilité d’Immoweek ne saurait être engagée du fait aux informations, opinions et recommandations formulées par des tiers.

Édito
par Catherine Bocquet

le 24/04/2019

Quand Cash attaque

Ca fait mal et même très mal aux HLM. Le reportage diffusé hier sur France 2 dans Cash Investigation, est une dénonciation en règle de dérives et malversations pratiquées par deux bailleurs sociaux et une Sem.

Une dénonciation qui jette l’opprobre sur tout un secteur avec une accroche sans appel : « loyers modérés pour business démesuré ». Bakchiches pour l’attribution de logements, commission d’attribution fantômes, sur-facturation de charges, logements laissés à l’abandon, appartements truffés de plomb, un inventaire sans limites avec comme fil conducteur la souffrance des locataires. L’auteur du reportage, Sophie Roland, n’a pas inventé ces dérives et actes illégaux ; ils existent hélas. Ils doivent être dénoncés et sanctionnés lorsque la loi le permet. Et elle le permet réellement. L’Agence nationale de contrôle du logement social (Ancols), le « gendarme » comme on la surnomme, devrait y veiller et peut-être doit-elle être dotée de davantage de prérogatives. Une adresse email a été créée (controle@ancols.fr) pour permettre aux locataires qui le souhaitent de dénoncer les abus et on serait heureux de savoir combien l’Agence aura reçu de mails à la fin de l’année. Bref, le reportage à charge aura atteint son objectif : montrer le verre à moitié vide en oubliant hélas celui à moitié plein. Il est dommage en effet que quelques réserves n’aient pas été émises en préambule de l’émission. Elles auraient permis d’éviter le sentiment de « tous pourris » laissé à la fin du reportage. Dommage aussi de mélanger Sem et ESH, de ne pas évoquer le contexte actuel de réforme du secteur, de ne pas expliquer les divers modes de gouvernance, les différents conventionnements, les acteurs en présence…Bref, c’est la télé, mais des compléments d’enquête auraient été nécessaires. Le débat mené par Elise Lucet à l’issue du sujet, aura cependant ouvert la porte et élargi le propos. Un épisode 2 de ce Cash attaque serait bienvenu !

Portrait

Chargement